La France est-elle en mesure de lutter contre la criminalité organisée ?

 |  par Rédaction Patmedias avec Damien Brunet, substitut général au Parquet général près la cour d’appel de Paris, adjoint au chef du département de lutte contre la criminalité organisée
©patmedias.fr

A l’aune des travaux de la commission d’enquête sur l’impact du narcotrafic en France et les mesures à prendre pour y remédier, il est apparu que l’emprise, plus large, de la criminalité organisée, sur notre ordre social, mérite une attention particulière. En réalité, le corpus juridique et institutionnel est déjà conséquent. Mais face à l’hyper-croissance débridée de la criminalité organisée, la question se pose d’une efficacité accrue des outils juridiques pour lutter contre ce phénomène.

La criminalité organisée est-elle nouvelle en France ?

Économiquement, politiquement, socialement, la criminalité organisée est une menace qui pèse sur la société française tout autant que sur d’autres sociétés. Trop longtemps, à tort, nous avons cru en une limitation du phénomène mafieux à la société italienne qui en aurait été la seule détentrice.

L’argumentaire ne tient plus face aux récentes manifestations criminogènes mafieuses qu’ont eu à subir les Pays-Bas et la Belgique. Il ne tient plus davantage au regard de la qualification de mafia que retiennent les autorités judiciaires italiennes pour qualifier des organisations criminelles non italiennes, ouvrant celle-ci à certaines confraternités originaires d’Afrique de l’Ouest par exemple.

D’ailleurs, en se plaçant de l’autre côté de nos frontières, des mafias ont déjà été identifiées en France. En effet, en mars 1971, le Rapport Murphy & Steele, au nom de la chambre des représentants des Etats-Unis d’Amérique, impute le trafic international d’héroïne des années 60-70 à la mafia corso-marseillaise sous le nom de « French connexion ».

Au cours des années suivantes, en 1975 puis en 1981, deux magistrats sont assassinés parce qu’ils instruisent des dossiers contre les criminalités organisées lyonnaise et marseillaise.

Comment le Législateur a appréhendé la lutte contre la criminalité organisée ?

En 2004, avec la loi n°2004-204 du 9 mars 2004, dite « Perben II », l’arsenal juridique français a été adapté, transposant notamment les dispositions de la Convention des Nations Unies dites de Palerme du 15 novembre 2000, pour lutter efficacement contre la criminalité organisée.

Au plan juridique, elle dote les autorités judiciaires et de police d’outils offensifs qui permettent de disposer d’un arsenal sécuritaire équilibré qui préserve la balance entre efficacité des enquêtes et protection des libertés individuelles. Les sièges textuels de cet arsenal sont l’article 704 du code de procédure pénale en matière de lutte contre la criminalité organisée financière et les articles 706-73 et suivants en matière de lutte contre la criminalité organisée non financière.

Au plan juridictionnel, c’est par la création des JIRS (juridictions inter-régionales spécialisées) que le Législateur a entendu montrer sa compréhension de la criminalité organisée : spécialisation des magistrats en criminalité organisée financière et non-financière, constitutions d’équipes d’assistants spécialisés en provenance d’autres administrations et dérogation aux ressorts territoriaux définis par la carte judiciaire.

Aujourd’hui, 8 juridictions compétentes sur plusieurs ressorts de cours d’appel traitent des infractions de criminalité organisée. Celles-ci le sont :

– par nature ; c’est notamment le cas du trafic de stupéfiants, de la traite d’êtres humains, du proxénétisme ou encore du faux monnayage
– par l’aggravation de la circonstance de bande organisée ; pour certaines atteintes aux biens et aux personnes
– par la reconnaissance d’une association de malfaiteurs ou la réalisation d’opérations de blanchiment desdites infractions.

Deux éléments complémentaires essentiels s’apprécient in concreto, celui de la dimension transnationale des modalités de commission des infractions poursuivies et celui de grande complexité. Cette notion de « grande complexité », est désormais complétée par l’apport de la loi n°2019-922 du 23 mars 2019 dite « LPJ » et la notion de « très grande complexité », critère de saisine de la juridiction nationale de lutte contre la criminalité organisée (JUNALCO).

Quelles sont les perspectives d’évolution de la lutte contre la criminalité organisée ?

