La Russie attend le départ du chef de Wagner après la fin de sa révolte

 |  par Rédaction Patmedias.fr avec l'AFP

Le chef du groupe paramilitaire Wagner Evguéni Prigojine, qui a fait trembler le Kremlin en tentant un coup de force spectaculaire, doit quitter la Russie, selon les termes d'un accord avec Vladimir Poutine qui sort affaibli de cette crise inédite.
Evguéni Prigojine doit partir pour le Bélarus, selon la présidence russe sans qu'on sache, dimanche matin, quand ce départ aux allures d'exil est prévu, ni où se trouve le tempétueux patron de Wagner.

Lors d'une équipée de 24 heures qui a mené ses milices à moins de 400 km de Moscou, voire même 200 selon lui, il a frontalement défié l'autorité du président russe avant de faire volte-face et d'ordonner à ses hommes de rentrer dans leurs bases, après une médiation du président bélarusse Alexandre Loukachenko, seul allié européen du Kremlin.

Si l'urgence de la crise semble passée, dans la capitale russe comme dans sa région, le "régime d'opération antiterroriste" instauré la veille et qui confère des pouvoirs accrus aux forces de l'ordre reste en vigueur dimanche matin.

D'importantes patrouilles de police étaient déployées le long de la route menant à la sortie de Moscou dans le sud de la capitale, a constaté une journaliste de l'AFP.

C'est par là que les hommes de Wagner et leurs blindés auraient pu arriver, s'ils avaient poursuivi leur marche sur la capitale pour obtenir la tête du ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, et du chef-d'état major, Valéri Guérassimov, accusés d'avoir sacrifier pour rien des dizaines de milliers d'hommes en Ukraine.

Dans la région de Moscou, les restrictions de circulation sur l'autoroute reliant la capitale à Rostov (sud-ouest), centre névralgique des opérations en Ukraine où la rébellion avait pris samedi le contrôle du QG militaire, sont également maintenues dimanche, selon un communiqué de l'agence Avtodor, chargée des autoroutes en Russie.

C'est par là que les hommes de Wagner et leurs blindés auraient pu arriver, s'ils avaient poursuivi leur marche sur la capitale pour obtenir la tête du ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, et du chef-d'état major, Valéri Guérassimov, accusés d'avoir sacrifier pour rien des dizaines de milliers d'hommes en Ukraine.

Snapshot 2

Dans la région de Moscou, les restrictions de circulation sur l'autoroute reliant la capitale à Rostov (sud-ouest), centre névralgique des opérations en Ukraine où la rébellion avait pris samedi le contrôle du QG militaire, sont également maintenues dimanche, selon un communiqué de l'agence Avtodor, chargée des autoroutes en Russie.

Les combattants de Wagner se retirent de la région de Voronej, frontalière de l'Ukraine et étape de la marche avortée vers Moscou, ont déclaré dimanche les autorités locales, soulignant que le repli s'effectuait "sans incidents".

Lundi sera journée chômée à Moscou face à la situation "difficile", selon le maire, Sergueï Sobianine.

 
 

Wagner Evguéni Prigojine à Rostov, le 24 juin 2023

Samedi soir, Evguéni Prigojine avait annoncé le fin de son coup de force, quittant le QG de Rostov, pour éviter "un bain de sang".

Annonçant l'accord conclu avec celui qui, quelques heures plus tôt, avait promis "de libérer le peuple russe", le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov avait salué "une résolution sans nouvelles pertes" de la crise.

Les poursuites pénales contre Evguéni Prigojine seront abandonnées et aucun des combattants du groupe Wagner, qui joue un rôle clé aux côtés de l'armée russe en Ukraine, ne sera poursuivi alors même qu'ils avaient pris les armes contre le Kremlin.

"Personne ne persécutera (les combattants), compte tenu de leurs mérites au front" ukrainien, a assuré Dmitri Peskov.

Les autorités russes n'avaient jusqu'ici jamais fait preuve d'une telle mansuétude, jetant en prison opposants et anonymes critiquant Vladimir Poutine et son offensive contre l'Ukraine.

Graves faiblesses

Pour un conseiller de la présidence ukrainienne, Mykhaïlo Podoliak, "Prigojine a humilié Poutine/l'Etat et a montré qu'il n'y a plus de monopole de la violence".

"Le Kremlin est désormais confronté à un équilibre profondément instable (...) La rébellion de Prigojine a révélé de graves faiblesses", souligne une analyse du centre de réflexion américain Institute for the Study of War (ISW).

