Chlordécone : un ami qui voulait du bien aux bananes antillaises

 |  par Patrick JEAN-PIERRE

La Guadeloupe et la Martinique sont contaminées pour des siècles par le chlordécone.

Ce pesticide d’une toxicité extrême a été utilisé massivement dans les bananeraies de ces deux îles de 1972 à 1993. Résultat : les écosystèmes y sont pollués et la quasi-totalité des Antillais sont eux aussi contaminés par ce perturbateur endocrinien.Cet empoisonnement, c’est aussi le résultat de décisions prises au plus haut niveau pour autoriser l’usage du chlordécone, dont les dangers étaient pourtant connus des autorités.

La commission d'enquête de l'Assemblée nationale a adopté son rapport sur ce pesticide. Elle réclame la création de deux fonds d'indemnisation : pour les victimes et pour la réparation des préjudices économiques.

Selon Serge Letchimy « Ça se terminera très mal si ce drame n'est pas pris au sérieux ». Le député socialiste de la Martinique et sa collègue Justine Benin (Modem, Guadeloupe) ont dévoilé, le 26 novembre, le travail mené par la commission d'enquête sur l'impact du pesticide, les responsabilités dans la prolongation de son autorisation et les réparations à mettre en œuvre. Publiées le 2 décembre, les conclusions de la mission d'enquête sont sans ambiguïté sur les responsabilités. Les archives exploitées par les parlementaires ont démontré « de manière très précise les responsabilités de l'Etat et des acteurs économiques dans cette pollution de grande ampleur ».

Résultat de recherche d'images pour "commission d'enquête parlementaire chlordécone"

« Le fonds d'indemnisation concentrerait toutes les aides spécifiques destinées à lutter contre le chlordécone, ainsi que les aides à la conversion vers l'agroécologie », explique Justine Benin. Au-delà du scandale lié à cet insecticide, il s'agit de « remettre en cause le système qui a donné lieu à un usage massif de ce poison », explique en effet Serge Letchimy.

Cela signifie d'abord de ne pas oublier la responsabilité des groupements de planteurs, dont le lobbying actif a permis ce scandale. En Martinique, les Békés sont directement montrés du doigt. Yves Hayot en particulier. Décédé en 2017, il serait impliqué de très près dans ce drame comme le souligne notre confrère. Son frère, Bernard Hayot, hérite des mêmes accusations. "Il n'est concerné en rien" affirme Emmanuel de Reynal, chef d'entreprise, interrogé par Franck Zozor.

Quoiqu'il en soit, la mission d'enquête parlementaire recommande une contribution de la filière de la banane au financement de la réparation et de la dépollution des terres.  Malgré des réticences, l'Union des groupements de producteurs de bananes est d'accord avec le principe d'une contribution, assure le député.

Justine Benin pointe ensuite des filières agricoles menacées par la prédominance de monocultures et la dépendance de plus en plus importante aux marchés extérieurs. « Les structures les plus aidées sont celles qui ont créé le problème », dénonce M. Letchimy. « Les Antilles doivent retrouver leur dignité à travers une production endogène », insiste le député martiniquais.

En septembre, une action collective a été initiée pour faire reconnaître la responsabilité de l'État. "À ce jour, plus de 2 000 personnes se sont inscrites à cette action", écrit leur avocat. En attendant sur le terrain, aux Antilles, l'impatience grandit comme le démontre ce témoignage.

Il faut cesser en effet de rejetter les responsabilités sur les autres, sur l'Eat. Les ministres français ne passent aux Antilles qu’au chevet de la banane des grands planteurs békés, devant lesquels les politiques locaux se plient. Une réalité coloniale qu’il faut nommer. La France protège ceux qui garantissent le prolongement de l’histoire coloniale, certe. Elle les goinfre d’aides en subventions diverses, lâche l’armée ou la police quand leurs intérêts sont menacés.

Mais que font les élus locaux ? 

Serge Letchimy monte au crénau aujourd'hui. Pourtant, Président du Conseil Régional, de 2010 à 2015, s'est-il jamais prononcé contre l’épandage aérien de pesticides sur l'île, déjà empoisonnée au Chlodécone ?

