Commémorer l'abolition de l'esclavage, c'est bien, réparer, c'est mieux

 |  par Patrick JEAN-PIERRE

Le 10 mai 2016, répondant à la demande du CRAN et de 120 autres organisations, le président de la République s'engageait à mettre en place à Paris un musée et une fondation pour la mémoire de l'esclavage.

Un an plus tard, dans l'un de ses derniers discours avant la passation, François Hollande devrait évoquer à nouveau ce sujet, et l'on saura si cet engagement sera suivi d'effets. Quoi qu'il en soit, la question des réparations est désormais posée, et de manière concrète. Mais il convient d'aller plus loin.

C'est pourquoi nous avons travaillé avec la députée Cécile Duflot pendant plusieurs mois. Cette réflexion a abouti à deux propositions de loi. La première concerne l'esclavage. Elle s'inspire en bonne partie de la loi Taubira. Adopté en 2001, ce texte, on s'en souvient, visait à la reconnaissance de l'esclavage comme crime contre l'humanité. Mais l'article 5, qui prévoyait l'instauration d'un "comité de personnalités qualifiées chargées de déterminer le préjudice subi et d'examiner les conditions de réparation due au titre de ce crime", fut écarté en commission des lois. Il s'agit donc de le reprendre, et d'aller jusqu'au bout de ce processus inachevé. 

Complétant la loi Taubira, cette proposition de loi vise aussi à mettre en œuvre la promesse qu'avait faite François Hollande le 10 mai 2015. Lors de l'inauguration du Memorial Acte, en Guadeloupe, le président de la République s'était en effet engagé à restituer au peuple haïtien la rançon que celui-ci avait dû payer à la France après l'abolition de l'esclavage. De nombreux chefs d'État d'Afrique et de la Caraïbe avaient applaudi à cette annonce. Il est temps aujourd'hui d'aller au bout de cette déclaration restée sans suite. C'est une question de justice et d'honneur.

La deuxième proposition de loi sur laquelle nous avons travaillé avec Cécile Duflot concerne la seconde période coloniale. En effet, après l'abolition de l'esclavage, obtenue en 1848, la colonisation nouvelle qui est relancée en Afrique et en Asie recourt à de nouvelles pratiques de domination et d'exploitation.

Les populations indigènes sont réquisitionnées pour les chantiers de travaux publics et pour les concessions. On passe alors de l'esclavage colonial, tel que le décrit la loi Taubira, à la colonisation esclavagiste. Ou pour le dire autrement, on passe d'un esclavage monarchique à un esclavage républicain. Certes, l'esclavage et le travail forcé diffèrent sur le papier: l'esclave est une marchandise appartenant à une personne privée ou à une compagnie, tandis que dans le cadre du travail forcé, l'indigène reste libre, en principe. Il est "seulement" réquisitionné de force par l'État colonial et mis à disposition d'une entreprise pour les nécessités d'un chantier d'intérêt public, contre un salaire très faible ou inexistant. Or, en réalité, ces deux statuts se ressemblaient bien souvent comme deux gouttes d'eau. Dans les années 1920, l'Organisation Internationale du Travail ne manqua pas de le dire à la France. Quelque nom qu'on lui donne, cette pratique contrevenait à la fois au droit français et au droit international, qui tous deux interdisent l'esclavage.

Pendant des décennies, ces populations d'Afrique et d'Asie ont fait l'objet de véritables razzias, capturées, au lasso ou au fusil, puis déportées, parfois sur des milliers de kilomètres, vers les lieux où elles étaient exploitées. Ces personnes ont été capturées et exploitées sur la seule base de leur statut d'indigène, et donc de leur appartenance ethnique. Cet esclavage déguisé n'a été aboli qu'en 1946, date de la loi Houphouët-Boigny, député et futur président de la Côte d'Ivoire. Encore ces pratiques ont-elles perduré jusqu'aux indépendances en bien des lieux de l'Empire colonial. Bien que ce second esclavage soit plus récent que le précédent, il est objectivement moins connu. Il n'en est pas moins criminel pour autant.

Le "Statut de Rome" qui définit les exactions pouvant être qualifiées de crime contre l'humanité en droit international évoque entre autres "la déportation ou le transfert forcé de population", "la réduction en esclavage", "l'emprisonnement ou autre forme grave de privation de liberté physique" et tous "autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de grandes souffrances". Il est clair que le travail forcé, tel qu'il a été mis en place par la France et bien d'autres pays après l'abolition de l'esclavage, répond tout à fait à la définition du crime contre l'humanité. Il est temps de le reconnaître, et de réfléchir là aussi aux réparations qui s'imposent. C'est l'objet de cette seconde proposition de loi.

Ces deux textes pourront être soumis à discussion au Parlement après les prochaines élections législatives. Ils permettront de prolonger les actions en cours. Ils s'inscrivent du reste dans un contexte international. Il y a deux ans, dans un rapport concernant le racisme en France, le Conseil de l'Europe recommandait "aux autorités de poursuivre le débat (...) sur la question des réparations autres que pécuniaires à la suite de la traité négrière et du passé colonial de la France, en concertation avec la société civile, et de définir une politique à cet égard". De même, dans le cadre de la décennie des personnes d'ascendance africaine décidée par les Nations Unies (2015-2025), la question des réparations est de plus en plus évoquée.

