Le fléau de la drogue en Afghanistan : informer les politiques grâce au pouvoir de la connaissance

 |  par Rédaction Patmedias.fr et ONU Info

Dans les rues animées de Kaboul, la capitale afghane, de nombreux dangers se cachent dans l'ombre, mais aucun n'est plus menaçant que la crise de la toxicomanie qui ravage le pays tout entier.

Une visite dans ce qui est considéré à Kaboul comme un centre de traitement de la toxicomanie de référence est déchirante. Les conditions de vie dans cet établissement de 1.000 lits sont une catastrophe. Le financement international de ces établissements s'est tari depuis la prise du pouvoir par les Talibans, ce qui se traduit par un personnel sous-payé qui n'a pas la formation nécessaire pour s'occuper des patients.

La nourriture est rare et les armoires à pharmacie sont pratiquement vides, obligeant les personnes en cours de traitement à se désintoxiquer.

Les résidents de ce centre doivent suivre un traitement de 45 jours, au cours duquel ils bénéficient de services médicaux et de conseils, selon les autorités, après quoi ils sont soumis à une évaluation. Cette évaluation a pour but de déterminer s'ils peuvent ou non retourner dans leur famille.

Un homme nous a déclaré qu'il vivait ici depuis six mois. « Mes enfants n'ont personne pour les nourrir ».

Les autorités de facto ont « motivé » ces personnes, dont la plupart sont mal nourries et sans abri, à vivre ici « volontairement » après avoir été amenées par des équipes de sensibilisation.

Malheureusement, les conditions à l'extérieur des murs du centre de traitement, semblables à ceux d’une prison, peuvent être tout aussi dures. En plus de la pauvreté extrême et de l'insécurité permanente, l'imprévisibilité du climat qui est évolution rapide peut être éprouvante pour ceux qui vivent dans la rue, confrontés à des hivers glacials et des étés brûlants.

Un centre de connaissances

Mais de l'autre côté de la frontière, en Ouzbékistan, il y a une lueur d'espoir.

Dans la capitale historique du pays, Tachkent, le Bureau régional de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) pour l'Asie centrale a réuni un groupe de professionnels dévoués pour former son « Centre d'information pour la recherche et l'analyse des menaces transnationales liées à la drogue et au crime ».

La directrice du Centre, Salomé Flores, explique que la mission de son équipe est claire : « produire des connaissances objectives, impartiales et bien intégrées pour les bonnes personnes au bon moment ».

Cela permet aux décideurs de prendre des décisions en connaissance de cause, a-t-elle expliqué. Il permet également de mieux comprendre l'ampleur du problème de la drogue dans la région, en particulier en Afghanistan où, en 2022, la production d'opium représentait 9 à 14 % du PIB et où la production de drogues synthétiques augmente rapidement.

Le Centre reçoit des données de diverses sources, notamment des gouvernements, de sources publiques, des médias sociaux, de recherches universitaires, de statistiques et, bien sûr, de ses homologues sur le terrain en Afghanistan.

Cependant, l'outil le plus important utilisé par l'équipe dans son travail est la méthodologie élaborée par l'ONUDC au cours des trois dernières décennies pour identifier les cultures à distance.

En combinant des enquêtes sur le terrain avec des technologies de pointe et des images satellite, l'agence a pu créer ce que l'on appelle des « signatures » pour distinguer une culture d'une autre. Elle peut ainsi localiser avec une précision laser les lieux de production et de culture du pavot à opium.

Les signatures ont été élaborées au fil des ans en comparant des images satellite avec ce que l'on appelle les « réalités du terrain ». Les experts de l'agence des Nations Unies ont pu mettre au point des centaines de « signatures » en utilisant cette méthode, qui exigeait que des enquêteurs se rendent à des emplacements GPS spécifiques pour vérifier l'analyse initiale.

Aujourd'hui, l'ONUDC est en mesure d'identifier diverses cultures avec un degré de précision extrêmement élevé, notamment le blé, les melons, la luzerne, le coton, et bien sûr le pavot à opium. Les signatures développées peuvent même informer l'équipe de la qualité des champs de pavot et des rendements attendus.

Alex Nobajas Ganau, responsable de l'information géographique au Centre, a expliqué que l'imagerie satellitaire actuellement utilisée ne fournit pas seulement des images mais comprend « des informations supplémentaires qui peuvent être utilisées pour identifier la quantité de chlorophylle et le type de culture qui pousse dans chaque parcelle agricole ».

Le travail de l'équipe est extrêmement technique et sensible. La protection des données est d'une importance vitale pour éviter des répercussions catastrophiques pour les agriculteurs, en particulier compte tenu de la situation politique actuelle en Afghanistan.

