Commémorer l'abolition de l'esclavage, c'est bien, réparer, c'est mieux

 |  par Patrick JEAN-PIERRE

Le 10 mai 2016, répondant à la demande du CRAN et de 120 autres organisations, le président de la République s'engageait à mettre en place à Paris un musée et une fondation pour la mémoire de l'esclavage.

Un an plus tard, dans l'un de ses derniers discours avant la passation, François Hollande devrait évoquer à nouveau ce sujet, et l'on saura si cet engagement sera suivi d'effets. Quoi qu'il en soit, la question des réparations est désormais posée, et de manière concrète. Mais il convient d'aller plus loin.

C'est pourquoi nous avons travaillé avec la députée Cécile Duflot pendant plusieurs mois. Cette réflexion a abouti à deux propositions de loi. La première concerne l'esclavage. Elle s'inspire en bonne partie de la loi Taubira. Adopté en 2001, ce texte, on s'en souvient, visait à la reconnaissance de l'esclavage comme crime contre l'humanité. Mais l'article 5, qui prévoyait l'instauration d'un "comité de personnalités qualifiées chargées de déterminer le préjudice subi et d'examiner les conditions de réparation due au titre de ce crime", fut écarté en commission des lois. Il s'agit donc de le reprendre, et d'aller jusqu'au bout de ce processus inachevé. 

Complétant la loi Taubira, cette proposition de loi vise aussi à mettre en œuvre la promesse qu'avait faite François Hollande le 10 mai 2015. Lors de l'inauguration du Memorial Acte, en Guadeloupe, le président de la République s'était en effet engagé à restituer au peuple haïtien la rançon que celui-ci avait dû payer à la France après l'abolition de l'esclavage. De nombreux chefs d'État d'Afrique et de la Caraïbe avaient applaudi à cette annonce. Il est temps aujourd'hui d'aller au bout de cette déclaration restée sans suite. C'est une question de justice et d'honneur.

La deuxième proposition de loi sur laquelle nous avons travaillé avec Cécile Duflot concerne la seconde période coloniale. En effet, après l'abolition de l'esclavage, obtenue en 1848, la colonisation nouvelle qui est relancée en Afrique et en Asie recourt à de nouvelles pratiques de domination et d'exploitation.

Les populations indigènes sont réquisitionnées pour les chantiers de travaux publics et pour les concessions. On passe alors de l'esclavage colonial, tel que le décrit la loi Taubira, à la colonisation esclavagiste. Ou pour le dire autrement, on passe d'un esclavage monarchique à un esclavage républicain. Certes, l'esclavage et le travail forcé diffèrent sur le papier: l'esclave est une marchandise appartenant à une personne privée ou à une compagnie, tandis que dans le cadre du travail forcé, l'indigène reste libre, en principe. Il est "seulement" réquisitionné de force par l'État colonial et mis à disposition d'une entreprise pour les nécessités d'un chantier d'intérêt public, contre un salaire très faible ou inexistant. Or, en réalité, ces deux statuts se ressemblaient bien souvent comme deux gouttes d'eau. Dans les années 1920, l'Organisation Internationale du Travail ne manqua pas de le dire à la France. Quelque nom qu'on lui donne, cette pratique contrevenait à la fois au droit français et au droit international, qui tous deux interdisent l'esclavage.

Pendant des décennies, ces populations d'Afrique et d'Asie ont fait l'objet de véritables razzias, capturées, au lasso ou au fusil, puis déportées, parfois sur des milliers de kilomètres, vers les lieux où elles étaient exploitées. Ces personnes ont été capturées et exploitées sur la seule base de leur statut d'indigène, et donc de leur appartenance ethnique. Cet esclavage déguisé n'a été aboli qu'en 1946, date de la loi Houphouët-Boigny, député et futur président de la Côte d'Ivoire. Encore ces pratiques ont-elles perduré jusqu'aux indépendances en bien des lieux de l'Empire colonial. Bien que ce second esclavage soit plus récent que le précédent, il est objectivement moins connu. Il n'en est pas moins criminel pour autant.