La journaliste Lisa David écrit : Pour justifier son silence complice, il répond dans une ITW  au journal « France-Antilles » (2 juin 2014) « Parce que, pour les dérogations, il n'y a pas d'avis demandé aux collectivités. »

La journaliste qui l’interroge s’étonne : « Mais il y a bien d'autres sujets sur lesquels vous donnez votre avis sans y être invités, non ? » Et il finit par avouer : « Personnellement, j'aurais donné un avis favorable sur ces dérogations, à titre temporaire, le temps d'avoir les solutions alternatives. Je n'ai d'ailleurs pas voté l'amendement proposé par les écologistes à l'Assemblée nationale, qui proposaient un arrêt immédiat de l'épandage. »

Lisa David souligne également je cite "le long combat de l’association écologiste ASSAUPAMAR,pour la santé des Martiniquais", obtenant même du Tribunal administratif que soit suspendu l’épandage aérien du Banol. Un pesticide qui avec le vent atteignait les maisons et jardins des particuliers, ayant le malheur d’habiter dans les communes arrosées.

Le Préfet de l’époque, Laurent Prévost était passé outre, justifiant l’injustifiable faute dans l’intérêt des planteurs encore :

« Ce qui m'a conduit à prendre cette décision, c'est, d'abord, le dossier déposé par les producteurs, au vu de l'état d'avancement des recherches pour des moyens alternatifs, ainsi que les diverses opinions qui se sont exprimées. Je constate aujourd'hui il n'y a pas de moyens plus efficaces que le traitement aérien pour mettre en oeuvre l'obligation de traiter la banane contre cette maladie. » (FA 11 mars 2013) 

Démasqués

Depuis le reportage de Martinique 1ère sur le chlordécone, tous les élus crient "Chlordécone" !
"LOL, MDR"  diront nos enfants qui comprendront que tout n'est pas la faute de l'État.



Partager cet article
Vos commentaires

Outremer : Une nouvelle ministre déléguée and what else ?
Politique

Outremer : Une nouvelle ministre déléguée and what else ?

La valse des délégués à l'Outremer se poursuit. Elle s’appelle Marie Guévenoux. Depuis le 8 février 2024 , elle est la nouvelle ministre déléguée chargée des...
La croissance économique mondiale va ralentir cette année, prévoit l’ONU
Économie

La croissance économique mondiale va ralentir cette année, prévoit l’ONU

La croissance économique mondiale devrait ralentir, passant d’un taux estimé à 2,7% en 2023 à 2,4% en 2024, soit une tendance inférieure au taux de croissanc...
Infos choisies présentée par Miléna Salter
Société

Infos choisies présentée par Miléna Salter

Les temps forts de la semaine choisis par PATMEDIAS. Chaque semaine la rédaction de Patmedias vous propose son tour de l'actualité de la semaine à travers d...
Guerre entre Israël et le Hamas: Les députés européens appellent à un cessez-le-feu permanent à deux conditions
Europe

Guerre entre Israël et le Hamas : Les députés européens appellent à un cessez-le-feu permanent à deux conditions

Les députés demandent que tous les otages soient libérés immédiatement et sans condition et que l’organisation terroriste du Hamas soit démantelée. Dans une...
Gaza : Faudra une fortune pour reconstruire selon un rapport
Monde

Gaza : Faudra une fortune pour reconstruire selon un rapport

La reconstruction de Gaza, quand le conflit actuel sera terminé, prendra des décennies et coûtera des dizaines de milliards de dollars, a prévenu une agence ...
La «Greta africaine» Rahmina Paullete a la crise climatique dans les veines
Santé-Environnement

La «Greta africaine» Rahmina Paullete a la crise climatique dans les veines

Rahmina a 17 ans et est passionnée par l'écologie. Rahmina Paullete n'a que 17 ans et elle a participé pour la deuxième fois à la COP pour y défendre une al...
Kassav : Pour Jean-Claude Naimro, « le groupe existe plus que jamais malgré le départ de Jacob »
Culture