M. Ganau précise que les données de base ne sont jamais partagées sur l'internet ni connectées à des serveurs, de sorte qu'elles « ne peuvent pas être piratées ». Il a ajouté que les données rassemblées sont partagées, « de sorte qu'au lieu d'avoir des champs individuels, nous le faisons par district ou par province ».

onu info 1
     Ahmed Esmati, de l'ONUDC, analysant des images satellite de l'Afghanistan depuis son bureau à Tachkent

 

Une équipe de choc


Au cœur du Centre d'information se trouvent quatre Afghans qui ont des dizaines d'années d'expérience sur le terrain. Ils faisaient partie de l'équipe de l'ONUDC en Afghanistan qui effectuait des visites et des enquêtes sur le terrain jusqu'à ce que l'agence décide d'interrompre ces activités après l'arrivée au pouvoir des Talibans. Ils sont en contact régulier avec leurs collègues restés dans le pays et fournissent des données essentielles, notamment sur le prix des médicaments.

En tant qu'enquêteurs et analystes de terrain, les collègues afghans ont joué un rôle essentiel dans la création des signatures de cultures qui aident à surveiller la culture de l'opium.

Mme Flores nous a expliqué : « Le personnel du Centre d'information de l'ONUDC est extrêmement dévoué à son travail. Nos collègues afghans travaillent sur ce projet depuis un certain temps. Nous bénéficions donc de leur expérience et de leur passion ».

Travailler dans ce domaine est une activité dangereuse, en particulier pour les ressortissants afghans.

Saddiqi (un pseudonyme) est l'un des membres du personnel qui a jugé nécessaire de protéger son identité.

Soulignant la nature technique de son travail et les protections qui lui sont accordées en tant que membre du personnel des Nations Unies, il a insisté sur le fait que « la situation en Afghanistan est différente ».

M. Saddiqi s'est dit fier du travail qu'il accomplit pour l'ONUDC, qui est extrêmement bénéfique pour son pays, et il espère que « petit à petit, tout ira mieux Inshallah ».

Comme Sadiqi, Ahmed Esmati travaille à l'ONUDC depuis plus de 16 ans et a commencé comme géomètre. Il a pu faire sortir sa famille d'Afghanistan. M. Esmati a déclaré que plusieurs de ses collègues ont perdu la vie dans l'exercice de leurs fonctions pendant que les enquêtes étaient menées.

Cependant, il a souligné que leur travail de vérification des données satellitaires et d'établissement de la réalité sur le terrain a contribué à renforcer la capacité de l'ONUDC à mener aujourd'hui ses activités de télédétection, qui sont tout à fait uniques.

« Avant de faire ce travail, nous nous appuyions sur ce que les agriculteurs et les anciens du village disaient à propos de la culture du pavot. Mais avec la télédétection et l'identification du pavot par l'imagerie satellitaire, il n'y a pas de place pour la manipulation des données ou la falsification des données », nous a expliqué M. Esmati.

onu info 2
    Un champ de pavot à opium dans la province de Kapisa, Afghanistan (archives)

 

La neutralité des données

L'Afghanistan est le plus grand fournisseur d'opium au monde, représentant environ 80 % du marché mondial. La toxicomanie est endémique dans le pays. Le Centre s'est donc largement concentré sur la surveillance de la production et de la culture de cette substance végétale extrêmement rentable, utilisée pour produire de l'héroïne.

À la suite à la transition politique en Afghanistan en août 2021, l'ONUDC a mis fin à ses enquêtes sur le terrain et le Centre d'information a commencé à évoluer, comme l’a déclaré Ashita Mittal, Représentante régionale pour l'Asie centrale.

« En tant qu'ONU, nous croyons en la neutralité des données et de notre espace, parce qu'il est de notre responsabilité que si vous voulez des preuves pour informer les politiques et les pratiques, vous devez avoir des données de qualité qui sont vérifiables ».

onu info 3
    Un enquêteur de terrain de l'ONUDC vérifiant le rendement de l'opium à Sukhrud, en Afghanistan (archives).

 

Un marché en mutation ?

Après des années de hausse de la production et de la culture de l'opium, tout porte à croire que l'année 2023 sera marquée par une forte baisse due à l'interdiction strictement appliquée par les talibans.

C'est l'une des principales conclusions du rapport mondial sur les drogues 2023. L'ONUDC cite l'offre record de drogues illicites et les réseaux de trafiquants de plus en plus agiles, mais prévient que si les avantages d'une éventuelle réduction significative de la culture illicite d'opium en Afghanistan cette année seraient mondiaux, cela se ferait aux dépens de nombreux agriculteurs qui n'ont pas d'autres moyens de générer des revenus.