Pendant la campagne pour la présidentielle, Emmanuel Macron avait évoqué la colonisation, et la question des crimes contre l'humanité. La polémique suscitée prouve que le sujet est à la fois mal connu et mal assumé par les Français. La commémoration du 10 mai aura évidemment un caractère particulier cette année, en raison du contexte lié aux élections, mais il convient de le redire: commémorer, c'est bien ; réparer, c'est mieux. Et il appartient aux nouveaux responsables issus des urnes de prendre les mesures qui s'imposent, et de faire voter les lois en faveur de la réparation, et donc de la justice.


Vos commentaires

Lampedusa : La fermeté de Darmanin face aux migrants
Politique

Lampedusa : La fermeté de Darmanin face aux migrants

«La France n'accueillera pas de migrants qui viennent de Lampedusa». Au lendemain de son entretien à Rome avec son homologue italien concernant l'afflux de ...
Le RSA en sursis ?
Économie

Le RSA en sursis ?

Le gouvernement compte faire des économies en réformant le revenu de solidarité active (RSA). Une refonte qu'il compte faire voter prochainement. La Fondati...
De Washington à Alger, solidarité avec le Maroc après le séisme
Société

De Washington à Alger, solidarité avec le Maroc après le séisme

Le séisme, qui a fait plusieurs milliers de morts au Maroc dans la nuit de vendredi à samedi, a suscité un élan de solidarité dans le monde, plusieurs pays e...
Président Michel : "nous travaillons dur pour que l'Ukraine ait ce dont elle a besoin : plus d'armes, plus de munitions, et plus vite"
Europe

Président Michel : "nous travaillons dur pour que l'Ukraine ait ce dont elle a besoin : plus d'armes, plus de munitions, et plus vite"

Remarques liminaires de Charles MICHEL, président du Conseil européen, lors de la conférence de presse précédant le sommet du G7 le 19 mai 2023 à Hiroshima.
Le monde se réunit à l’ONU pour prendre le pouls de la planète
Monde

Le monde se réunit à l’ONU pour prendre le pouls de la planète

Le moment est à nouveau venu ! Comme chaque année, les projecteurs du monde entier se braqueront sur le Siège de l'ONU à New York à la fin du mois, lorsque l...
Les volcans du nord de la Martinique rejoignent le patrimoine mondial de l’Unesco
Santé-Environnement

Les volcans du nord de la Martinique rejoignent le patrimoine mondial de l’Unesco

Les volcans et forêts de la Montagne Pelée et des pitons du nord de la Martinique ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, a annoncé ...
Jacob Desvarieux : l'offrande de quelques souvenirs incandescents par Patrick Chesneau (Hommage)
Culture

Jacob Desvarieux : l'offrande de quelques souvenirs incandescents par Patrick Chesneau (Hommage)

C'était il y a deux ans. C'était hier et déjà une éternité. En ce 30 juillet 2021, sa courte barbe poivre et sel et ses yeux rieurs se sont retranchés de no...
US OPEN 2023 : Coco Gauff digne héritière de Serena Williams
Sports

US OPEN 2023 : Coco Gauff digne héritière de Serena Williams

L’Américaine Coco Gauff remporte à 19 ans son premier Grand Chelem en battant Aryna Sabalenka. Incredible ! La jeune Floridienne a battu en finale la Biélor...
GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion
People

GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion

Le journaliste de CNEWS Gérard Leclerc a disparu ce mardi 15 août dans le crash d’un petit avion de tourisme qu’il pilotait à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantiq...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page
  • E.MACRON / MIGRANTS : "On a un système généreux. On ne peut pas accueillir toute la misère du monde". "C'est une question où l'Europe doit jouer groupée et avec les pays d'origine".

  • E.MACRON / LOI SUR L'IMMIGRATION : «Il faut faire une loi pour se mettre au diapason de l’Europe. Le cœur de ce texte est d’accélérer nos procédures et d’avoir une politique efficace (...) pour renvoyer plus efficacement les personnes qui n’ont pas à être dans le pays. On doit aller beaucoup plus vite». Et d’ajouter : «Mais il ne faut pas être hypocrite, il y a beaucoup de métiers en tension qui embauchent des personnes en situation d’immigration». Sur ce point, «on doit trouver du bon sens», a-t-il dit.

  • E.MACRON / POUVOIR D'ACHAT : "On va travailler avec toutes les branches où le salaire minimum est en dessous du SMIC légal. Je ne suis pas pour qu'on indexe tous les salaires sur les prix sinon on tombe dans une spirale inflationniste". "On va mettre en place un accord sur la modération des marges dans l'agroalimentaire".

  • E.MACRON / ESSENCE : Le président a évoqué la mise en place d’un mécanisme qui va concerner les travailleurs modestes, « cent euros par voiture et par an ». « C’est limité mais c’est pertinent, on va aider ceux qui en ont besoin pour travailler. On ne peut pas laisser certains compatriotes qui ont besoin de rouler pour travailler face à des prix élevés. » "La ministre va réunir les distributeurs. On va demander de faire un prix coûtant".