Le "Statut de Rome" qui définit les exactions pouvant être qualifiées de crime contre l'humanité en droit international évoque entre autres "la déportation ou le transfert forcé de population", "la réduction en esclavage", "l'emprisonnement ou autre forme grave de privation de liberté physique" et tous "autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de grandes souffrances". Il est clair que le travail forcé, tel qu'il a été mis en place par la France et bien d'autres pays après l'abolition de l'esclavage, répond tout à fait à la définition du crime contre l'humanité. Il est temps de le reconnaître, et de réfléchir là aussi aux réparations qui s'imposent. C'est l'objet de cette seconde proposition de loi.

Ces deux textes pourront être soumis à discussion au Parlement après les prochaines élections législatives. Ils permettront de prolonger les actions en cours. Ils s'inscrivent du reste dans un contexte international. Il y a deux ans, dans un rapport concernant le racisme en France, le Conseil de l'Europe recommandait "aux autorités de poursuivre le débat (...) sur la question des réparations autres que pécuniaires à la suite de la traité négrière et du passé colonial de la France, en concertation avec la société civile, et de définir une politique à cet égard". De même, dans le cadre de la décennie des personnes d'ascendance africaine décidée par les Nations Unies (2015-2025), la question des réparations est de plus en plus évoquée.

Pendant la campagne pour la présidentielle, Emmanuel Macron avait évoqué la colonisation, et la question des crimes contre l'humanité. La polémique suscitée prouve que le sujet est à la fois mal connu et mal assumé par les Français. La commémoration du 10 mai aura évidemment un caractère particulier cette année, en raison du contexte lié aux élections, mais il convient de le redire: commémorer, c'est bien ; réparer, c'est mieux. Et il appartient aux nouveaux responsables issus des urnes de prendre les mesures qui s'imposent, et de faire voter les lois en faveur de la réparation, et donc de la justice.


Vos commentaires

Outremer : Une nouvelle ministre déléguée and what else ?
Politique

Outremer : Une nouvelle ministre déléguée and what else ?

La valse des délégués à l'Outremer se poursuit. Elle s’appelle Marie Guévenoux. Depuis le 8 février 2024 , elle est la nouvelle ministre déléguée chargée des...
La croissance économique mondiale va ralentir cette année, prévoit l’ONU
Économie

La croissance économique mondiale va ralentir cette année, prévoit l’ONU

La croissance économique mondiale devrait ralentir, passant d’un taux estimé à 2,7% en 2023 à 2,4% en 2024, soit une tendance inférieure au taux de croissanc...
Infos choisies présentée par Miléna Salter
Société

Infos choisies présentée par Miléna Salter

Les temps forts de la semaine choisis par PATMEDIAS. Chaque semaine la rédaction de Patmedias vous propose son tour de l'actualité de la semaine à travers d...
Guerre entre Israël et le Hamas: Les députés européens appellent à un cessez-le-feu permanent à deux conditions
Europe

Guerre entre Israël et le Hamas : Les députés européens appellent à un cessez-le-feu permanent à deux conditions

Les députés demandent que tous les otages soient libérés immédiatement et sans condition et que l’organisation terroriste du Hamas soit démantelée. Dans une...
Gaza : Faudra une fortune pour reconstruire selon un rapport
Monde

Gaza : Faudra une fortune pour reconstruire selon un rapport

La reconstruction de Gaza, quand le conflit actuel sera terminé, prendra des décennies et coûtera des dizaines de milliards de dollars, a prévenu une agence ...
La «Greta africaine» Rahmina Paullete a la crise climatique dans les veines
Santé-Environnement

La «Greta africaine» Rahmina Paullete a la crise climatique dans les veines

Rahmina a 17 ans et est passionnée par l'écologie. Rahmina Paullete n'a que 17 ans et elle a participé pour la deuxième fois à la COP pour y défendre une al...
Kassav : Pour Jean-Claude Naimro, « le groupe existe plus que jamais malgré le départ de Jacob »
Culture

Kassav : Pour Jean-Claude Naimro, « le groupe existe plus que jamais malgré le départ de Jacob »