Dans ce contexte, Mme Mittal a souligné l'importance du Centre non seulement pour les Nations Unies, la région et la communauté internationale, mais aussi pour les autorités de facto elles-mêmes.

« Comment prouver que l'interdiction de la culture du pavot imposée par les Talibans est efficace ? Ce n'est que par des preuves objectives que nous pourrons présenter la vérité à la communauté internationale », nous a expliqué Mme Mittal.

La Représentante régionale souligne qu'il est encore trop tôt pour savoir si les résultats de l'interdiction de la culture du pavot se maintiendront, car cela nécessitera une analyse par le Centre d'information au cours des prochaines années.

Mais comme les autorités de facto ont mis un frein à la culture de l'opium, certains signes indiquent que le marché est en train de changer. Les saisies de drogues de synthèse et de méthamphétamines montent en flèche dans toute la région, quadruplant au Tadjikistan et se multipliant par 11 au Kirghizistan.

Mme Mittal a expliqué que « la situation en Afghanistan est telle qu'en raison de l'interdiction de la culture du pavot, il est tout à fait possible que les trafiquants essaient d'utiliser ce marché pour augmenter la production de méthamphétamines ».

Certains craignent que la production de méthamphétamines soit alimentée par la plante éphédra qui pousse à l'état sauvage dans cette région du monde.

« Mais ce n'est qu'une possibilité », a ajouté la directrice du Centre d'information, Mme Flores. « Il peut également s'agir de produits chimiques. Elle peut provenir de médicaments contre le rhume ou d'éphédrine en vrac. Nous essayons donc de comprendre comment les gens ou les trafiquants produisent des méthamphétamines. Et bien sûr, si nous parvenons à comprendre cela, nous serons en mesure d'informer les autorités pour qu'elles puissent prendre des mesures ».

onu info 4
     Ancien cultivateur de pavot à opium cultivant des tomates.

 

Le développement alternatif comme solution

Depuis que les talibans ont repris le pouvoir en août 2021, les Nations Unies opèrent dans le pays sous un Cadre d'engagement transitionnel, limitant largement leur travail aux besoins humanitaires de base tout en identifiant des moyens novateurs de mener à bien leurs activités de développement par l'intermédiaire de partenaires de mise en œuvre, sans soutenir directement les autorités de facto.

L'ONUDC travaille en Afghanistan par l'intermédiaire de ses partenaires de mise en œuvre pour renforcer les capacités des agriculteurs et des communautés vulnérables.

Dans ce pays frappé par la pauvreté, un agriculteur peut obtenir environ 30 centimes pour sept kilos de tomates et, le prix actuel d'un kilo d'opium avoisinant les 360 dollars, la culture de l'opium reste extrêmement attrayante - et lucrative.

Le Centre d'information joue un rôle important dans l'identification des besoins en matière de programmes de développement alternatif.

Mme Flores a souligné l'importance de fournir aux agriculteurs un revenu adéquat et de remplacer « une culture illicite par une culture licite ».

« Si nous connaissons la situation géographique, nous pouvons cibler les ressources et les efforts. Nous sommes également en mesure de comprendre les caractéristiques du territoire, la géographie, et de proposer des alternatives viables à la culture du pavot », a-t-elle expliqué.

Mme Mittal a ajouté que l'investissement le plus important que la communauté internationale puisse faire est de « réduire les vulnérabilités aux deux extrémités du spectre ». Elle a noté que les trafiquants sont « toujours à la recherche des zones les plus faibles et des personnes les plus vulnérables », et qu'il faut donc faire davantage pour prévenir la culture et l'utilisation du pavot.

Sans ce type d'investissement, les économies illicites continueront à prospérer.

« Si l'on met fin à une activité illicite, elle risque d'être remplacée par une autre, car les gens doivent s'assurer de pouvoir mettre de la nourriture sur la table », a-t-elle expliqué.

onu info 5
    Des maisons s'alignent sur une colline à la périphérie de la ville de Kaboul.

 

Des criminels motivés par le profit


Depuis des décennies, l'opium quitte l'Afghanistan en passant par l'Asie centrale et la route du Nord pour atteindre d'autres marchés, notamment l'Europe, et même l'Asie du Sud-Est, le Moyen-Orient et l'Afrique.

Il est extrêmement important de surveiller le commerce de la drogue dans cette région, car les trafiquants trouvent de nouveaux moyens de faire passer leurs produits en contrebande et l'augmentation des drogues de synthèse pose un problème qui pourrait entraîner des répercussions à l'échelle mondiale.