Scène extraordinaire samedi soir à Rostov, des dizaines d'habitants ont affiché leur soutien aux insurgés, scandant "Wagner, Wagner!" peu avant que les combattants, avec leur chef à la tête du convoi, quittent la ville où ils avaient déployé des chars et des hommes armés.

"La crise des institutions et de confiance n'étaient pas une évidence pour la plupart en Russie comme en Occident. Aujourd'hui c'est clair", relève Konstantin Kalatchev, un politologue russe indépendant.

"La manière dont la population de Rostov a accompagné le départ de Wagner en dit long", note-t-il.

"Guerre civile"

Si les termes de l'accord restent sujet à spéculations, le président Loukachenko, proche allié de M. Poutine, semble avoir joué un rôle-clé. Selon ses services, c'est lui qui a obtenu du chef de Wagner de cesser sa progression en Russie.

Le Kremlin a exprimé sa "reconnaissance" au dirigeant bélarusse, d'ordinaire dans une relation de dépendance quasi-totale de Moscou.

Confronté à son plus grand défi depuis son arrivée au pouvoir fin 1999, le président Poutine avait voulu garder la main, dénonçant une "trahison" de celui qui était chargé des basses oeuvres russes, agitant le spectre d'une "guerre civile".

Les événements ont été suivis de près par les gouvernements occidentaux. Selon le Washington Post et le New York Times, les services de renseignement américains avaient prévenu la Maison Blanche de l'imminence d'une révolte de Wagner en Russie un jour avant qu'elle n'éclate.

La diplomatie russe avait mis en garde les pays occidentaux contre toute tentative de "profiter de la situation intérieure en Russie pour atteindre leurs objectifs russophobes".

Et Moscou a prévenu que la rébellion avortée de Wagner n'affectera "en aucun cas" l'offensive russe en Ukraine.

Le ministre chinois des Affaires étrangères Qin Gang a reçu dimanche à Pékin le vice-ministre russe des Affaires étrangères Andreï Rudenko, a indiqué la Chine, première rencontre publique entre ces diplomates depuis la rébellion de Wagner.

Alors que la milice Wagner jouait un rôle de premier plan dans le conflit en Ukraine, assumant certaines des tâches les plus dangereuses, les tensions avec l'état-major se sont accentuées au fil des mois.

Evguéni Prigojine l'avait notamment accusé de priver Wagner de munitions, insultant en particulier le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, un ami de Vladimir Poutine.

"Nous sommes des patriotes. Personne ne va se rendre à la demande du président, des services de sécurité ou de qui que ce soit", avait-il promis en lançant sa rébellion, s'en prenant pour la première fois directement au président russe.



Partager cet article
Vos commentaires

Outremer : Une nouvelle ministre déléguée and what else ?
Politique

Outremer : Une nouvelle ministre déléguée and what else ?

La valse des délégués à l'Outremer se poursuit. Elle s’appelle Marie Guévenoux. Depuis le 8 février 2024 , elle est la nouvelle ministre déléguée chargée des...
La croissance économique mondiale va ralentir cette année, prévoit l’ONU
Économie

La croissance économique mondiale va ralentir cette année, prévoit l’ONU

La croissance économique mondiale devrait ralentir, passant d’un taux estimé à 2,7% en 2023 à 2,4% en 2024, soit une tendance inférieure au taux de croissanc...
Infos choisies présentée par Miléna Salter
Société

Infos choisies présentée par Miléna Salter

Les temps forts de la semaine choisis par PATMEDIAS. Chaque semaine la rédaction de Patmedias vous propose son tour de l'actualité de la semaine à travers d...
Guerre entre Israël et le Hamas: Les députés européens appellent à un cessez-le-feu permanent à deux conditions
Europe

Guerre entre Israël et le Hamas : Les députés européens appellent à un cessez-le-feu permanent à deux conditions

Les députés demandent que tous les otages soient libérés immédiatement et sans condition et que l’organisation terroriste du Hamas soit démantelée. Dans une...
Gaza : Faudra une fortune pour reconstruire selon un rapport
Monde

Gaza : Faudra une fortune pour reconstruire selon un rapport

La reconstruction de Gaza, quand le conflit actuel sera terminé, prendra des décennies et coûtera des dizaines de milliards de dollars, a prévenu une agence ...
La «Greta africaine» Rahmina Paullete a la crise climatique dans les veines
Santé-Environnement