Parallèlement, des mafias étrangères (Camorra, N’Dranghetta, vory v zakone, triades, Black Axe Confraternity), se sont mises à exercer une influence croissante sur des parties du territoire national ou des dominations économiques sur des activités illicites. Les organisations criminelles autochtones, elles, ont changé, se sont rajeunies et modernisées. Le « mouvement d’ubérisation » qui les traverse est en réalité l’autre terme pour dire qu’elles se développent exponentiellement, devenant plus puissantes et plus violentes. Cette trajectoire ascendante se retrouve d’ailleurs dans les saisies de cocaïne qui ont augmenté en France de 100% entre 2020 et 2021 alors qu’elles ne représentent que 2% de la seule production colombienne.

C’est la raison pour laquelle un renouveau du dispositif législatif doit être envisagé.

Tout d’abord, si le recours aux repentis a pu démontrer son efficacité en Italie, il reste à parfaire en France. Les dispositions des articles 132-78 du code pénal et 706-63-1 et suivants du code de procédure pénale méritent plusieurs clarifications : qui sont les collaborateurs de justice ? qu’ont-ils fait ? Quelles informations fournissent-ils qui méritent quelle prise en compte ? Comment les protéger physiquement et juridiquement ? La loi du 9 mars 2004 et son décret d’application du 17 mars 2014 ont mis en place un dispositif effectif mais des réponses novatrices doivent être apportées pour plus d’efficience.

Ensuite, la spécialisation des institutions dédiées à la lutte contre la criminalité organisée doit être perfectionnée. En fait de juridictions, il y a aujourd’hui coexistence de parquets sans organisation hiérarchique spécifique entre eux, de cabinets d’instruction et de compositions de jugement correctionnel sans effectifs filiarisés ni sanctuarisés. En contrepoint, il est constaté l’absence de juridictions criminelles, de juridictions pour mineurs, de juridictions d’application des peines, de Parquets d’exécution des peines. Une démarche d’harmonisation de la chaîne pénale spécialisée dans la lutte contre la criminalité organisée est désormais impérative. Elle a déjà été suivie à juste titre en matière de lutte contre le terrorisme. Elle est tout autant nécessaire et légitime en matière de lutte contre la criminalité organisée.

Le législateur est en train de s’emparer de ces enjeux et l’on ne peut que se réjouir de cette démarche qu’il faut soutenir.



Partager cet article
Vos commentaires

La discrimination capillaire : Refusons d’être de mèche !
Politique

La discrimination capillaire : Refusons d’être de mèche !

Une proposition de loi visant à interdire la « discrimination capillaire » a été adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale le 28 mars 2024. Elle ...
Octroi de mer : « Le statu quo n'est plus possible sur le dernier impôt colonial qu'il nous reste» selon P.Jock
Économie

Octroi de mer : « Le statu quo n'est plus possible sur le dernier impôt colonial qu'il nous reste» selon P.Jock

Si pour la Cour des Comptes l'octroi de mer est une taxe à la croisée des chemins, sa réforme annoncée constitue un véritable casse-tête pour les Drom. Dans...
Outre-Mer : Une Justice Moribonde ?
Société

Outre-Mer : Une Justice Moribonde ?

La Justice en outre-mer fait depuis toujours, couler des rivières d’encre. « Inégale, à charge, à deux vitesses, scélérate », nombreux sont les ultramarins q...
Biélorussie : Loukachenko plus que jamais au pouvoir ?
Europe

Biélorussie : Loukachenko plus que jamais au pouvoir ?

Le chef d’État biélorusse Alexandre Loukachenko a déclaré qu’il se présenterait à nouveau à l’élection présidentielle de son pays en 2025, a rapporté dimanch...
Le chef de l’ONU condamne les attaques de l’Iran contre Israël, réunion du Conseil de sécurité dimanche
Monde

Le chef de l’ONU condamne les attaques de l’Iran contre Israël, réunion du Conseil de sécurité dimanche

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné samedi « la grave escalade que représente l’attaque à grande échelle lancée ce soir contre Israë...
Assurance maladie : qui sont les fraudeurs ?
Santé-Environnement

Assurance maladie : qui sont les fraudeurs ?

