Vigipirate « urgence attentat », un dispositif d’exception ?

 |  par Rédaction Patmedias avec François Saint-Bonnet Ɩ Professeur à l’Université Paris Panthéon-Assas
©patmedias.fr

L’attentat perpétré à Moscou le 24 mars 2024, revendiqué par l’organisation islamiste Daech, provoque des ondes de choc bien au-delà de la capitale russe. À la suite du Conseil de défense réuni le soir même à l’Élysée, le Premier ministre, Gabriel Attal, a décidé d’élever le plan Vigipirate à son niveau 3 « urgence attentat », le plus élevé. Ce dispositif est-il assimilable à l’état d’urgence mis en application entre 2015 et 2017 ? S’agit-il d’un nouvel état d’exception ?

En quoi consiste le plan Vigipirate de niveau « urgence attentat » ?

Comme il existe des plans de prévention au niveau départemental ou national pour faire face à des aléas tels qu’une inondation ou une sécheresse, les pouvoirs publics sont capables de se mettre en ordre de marche lorsque la menace terroriste se fait plus pressante, à la lumière des renseignements recueillis pas les différentes agences dont telle est la mission. Les racines du plan gouvernemental remontent à 1978 : la sécurité « intérieure » du pays, en proie au terrorisme, est alors confiée en partie au ministère de la défense qui conçoit un dispositif classé confidentiel. Il est mis en œuvre en 1991 au moment de la guerre du Golfe : on parle alors de plan « Pirate » pour « Protection des installations contre les risques d’attentats terroriste à l’explosif ». Sa dénomination Vigipirate date, elle, de 1995 (Instr. min. no 10400/SGDN/MPS/OTP/CD du 26 juill. 1995 établie en exécution de la directive du Premier ministre no 5038/CAB/CD du 15 juin 1995). Il est en vigueur sans discontinuer depuis 1996. Comme tout plan d’alerte et de prévention, il est régulièrement actualisé. Il comporte encore une partie classifiée.

Dans sa version actuelle, élaborée par le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) et révisée au moment des attentats de 2015 et 2016, un premier niveau « Vigilance » — permanent — comprend une centaine de mesures de prévention et de protection qui affectent différents ministères. Le second « Sécurité renforcée – Risque attentat » la renforce notamment dans les lieux sensibles telles que les gares, les aéroports ou les lieux de culte. Le dernier « Urgence attentat » a vocation à être déclenché, pendant une durée limitée, à la suite immédiate d’un attentat ou si un groupe terroriste identifié sans être localisé entre en action. Les mesures peuvent être alors particulièrement spectaculaires : fermeture de routes, arrêt de déplacements scolaires, suspension de lignes de transport, information spécifique à l’endroit des citoyens. Des documents complets sont disponibles sur le site de la SGDSN.

Peut-on comparer ce dispositif à une forme d’état d’urgence ?

L’état d’urgence de la loi de 1955, largement modifiée en 2015, a un impact direct sur les libertés des individus pour lesquels il « existe des raisons sérieuses de penser que [leur] comportement constitue une menace pour la sécurité et l’ordre publics ». Ce peut être leur liberté d’aller et venir en cas d’assignation à résidence ou l’inviolabilité de leur domicile dans l’hypothèse des perquisitions administratives. Le plan Vigipirate « Urgence attentat » n’atteint pas les libertés essentielles de certains citoyens pris individuellement mais peut avoir des conséquences sur la vie quotidienne de tous, notamment dans les transports. Ces deux dispositifs ont pour caractéristique commune d’avoir vocation à n’être que temporaires, activés pour le seul temps du péril imminent. On doit se souvenir cependant que l’état d’urgence de la loi de 1955 a été prorogé sans discontinuer pendant près de deux ans entre 2015 et 2017. On sait aussi qu’on en est sorti que pour mieux y demeurer tant la loi Sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme (SILT) du 30 octobre 2017 permet à l’administration, dans le seul cadre de la lutte contre le terrorisme, de disposer de moyens très voisins : les visites domiciliaires et les mesures individuelles de contrôle administratif et de surveillance (MICAS) de la loi SILT rappellent les perquisitions administratives et les assignations à résidence de l’état d’urgence. Le vocabulaire administratif euphémisé contribue largement à leur dédramatisation.