La «Greta africaine» Rahmina Paullete a la crise climatique dans les veines

Rahmina a 17 ans et est passionnée par l'écologie. Rahmina Paullete n'a que 17 ans et elle a participé pour la deuxième fois à la COP pour y défendre une al...
Kassav : Pour Jean-Claude Naimro, « le groupe existe plus que jamais malgré le départ de Jacob »
Culture

Kassav : Pour Jean-Claude Naimro, « le groupe existe plus que jamais malgré le départ de Jacob »

Pour ceux qui annonçaient la chute du groupe Kassav, Jean-Claude Naimro remet « l'église au milieu du village ». Non, le groupe n'est pas en chute libre dans...
Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024
Sports

Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024

En décrochant la 3e place des Championnats du monde de Louvain, dimanche, b-girl Syssy, auteure d'une impressionnante montée en puissance cette année, a bous...
GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion
People

GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion

Le journaliste de CNEWS Gérard Leclerc a disparu ce mardi 15 août dans le crash d’un petit avion de tourisme qu’il pilotait à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantiq...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page
  • AGRICULTURE / SALON : L’inauguration du 60e Salon international de l’agriculture, samedi à Paris, ne s’est pas déroulée comme prévue pour Emmanuel Macron, qui a dû faire face à un comité d’accueil très remonté et voulant en découdre avec le président. Ce dernier a improvisé un dialogue de deux heures avec une poignée d’agriculteurs, finissant par faire retomber quelque peu la pression avant une déambulation agitée.

  • GRÈVE / TOUR EIFFEL : La Dame de fer, fermée depuis cinq jours en raison d'un mouvement de grève, pourra rouvrir dimanche après un accord entre les syndicats et la société d'exploitation du monument parisien.

  • BERLINALE : Le documentaire "Dahomey" de Mati Diop, qui aborde l'épineuse question des restitutions par les anciennes puissances coloniales d'œuvres d'art volées en Afrique, a remporté samedi l'Ours d'or à Berlin. Il s'agit du deuxième film africain à recevoir cette prestigieuse récompense.

  • ALEXEÏ NAVALNY : Le corps de l'opposant russe Alexeï Navalny, décédé subitement en prison la semaine dernière, a été remis à sa mère, Lioudmila Navalnaïa, a écrit la porte-parole Kira Iarmych sur le réseau social X samedi. La mère de l'opposant accuse le Kremlin d'avoir cherché à lui imposer des funérailles secrètes, menaçant de laisser le corps se décomposer en cas de refus.

  • UKRAINE : C'est affaiblie que l'Ukraine entre, samedi, dans sa troisième année de guerre. L'aide de ses alliés tend à se tarir tandis que la machine militaire russe semble monter en puissance.

  • ESTONIE : Soutien résolu de Kiev, l'Estonie s’estime plus que jamais exposée à une menace russe. Cet État balte redoute que son importante communauté russophone soit instrumentalisée à des fins de déstabilisation.

  • USA / PRIMAIRES : Donald Trump, ultra favori des primaires républicaines, a engrangé samedi une nouvelle victoire en Caroline du Sud face à sa rivale, la dernière républicaine en lice, Nikki Haley, ancienne gouverneure de cet État.

  • USA / ALASKAPOX : Un homme est récemment mort en Alaska, aux États-Unis, après avoir contracté l'Alaskapox, un virus découvert en 2015 qui n'avait jusqu'ici provoqué que des symptômes relativement bénins, et aucune complication.

  • EUROVISION / ISRAËL : La participation d'Israël à l'Eurovision est sous le feu des critiques. Alors que des appels à bannir l'État hébreu du concours se multiplient en raison de la guerre à Gaza, la chanson choisie par la candidate israélienne suscite aussi la controverse. Intitulée "October rain", elle fait référence aux attaques perpétrées par le Hamas le 7 octobre.

  • CÉSAR / J.GODRÈCHE : Au lendemain de sa prise de parole, durant laquelle elle a dénoncé le «niveau d'impunité, de déni et de privilège» du milieu du cinéma concernant les violences sexuelles, l’actrice appelle à «agir» dès à présent.

  • LIGUE DES NATIONS : L'équipe de France féminine s'est qualifiée vendredi en finale de Ligue des nations féminine en éliminant ses meilleures ennemies allemandes (2-1) et poursuit sa route vers un premier titre majeur lors d'une compétition officielle, à quelques mois des JO. Les Bleues affronteront l'Espagne, victorieuse face aux Pays-Bas.