466 millions d'euros de fraudes détectées en 2023. Facturations d'actes fictifs, trafics de médicaments, faux arrêts de travail vendus via les réseaux socia...
Adieu Maryse Condé et au revoir à travers ton oeuvre
Culture

Adieu Maryse Condé et au revoir à travers ton oeuvre

Les obsèques de l'écrivaine Maryse Condé, exploratrice des identités antillaises et noires, vendredi à l'église Saint-Germain-des-Prés à Paris. La romancièr...
Giani Catorc : l'étoffe d'un champion entre vitesse et motocross
Sports

Giani Catorc : l'étoffe d'un champion entre vitesse et motocross

Giani Catorc n'a que 16 ans et déjà 3 titres de Champion de France et 2 titres de Champion d'Europe. Les champions français viennent de tout bord. Giani Cat...
GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion
People

GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion

Le journaliste de CNEWS Gérard Leclerc a disparu ce mardi 15 août dans le crash d’un petit avion de tourisme qu’il pilotait à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantiq...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page
  • ► La flamme olympique des JO de Paris a été allumée mardi en milieu de journée sur le site antique d'Olympie, en Grèce, à quelque 100 jours de la cérémonie d'ouverture du 26 juillet. La flamme a ensuite été transportée au stade antique d'Hestadia pour être transmise au premier relayeur, le champion olympique grec d'aviron Stefanos Ntouskos, qui l'a transmise à l'ancienne nageuse Laure Manaudou, première relayeuse française.

  • ► Un an après l’échec de l’opération Wuambushu, le gouvernement mise désormais sur le dispositif «place nette» déployé dans l’Hexagone pour venir à bout de la violence qui déstabilise Mayotte. Invitée de «Télématin» sur France 2 ce mardi, la ministre déléguée chargée des Outre-mer, Marie Guévenoux, a ainsi annoncé le lancement d’une opération «Mayotte place nette». «Depuis ce matin dès l’aube à Mayotte, deux opérations, une de police et une de gendarmerie, ont lieu sur le terrain, dans deux points différents de l'île. [...] Ce matin, il y a 400 policiers et gendarmes sur le terrain», a-t-elle indiqué.

  • ► Emmanuel Macron a salué mardi le rôle de deux Français, de "véritables héros", qui se sont interposés lors d'une attaque au couteau en Australie qui a fait six morts samedi dans un centre commercial de Sydney.

  • ► Le bâtiment historique de l'ancienne Bourse de Copenhague, datant du XVIIe siècle et actuellement en travaux, a pris feu mardi et sa flèche emblématique s'est effondrée devant des Danois médusés.

  • ► L'eurodéputé allemand Markus Pieper a annoncé lundi qu'il renonçait à un poste hautement rémunéré à la Commission européenne, après une polémique qui menaçait la campagne électorale de la présidente Ursula von der Leyen à quelques semaines des élections européennes.

  • ► L'écrivain Salman Rushdie raconte dans "Le Couteau", un livre mémoire qui sort mardi aux États-Unis et jeudi en France, l'attaque qui a failli le tuer en 2022, dernier épisode d'une vie sous la menace depuis ses "Versets sataniques".

  • ► Israël promet "une riposte" à l'attaque massive et sans précédent lancée par l'Iran, malgré les appels de nombreux pays, y compris son allié américain, à éviter une escalade dans une région déjà endeuillée par la guerre en cours dans la bande de Gaza.

  • ► Le Royaume-Uni pourrait progressivement devenir un pays sans tabac. Les députés débattent mardi d'un projet de loi selon lequel les jeunes de moins de 15 ans aujourd'hui ne se verront jamais vendre légalement de cigarettes. Le tabagisme est la principale cause de mortalité évitable au Royaume-Uni, selon le gouvernement.

  • ► Un comité d'élus américains a accusé mardi les autorités chinoises de participer indirectement à la production de fentanyl, un puissant opiacé responsable de la mort de dizaines de milliers de personnes chaque année aux États-Unis.

  • ► Un établissement scolaire de Londres, réputé pour ses règles strictes, a remporté mardi son procès contre une élève musulmane qui contestait l'interdiction de faire ses prières dans l'école, estimant que cela allait à l'encontre de sa liberté religieuse. Cette élève avait attaqué devant la Haute Cour de justice la Michaela Community School, une école «libre» située à Wembley, un quartier du nord-ouest de Londres, estimant être victime d'une politique discriminatoire.

  • ► Les procédures de rappel continuent. Cette fois ce sont des pizzas «reine, chèvre-miel, alsacienne, franc-comtoise et thon» sur lesquelles le site Rappel Conso alerte. D’abord distribuées par Auchan Avallon (Yonne), elles ont ensuite été commercialisées dans le reste de la France entre le 8 et le 12 avril. En cause ? La «présence possible» de débris de verre dans l'un de leurs ingrédients, «l'origan en feuille». Elles ont une date de péremption fixée au 12 avril.

  • ► Battus à domicile (2-3) par Barcelone au match aller, le PSG et Kylian Mbappé n'ont plus d'autre choix que de s'imposer en Catalogne pour espérer se qualifier en demi-finale de Ligue des champions.