Toutefois, Vigipirate de niveau 3 peut difficilement être considéré comme une législation d’exception en ce sens qu’il porte sur l’adaptation des pouvoirs publics pour faire face à des risques anticipés — ce qui doit être une préoccupation permanente — et non pour affronter un danger si grand que l’on considère que la communauté politique elle-même est en péril, point commun de l’état d’urgence, de l’état de siège et de l’article 16 de la Constitution.

Ce plan est-il indifférent sur le terrain du respect des libertés ?

Vigipirate peut restreindre l’exercice de certaines libertés de façon indirecte. Par exemple, quand l’administration l’invoque pour ne pas autoriser une manifestation dont le bon déroulement nécessiterait la mobilisation d’un nombre important de forces de l’ordre. Puisqu’elles ne peuvent ni ne doivent être distraites de leur mission liée à Vigipirate, l’administration se voit « contrainte » de l’interdire (TA ord. 28 oct. 2023, N° 2324738). La liberté de manifestation peut dès lors être une victime collatérale de Vigipirate. De nombreuses décisions en sens contraire ont toutefois été rendues.

Il en est de même du droit au respect de la vie privée. Le juge des référés du Tribunal Administratif de Paris a pu relever que l’utilisation de drones munis de caméras « limite l’engagement des forces au sol déjà mobilisées pour le 1er mai outre celles dédiées au plan vigipirate ». Les objectifs de sécurité et de maintien de l’ordre ne pouvant pas être atteints par d’autres moyens, ces caméras aéroportées, fort intrusives, sont autorisées pour permettre de ne pas interdire la manifestation (TA ord. 1er mai 2023, N° 2309698).

 



Partager cet article
Vos commentaires

La discrimination capillaire : Refusons d’être de mèche !
Politique

La discrimination capillaire : Refusons d’être de mèche !

Une proposition de loi visant à interdire la « discrimination capillaire » a été adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale le 28 mars 2024. Elle ...
Octroi de mer : « Le statu quo n'est plus possible sur le dernier impôt colonial qu'il nous reste» selon P.Jock
Économie

Octroi de mer : « Le statu quo n'est plus possible sur le dernier impôt colonial qu'il nous reste» selon P.Jock

Si pour la Cour des Comptes l'octroi de mer est une taxe à la croisée des chemins, sa réforme annoncée constitue un véritable casse-tête pour les Drom. Dans...
Outre-Mer : Une Justice Moribonde ?
Société

Outre-Mer : Une Justice Moribonde ?

La Justice en outre-mer fait depuis toujours, couler des rivières d’encre. « Inégale, à charge, à deux vitesses, scélérate », nombreux sont les ultramarins q...
Biélorussie : Loukachenko plus que jamais au pouvoir ?
Europe

Biélorussie : Loukachenko plus que jamais au pouvoir ?

Le chef d’État biélorusse Alexandre Loukachenko a déclaré qu’il se présenterait à nouveau à l’élection présidentielle de son pays en 2025, a rapporté dimanch...
Le chef de l’ONU condamne les attaques de l’Iran contre Israël, réunion du Conseil de sécurité dimanche
Monde

Le chef de l’ONU condamne les attaques de l’Iran contre Israël, réunion du Conseil de sécurité dimanche

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné samedi « la grave escalade que représente l’attaque à grande échelle lancée ce soir contre Israë...
Assurance maladie : qui sont les fraudeurs ?
Santé-Environnement

Assurance maladie : qui sont les fraudeurs ?

466 millions d'euros de fraudes détectées en 2023. Facturations d'actes fictifs, trafics de médicaments, faux arrêts de travail vendus via les réseaux socia...
Adieu Maryse Condé et au revoir à travers ton oeuvre
Culture

Adieu Maryse Condé et au revoir à travers ton oeuvre

Les obsèques de l'écrivaine Maryse Condé, exploratrice des identités antillaises et noires, vendredi à l'église Saint-Germain-des-Prés à Paris. La romancièr...
Giani Catorc : l'étoffe d'un champion entre vitesse et motocross
Sports

Giani Catorc : l'étoffe d'un champion entre vitesse et motocross

Giani Catorc n'a que 16 ans et déjà 3 titres de Champion de France et 2 titres de Champion d'Europe. Les champions français viennent de tout bord. Giani Cat...
GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion
People

GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion

Le journaliste de CNEWS Gérard Leclerc a disparu ce mardi 15 août dans le crash d’un petit avion de tourisme qu’il pilotait à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantiq...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page
  • ► La flamme olympique des JO de Paris a été allumée mardi en milieu de journée sur le site antique d'Olympie, en Grèce, à quelque 100 jours de la cérémonie d'ouverture du 26 juillet. La flamme a ensuite été transportée au stade antique d'Hestadia pour être transmise au premier relayeur, le champion olympique grec d'aviron Stefanos Ntouskos, qui l'a transmise à l'ancienne nageuse Laure Manaudou, première relayeuse française.