  • E.MACRON / NIGER : Emmanuel Macron annonce le retrait des troupes françaises et le retour de son ambassadeur.

  • E.MACRON / KARABACH : Le chef de l'Etat français a apporté ce soir son soutien «inconditionnel» aux Arméniens. «Nous continuerons à soutenir sur le plan humanitaire et politique», a dit le chef de l’État ce dimanche soir. «La France est aujourd’hui très vigilante à l’intégrité territoriale de l’Arménie. La Russie est complice de l’Azerbaïdjan. La France se tiendra aux côtés du peuple arménien.»

  • E.MACRON / TRANSITION ECOLOGIQUE : «La France sera parmi les premiers d'Europe à sortir du charbon. Emmanuel Macron plaide aussi pour l’électrification. «On doit le faire en étant intelligent, en produisant chez nous les véhicules et les batteries. On est attachés à la bagnole, et moi je l’adore. Aujourd’hui, on produit entre 1 et 1,5 million de véhicules sur notre sol. Ces dernières années, on a relocalisé grâce à l’écologie.», clame Macron.

  • SÉNATORIALES : Les premiers résultats des élections sénatoriales ont confirmé dimanche une tendance à la stabilité de la Chambre haute, dominée par la droite, et les difficultés du camp présidentiel, qui a essuyé un premier revers en Nouvelle-Calédonie.

  • OPPOSANT DÉLOGÉ : Un opposant au projet d'autoroute Toulouse-Castres installé depuis 10 jours dans un arbre face au ministère de la Transition écologique, à Paris, en a été délogé dimanche matin par les autorités, a-t-on appris au ministère des Transports, qui invoque la nécessité d'"assurer sa prise en charge médicale".

  • RECTORAT DE VERSAILLES : L'ex-rectrice de Versailles, Charline Avenel, n'avait "pas eu connaissance" du courrier polémique envoyé par le rectorat aux parents de Nicolas, 15 ans qui s'est suicidé à la rentrée après avoir subi un harcèlement, a-t-elle déclaré dans un entretien publié samedi soir par Le Parisien.

  • RAPPEUR MHD : D'étoile montante de l'"afro-trap" à la case prison: le rappeur MHD a été condamné samedi à 12 ans de prison aux assises de Paris, où il comparaissait avec huit coaccusés pour le meurtre d'un jeune homme en 2018, dans le cadre d'un règlement de comptes entre bandes rivales.

  • XAVIER NIEL : Le milliardaire Xavier Niel renforce sa position au capital du groupe Le Monde en rachetant, avec l'assentiment des salariés, la part détenue par l'homme d'affaires tchèque Daniel Kretinsky, qui va se concentrer sur d'autres médias.

  • ARMÉNIE : Un premier groupe de réfugiés fuyant le Nagorny Karabakh est entré dimanche en Arménie qui a de son côté implicitement reproché à la Russie son manque de soutien dans la foulée de la victoire de l'armée azerbaïdjanaise contre les séparatistes de ce territoire en majorité peuplé d'Arméniens.

  • ONU : Les Occidentaux "combattent directement" la Russie en Ukraine, a accusé samedi à l'ONU le ministre russe des Affaires étrangères au moment où Kiev affirme avoir tué des chefs militaires russes dans la péninsule stratégique de Crimée.

  • HAITI : Après des mois de tractations, les contours d'une force internationale de police pour aider Haïti, en proie à la violence des gangs, commencent à se dessiner, mais pas assez vite pour le Premier ministre qui a appelé à nouveau l'ONU à "agir", de façon urgente.

  • AZERBAIDJAN : Plusieurs centaines de réfugiés fuyant le Nagorny Karabakh sont entrés dimanche en Arménie, qui a implicitement reproché à la Russie son manque de soutien après la victoire de l'armée azerbaïdjanaise contre les séparatistes de ce territoire en majorité peuplé d'Arméniens.

  • KOSOVO : Des hommes armés retranchés dans un monastère, un policier mort, trois assaillants tués: la situation reste très tendue au Kosovo dimanche, où les autorités fustigent le "crime organisé soutenu par des responsables à Belgrade", et la Serbie les "mensonges" de Pristina.

  • ASTÉROIDE : Sept ans après son décollage, la sonde Osiris-Rex a accompli sa mission, livrer à l'humanité le plus gros échantillon d'astéroïde jamais collecté dans l'espace, et le premier par la Nasa.

  • MER ROUGE : Des scientifiques s'inquiètent pour les célèbres récifs coralliens de la mer Rouge après avoir découvert qu'un mal mystérieux décimait une population d'oursins indispensable à leur survie.

  • MARATHON : L'Éthiopienne Tigst Assefa a pulvérisé le record du monde féminin du marathon dimanche en fin de matinée à Berlin, en 2h11:53, abaissant la précédente meilleure marque de la Kényane Brigid Kosgei de plus de deux minutes (2h14:04).