Mme Mittal a souligné que ce sont les profits qui motivent les activités illicites, et les plus gros profits sont réalisés en dehors des pays producteurs comme l'Afghanistan.

Même après l'interdiction, le prix d'un kilo d'opium au printemps 2023 est d'environ 368 dollars, tandis qu'un kilo d'héroïne peut dépasser 48.000 dollars dans les rues de Londres.

« Ainsi, bien que nous reprochions à l'Afghanistan, qui ne produit même pas les composants chimiques de base, d'être responsable de cette situation, nous devons partager la responsabilité la responsabilité de la manière dont nous traitons ce problème », a-t-elle déclaré.

 

Faire face à l'évolution des menaces


Mme Flores a déclaré que son équipe avait pour objectif de surveiller et d'analyser toutes les menaces transnationales dans la région, y compris la traite des êtres humains, qui constitue un risque croissant en raison des flux migratoires en provenance d'Afghanistan, ainsi que la contrebande d'armes à feu, l'exploitation minière illicite, le trafic d'espèces sauvages et la falsification de médicaments, qui sont des tendances de plus en plus marquées dans la région.

Selon la directrice du Centre d'information, « les menaces transnationales évoluent et la criminalité organisée s'adapte. Au fur et à mesure que les autorités s'attaquent aux problèmes, les marchés illicites peuvent évoluer ».

Les perspectives d'une solution diplomatique entre la communauté internationale et les autorités de facto en Afghanistan restent sombres, les questions relatives aux droits de l'homme demeurant un point de désaccord majeur.

En l'absence d'un véritable développement durable en Afghanistan, les activités illicites resteront probablement un fléau dans le pays et contamineront à leur tour le monde, ce qui rend le travail du Centre d'information essentiel pour relever ces défis.

 



Partager cet article
Vos commentaires

Outremer : Une nouvelle ministre déléguée and what else ?
Politique

Outremer : Une nouvelle ministre déléguée and what else ?

La valse des délégués à l'Outremer se poursuit. Elle s’appelle Marie Guévenoux. Depuis le 8 février 2024 , elle est la nouvelle ministre déléguée chargée des...
La croissance économique mondiale va ralentir cette année, prévoit l’ONU
Économie

La croissance économique mondiale va ralentir cette année, prévoit l’ONU

La croissance économique mondiale devrait ralentir, passant d’un taux estimé à 2,7% en 2023 à 2,4% en 2024, soit une tendance inférieure au taux de croissanc...
Infos choisies présentée par Katy ESPINO
Société

Infos choisies présentée par Katy ESPINO

La nouvelle émission de la rédaction fait peau neuve. " INFOS CHOISIES " accompagne l'ère du temps et expérimente l'arrivée de Katy ESPINO. Présentatrice vir...
Guerre entre Israël et le Hamas: Les députés européens appellent à un cessez-le-feu permanent à deux conditions
Europe

Guerre entre Israël et le Hamas : Les députés européens appellent à un cessez-le-feu permanent à deux conditions

Les députés demandent que tous les otages soient libérés immédiatement et sans condition et que l’organisation terroriste du Hamas soit démantelée. Dans une...
Gaza : Faudra une fortune pour reconstruire selon un rapport
Monde

Gaza : Faudra une fortune pour reconstruire selon un rapport

La reconstruction de Gaza, quand le conflit actuel sera terminé, prendra des décennies et coûtera des dizaines de milliards de dollars, a prévenu une agence ...
La «Greta africaine» Rahmina Paullete a la crise climatique dans les veines
Santé-Environnement

La «Greta africaine» Rahmina Paullete a la crise climatique dans les veines

Rahmina a 17 ans et est passionnée par l'écologie. Rahmina Paullete n'a que 17 ans et elle a participé pour la deuxième fois à la COP pour y défendre une al...
Kassav : Pour Jean-Claude Naimro, « le groupe existe plus que jamais malgré le départ de Jacob »
Culture

Kassav : Pour Jean-Claude Naimro, « le groupe existe plus que jamais malgré le départ de Jacob »

Pour ceux qui annonçaient la chute du groupe Kassav, Jean-Claude Naimro remet « l'église au milieu du village ». Non, le groupe n'est pas en chute libre dans...
Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024
Sports

Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024

En décrochant la 3e place des Championnats du monde de Louvain, dimanche, b-girl Syssy, auteure d'une impressionnante montée en puissance cette année, a bous...
GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion
People

GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion

Le journaliste de CNEWS Gérard Leclerc a disparu ce mardi 15 août dans le crash d’un petit avion de tourisme qu’il pilotait à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantiq...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page
  • « MA PETITE ORPHELINE BIEN-AIMEE » : Juste avant de mourir fusillé, le 21 février 1944, Missak Manouchian écrivait une lettre à son épouse Mélinée. Cette lettre d’amour et d’adieu du résistant communiste a été lue, ce mercredi 21 février, lors de la cérémonie d’entrée au Panthéon du couple par Patrick Bruel.