Kassav : Pour Jean-Claude Naimro, « le groupe existe plus que jamais malgré le départ de Jacob »

Pour ceux qui annonçaient la chute du groupe Kassav, Jean-Claude Naimro remet « l'église au milieu du village ». Non, le groupe n'est pas en chute libre dans...
Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024
Sports

Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024

En décrochant la 3e place des Championnats du monde de Louvain, dimanche, b-girl Syssy, auteure d'une impressionnante montée en puissance cette année, a bous...
GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion
People

GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion

Le journaliste de CNEWS Gérard Leclerc a disparu ce mardi 15 août dans le crash d’un petit avion de tourisme qu’il pilotait à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantiq...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page
  • AGRICULTURE / SALON : L’inauguration du 60e Salon international de l’agriculture, samedi à Paris, ne s’est pas déroulée comme prévue pour Emmanuel Macron, qui a dû faire face à un comité d’accueil très remonté et voulant en découdre avec le président. Ce dernier a improvisé un dialogue de deux heures avec une poignée d’agriculteurs, finissant par faire retomber quelque peu la pression avant une déambulation agitée.

  • GRÈVE / TOUR EIFFEL : La Dame de fer, fermée depuis cinq jours en raison d'un mouvement de grève, pourra rouvrir dimanche après un accord entre les syndicats et la société d'exploitation du monument parisien.

  • BERLINALE : Le documentaire "Dahomey" de Mati Diop, qui aborde l'épineuse question des restitutions par les anciennes puissances coloniales d'œuvres d'art volées en Afrique, a remporté samedi l'Ours d'or à Berlin. Il s'agit du deuxième film africain à recevoir cette prestigieuse récompense.

  • ALEXEÏ NAVALNY : Le corps de l'opposant russe Alexeï Navalny, décédé subitement en prison la semaine dernière, a été remis à sa mère, Lioudmila Navalnaïa, a écrit la porte-parole Kira Iarmych sur le réseau social X samedi. La mère de l'opposant accuse le Kremlin d'avoir cherché à lui imposer des funérailles secrètes, menaçant de laisser le corps se décomposer en cas de refus.

  • UKRAINE : C'est affaiblie que l'Ukraine entre, samedi, dans sa troisième année de guerre. L'aide de ses alliés tend à se tarir tandis que la machine militaire russe semble monter en puissance.

  • ESTONIE : Soutien résolu de Kiev, l'Estonie s’estime plus que jamais exposée à une menace russe. Cet État balte redoute que son importante communauté russophone soit instrumentalisée à des fins de déstabilisation.

  • USA / PRIMAIRES : Donald Trump, ultra favori des primaires républicaines, a engrangé samedi une nouvelle victoire en Caroline du Sud face à sa rivale, la dernière républicaine en lice, Nikki Haley, ancienne gouverneure de cet État.

  • USA / ALASKAPOX : Un homme est récemment mort en Alaska, aux États-Unis, après avoir contracté l'Alaskapox, un virus découvert en 2015 qui n'avait jusqu'ici provoqué que des symptômes relativement bénins, et aucune complication.

  • EUROVISION / ISRAËL : La participation d'Israël à l'Eurovision est sous le feu des critiques. Alors que des appels à bannir l'État hébreu du concours se multiplient en raison de la guerre à Gaza, la chanson choisie par la candidate israélienne suscite aussi la controverse. Intitulée "October rain", elle fait référence aux attaques perpétrées par le Hamas le 7 octobre.

  • CÉSAR / J.GODRÈCHE : Au lendemain de sa prise de parole, durant laquelle elle a dénoncé le «niveau d'impunité, de déni et de privilège» du milieu du cinéma concernant les violences sexuelles, l’actrice appelle à «agir» dès à présent.

  • LIGUE DES NATIONS : L'équipe de France féminine s'est qualifiée vendredi en finale de Ligue des nations féminine en éliminant ses meilleures ennemies allemandes (2-1) et poursuit sa route vers un premier titre majeur lors d'une compétition officielle, à quelques mois des JO. Les Bleues affronteront l'Espagne, victorieuse face aux Pays-Bas.