Covid-19 : soutenir et protéger les plus démunis.

 |  par Patrick JEAN-PIERRE
Afin que les personnes les plus vulnérables continuent à recevoir l'aide nécessaire, le Parlement a adopté des modifications aux règles relatives au Fonds européen d'aide aux plus démunis.
À cause de la crise actuelle, il est plus compliqué pour les citoyens les plus vulnérables d’obtenir l’aide dont ils ont besoin. Afin de mieux protéger les personnes les plus pauvres et exclues socialement, et pour garantir la continuité du soutien qu’elles reçoivent en période de distanciation sociale, le Parlement a approuvé les modifications du règlement du Fonds européen d'aide aux plus démunis.
Les autorités nationales seront en mesure d’adapter leurs régimes d'aide afin de réduire le risque de contamination. Par exemple, l'aide alimentaire et l'assistance matérielle de base pourront être délivrées sous forme de bons ou de bons électroniques. Le cas échéant, les personnes qui fournissent l'aide devront être équipées du matériel de protection nécessaire.
 
                                                         
 
Le Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD)
 
Le Fonds a été créé en 2014 pour lutter contre les pires formes de pauvreté dans l'UE : privation alimentaire, pauvreté des enfants, aide aux sans-abri

Il fournit de la nourriture, des articles essentiels tels que des vêtements, des chaussures et des articles de toilette à ceux dans le besoin. Il promeut aussi l'inclusion sociale en leur apportant du soutien psychologique, des cours de langue, etc.

L'aide du FEAD est apportée par le biais d'organisations partenaires et peut être adaptée aux besoins locaux, afin que les États membres puissent fixer leurs propres priorités.
En France, le FEAD soutient le projet des Restos du cœur à Aubervilliers qui engage des personnes en situation de pauvreté. Ces personnes ont l’opportunité de suivre des formations destinées à accroître leurs chances de trouver un emploi.

La contribution de l'UE au FEAD pour 2014-2020 est supérieure à 3,8 milliards d'euros. Les États membres cofinancent au moins 15% des coûts de leurs programmes
Dans le cadre des modifications approuvées par le Parlement européen, les États membres pourront demander un financement à 100% à appliquer pendant la période de la pandémie de Covid-19, c'est-à-dire l'exercice comptable 2020-2021.
 


Partager cet article

Covid-19 : l'économie martiniquaise dans le rouge
Économie

Covid-19 : l'économie martiniquaise dans le rouge

PIB en baisse, chiffre d'affaire des entreprises en baisse, fréquentation touristique en baisse, aides d'Etat qui se font attendre...l'économie martiniquaise...
Photojournaliste agressé à Reims
Société

Photojournaliste agressé à Reims

Mercredi 3 mars 2021, le procureur de la République de Reims Matthieu Bourrette a annoncé la mise en examen du principal suspect de l'agression du photo-jour...
Traite des êtres humains : le Parlement demande plus d’action
Europe

Traite des êtres humains : le Parlement demande plus d’action

Les députés souhaitent que l'UE intensifie la lutte contre la traite des êtres humains, renforce la protection des victimes et mette fin à l'impunité des tra...
Guinée : viols sur mineures de 13 ans
Monde

Guinée : viols sur mineures de 13 ans

La BSPPV dénonce deux mineures violées et une, enceinte d'un homme marié et père d'un enfant. 
Montagne Pelée : attention danger ?
Santé-Environnement

Montagne Pelée : attention danger ?

Le volcan actif du Nord de la Martinique placé en vigilance jaune du plan Orsec.
Le CAMP mobilisé pour défendre la culture
Culture

Le CAMP mobilisé pour défendre la culture

Réunion à huis clos, salle Frantz Fanon de l'association CAMP, jeudi 4 mars à l'Atrium. De 18 heures à 20 heures, le Carbet des Artistes Martiniquais Profess...



Contacter la rédaction


©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page