Pour ceux qui annonçaient la chute du groupe Kassav, Jean-Claude Naimro remet « l'église au milieu du village ». Non, le groupe n'est pas en chute libre dans...
Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024
Sports

Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024

En décrochant la 3e place des Championnats du monde de Louvain, dimanche, b-girl Syssy, auteure d'une impressionnante montée en puissance cette année, a bous...
GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion
People

GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion

Le journaliste de CNEWS Gérard Leclerc a disparu ce mardi 15 août dans le crash d’un petit avion de tourisme qu’il pilotait à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantiq...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page
  • AGRICULTURE / SALON : L’inauguration du 60e Salon international de l’agriculture, samedi à Paris, ne s’est pas déroulée comme prévue pour Emmanuel Macron, qui a dû faire face à un comité d’accueil très remonté et voulant en découdre avec le président. Ce dernier a improvisé un dialogue de deux heures avec une poignée d’agriculteurs, finissant par faire retomber quelque peu la pression avant une déambulation agitée.

  • GRÈVE / TOUR EIFFEL : La Dame de fer, fermée depuis cinq jours en raison d'un mouvement de grève, pourra rouvrir dimanche après un accord entre les syndicats et la société d'exploitation du monument parisien.

  • BERLINALE : Le documentaire "Dahomey" de Mati Diop, qui aborde l'épineuse question des restitutions par les anciennes puissances coloniales d'œuvres d'art volées en Afrique, a remporté samedi l'Ours d'or à Berlin. Il s'agit du deuxième film africain à recevoir cette prestigieuse récompense.

  • ALEXEÏ NAVALNY : Le corps de l'opposant russe Alexeï Navalny, décédé subitement en prison la semaine dernière, a été remis à sa mère, Lioudmila Navalnaïa, a écrit la porte-parole Kira Iarmych sur le réseau social X samedi. La mère de l'opposant accuse le Kremlin d'avoir cherché à lui imposer des funérailles secrètes, menaçant de laisser le corps se décomposer en cas de refus.

  • UKRAINE : C'est affaiblie que l'Ukraine entre, samedi, dans sa troisième année de guerre. L'aide de ses alliés tend à se tarir tandis que la machine militaire russe semble monter en puissance.

  • ESTONIE : Soutien résolu de Kiev, l'Estonie s’estime plus que jamais exposée à une menace russe. Cet État balte redoute que son importante communauté russophone soit instrumentalisée à des fins de déstabilisation.

  • USA / PRIMAIRES : Donald Trump, ultra favori des primaires républicaines, a engrangé samedi une nouvelle victoire en Caroline du Sud face à sa rivale, la dernière républicaine en lice, Nikki Haley, ancienne gouverneure de cet État.

  • USA / ALASKAPOX : Un homme est récemment mort en Alaska, aux États-Unis, après avoir contracté l'Alaskapox, un virus découvert en 2015 qui n'avait jusqu'ici provoqué que des symptômes relativement bénins, et aucune complication.

  • EUROVISION / ISRAËL : La participation d'Israël à l'Eurovision est sous le feu des critiques. Alors que des appels à bannir l'État hébreu du concours se multiplient en raison de la guerre à Gaza, la chanson choisie par la candidate israélienne suscite aussi la controverse. Intitulée "October rain", elle fait référence aux attaques perpétrées par le Hamas le 7 octobre.

  • CÉSAR / J.GODRÈCHE : Au lendemain de sa prise de parole, durant laquelle elle a dénoncé le «niveau d'impunité, de déni et de privilège» du milieu du cinéma concernant les violences sexuelles, l’actrice appelle à «agir» dès à présent.

  • LIGUE DES NATIONS : L'équipe de France féminine s'est qualifiée vendredi en finale de Ligue des nations féminine en éliminant ses meilleures ennemies allemandes (2-1) et poursuit sa route vers un premier titre majeur lors d'une compétition officielle, à quelques mois des JO. Les Bleues affronteront l'Espagne, victorieuse face aux Pays-Bas.