  • ► Un an après l’échec de l’opération Wuambushu, le gouvernement mise désormais sur le dispositif «place nette» déployé dans l’Hexagone pour venir à bout de la violence qui déstabilise Mayotte. Invitée de «Télématin» sur France 2 ce mardi, la ministre déléguée chargée des Outre-mer, Marie Guévenoux, a ainsi annoncé le lancement d’une opération «Mayotte place nette». «Depuis ce matin dès l’aube à Mayotte, deux opérations, une de police et une de gendarmerie, ont lieu sur le terrain, dans deux points différents de l'île. [...] Ce matin, il y a 400 policiers et gendarmes sur le terrain», a-t-elle indiqué.

  • ► Emmanuel Macron a salué mardi le rôle de deux Français, de "véritables héros", qui se sont interposés lors d'une attaque au couteau en Australie qui a fait six morts samedi dans un centre commercial de Sydney.

  • ► Le bâtiment historique de l'ancienne Bourse de Copenhague, datant du XVIIe siècle et actuellement en travaux, a pris feu mardi et sa flèche emblématique s'est effondrée devant des Danois médusés.

  • ► L'eurodéputé allemand Markus Pieper a annoncé lundi qu'il renonçait à un poste hautement rémunéré à la Commission européenne, après une polémique qui menaçait la campagne électorale de la présidente Ursula von der Leyen à quelques semaines des élections européennes.

  • ► L'écrivain Salman Rushdie raconte dans "Le Couteau", un livre mémoire qui sort mardi aux États-Unis et jeudi en France, l'attaque qui a failli le tuer en 2022, dernier épisode d'une vie sous la menace depuis ses "Versets sataniques".

  • ► Israël promet "une riposte" à l'attaque massive et sans précédent lancée par l'Iran, malgré les appels de nombreux pays, y compris son allié américain, à éviter une escalade dans une région déjà endeuillée par la guerre en cours dans la bande de Gaza.

  • ► Le Royaume-Uni pourrait progressivement devenir un pays sans tabac. Les députés débattent mardi d'un projet de loi selon lequel les jeunes de moins de 15 ans aujourd'hui ne se verront jamais vendre légalement de cigarettes. Le tabagisme est la principale cause de mortalité évitable au Royaume-Uni, selon le gouvernement.

  • ► Un comité d'élus américains a accusé mardi les autorités chinoises de participer indirectement à la production de fentanyl, un puissant opiacé responsable de la mort de dizaines de milliers de personnes chaque année aux États-Unis.

  • ► Un établissement scolaire de Londres, réputé pour ses règles strictes, a remporté mardi son procès contre une élève musulmane qui contestait l'interdiction de faire ses prières dans l'école, estimant que cela allait à l'encontre de sa liberté religieuse. Cette élève avait attaqué devant la Haute Cour de justice la Michaela Community School, une école «libre» située à Wembley, un quartier du nord-ouest de Londres, estimant être victime d'une politique discriminatoire.

  • ► Les procédures de rappel continuent. Cette fois ce sont des pizzas «reine, chèvre-miel, alsacienne, franc-comtoise et thon» sur lesquelles le site Rappel Conso alerte. D’abord distribuées par Auchan Avallon (Yonne), elles ont ensuite été commercialisées dans le reste de la France entre le 8 et le 12 avril. En cause ? La «présence possible» de débris de verre dans l'un de leurs ingrédients, «l'origan en feuille». Elles ont une date de péremption fixée au 12 avril.

  • ► Battus à domicile (2-3) par Barcelone au match aller, le PSG et Kylian Mbappé n'ont plus d'autre choix que de s'imposer en Catalogne pour espérer se qualifier en demi-finale de Ligue des champions.