  • MAYOTTE : Le président des Républicains Eric Ciotti a demandé à Emmanuel Macron, ce mercredi 21 février, de déclarer «l’état d’urgence» à Mayotte et de mobiliser la Marine nationale, afin de régler les problèmes liés à l’immigration irrégulière que traverse le 101e département français.

  • AGRICULTEURS / ATTAL : Le gouvernement veut présenter d'ici l'été un nouveau texte de loi pour «renforcer le dispositif Egalim» devant permettre une meilleure rémunération des agriculteurs dans le cadre des négociations entre distributeurs et fournisseurs agro-industriels, a annoncé Gabriel Attal mercredi.

  • J.GODRECHE : Alors que les rumeurs circulent depuis quelques heures sur son éventuelle venue à la prochaine cérémonie des César, Judith Godrèche a tenu à s’exprimer ce mercredi via les réseaux sociaux, appelant à «entendre» les victimes de violences sexuelles. «Que j'aille aux César ou pas, on s'en fiche bien».

  • TOUR EIFFEL / GREVE : La tour Eiffel était de nouveau fermée pour la deuxième journée consécutive, mardi, en raison d'une grève lancée par les deux syndicats représentatifs du personnel qui dénoncent la gestion du site. Sauf coup de théâtre, elle devrait rester inaccessible mercredi.

  • GAZA : La bande de Gaza est toujours plongée mercredi dans une situation humanitaire catastrophique, au lendemain de frappes israéliennes meurtrières contre le territoire et du veto des États-Unis à un projet de résolution à l'ONU exigeant un cessez-le-feu immédiat.

  • UKRAINE : L'armée ukrainienne a démenti mercredi avoir perdu le contrôle de sa tête de pont de Krynky sur la rive occupée du Dniepr, dans le sud de l'Ukraine, et dont le président russe Vladimir Poutine lui-même avait revendiqué la prise la veille.

  • RUSSIE : Le journaliste américain Evan Gershkovich, arrêté il y a près d'un an pour "espionnage" par Moscou, a été maintenu en détention mardi. Une ressortissante russo-américaine a par ailleurs été arrêtée à son tour et accusée de "trahison".

  • USA : La Cour suprême de l'Alabama considère les embryons conservés par congélation comme des "enfants", une décision vivement critiquée mardi par le milieu médical américain et la Maison Blanche.

  • USA / TRUMP : Norma Anderson, ancienne élue républicaine, a obtenu de la justice du Colorado la disqualification de Trump pour la primaire du 5 mars dans cet état. Une décision que l’ex-président américain demande à la Cour suprême d’annuler de toute urgence.

  • TRUMP : Condamné vendredi dernier à 355 millions de dollars d'amende pour fraude financière, Donald Trump n’a pas hésité mardi 20 février à comparer son sort à celui de l'opposant russe Alexeï Navalny, mort en prison la semaine dernière.

  • «JE REFUSE D’ABANDONNER» : La seule adversaire de Donald Trump aux primaires républicaines, Nikki Haley, a confirmé son refus de se retirer de la course, malgré son retard considérable dans les sondages.

  • COLOMBIE : La guérilla de l'ELN s'est dit mercredi en "crise ouverte" avec le gouvernement colombien, qui n'aurait pas respecté, selon elle, les règles convenues lors du lancement en 2022 des négociations de paix. Ces dernières entrent donc "dans une phase de gel".

  • CHILI : La justice chilienne a ordonné mardi la réouverture de l'enquête sur la mort du poète et prix Nobel de littérature, Pablo Neruda, qui aurait pu être empoisonné sous la dictature du général Augusto Pinochet en 1973.

  • ESPAGNE / AGRICULTEURS : Plusieurs centaines de tracteurs ont commencé mercredi à converger vers le centre de Madrid à l'occasion d'une nouvelle journée de mobilisation des agriculteurs espagnols, qui dénoncent notamment la concurrence jugée déloyale de certains pays extérieurs à l'UE.

  • INDE / AGRICULTEURS : Des milliers d'agriculteurs indiens, à bord de leurs tracteurs, sont prêts à reprendre leur avancée en direction de New Delhi mercredi, après avoir échoué à trouver un accord avec le gouvernement sur les prix des récoltes.