La presse libre est un mythe

 |  par Patrick JEAN-PIERRE

"On ne nous donne pas ce que nous devons, mais ce que nous voulons."
Pour écrire cet article la rédaction s'est inspirée des écrits de l'Américain Chris Hedges, traduits par Farouk Atig, grand reporter. 
Christopher Lynn Hedges est un journaliste et auteur américain. Ancien correspondant de guerre, il est reconnu pour son analyse de la politique américaine ainsi que de celle du Moyen-Orient.

Chris Hedges affirme que « Combler le fossé énorme entre identités idéalisées -celles qui dans une culture de la commodité reposent sur l'acquisition d'un statut, d'argent, de gloire et de puissance, ou du moins de l'illusion que l'on s'en fait- et identités réelles, est la fonction première des médias de masse. Et la restauration de ces identités idéalisées, largement assiégées par les publicitaires et la culture d'entreprise, peut être très rentable. On ne nous donne pas ce que nous devons, mais ce que nous voulons. »

Cette analyse, Hedges la fait pour parler des dessous du journalisme américain. Force est de constater qu'elle s'applique aussi à la France. Chez nous aussi les médias de masse soutiennent sans sourciller l'idéologie d'une pensée unique et globale, un establishment qui ne veut pas dire son nom. Ils font la promotion aveugle du mythe de la démocratie, alors même que nous sommes dépouillés de nos libertés civiles, du respect de nos idées à travers nos votes. Des médias qui comptent habituellement sur les communiqués de presse, écrits par des sociétés privées, pour distiller leurs propres actualités.

Et là Hedges a raison : "Le rôle de ces médias est de divertir ou de restituer à la manière de perroquets la propagande officielle pour le bon peuple. Les sociétés privées, qui possèdent la presse, n'hésitent pas pour cela à embaucher des journalistes prêts à servir de « courtiers » aux élites, qu'ils élèvent au rang de célébrités. Ces journalistes de cour, qui peuvent gagner beaucoup d'argent, sont régulièrement invités dans les cercles du pouvoir. Ils sont, comme l'écrivait John Ralston Saul, des « hédonistes du pouvoir ».

Hedges prend cet exemple.

Quand Gary Webb, dans une série d'articles publiés en 1996 au « San Jose Mercury News », dénonce la complicité de la CIA dans le trafic de tonnes de cocaïne à destination des États-Unis pour financer les rebelles soutenus par la CIA au Nicaragua, la presse fait de lui un journaliste lépreux. Et au fil des générations, la longue liste de journalistes lépreux s'est étoffée, de Ida B. Wells à I.F. Stone en passant par Julian Assange.

Depuis la sortie du film au début du mois, les attaques contre Webb ont été renouvelées dans des publications aussi « respectables » que le Washington Post. Ces attaques sont un acte d'auto-justification. Elles sont une tentative par les médias de masquer la collaboration entre elles et l'élite au pouvoir. Les médias, comme le reste de l'establishment libéral, cherchent à se draper dans le placage morale de la poursuite intrépide de la vérité et de la justice. Mais pour maintenir ce mythe, ils anéantissent la crédibilité de journalistes tels que Webb et Assange, qui éclairent la planète sur les rouages ​​sinistres et meurtriers du monde globalisé, et se soucient plus de vérité que de fabriquer des nouvelles.

En France, beaucoup de médias rédigent leurs papiers à partir de sources officielles et sont donc l'otage de ces sources, ils sont les pions de ce même pouvoir. Ils sont en proie à la même médiocrité, au même corporatisme et au même carriérisme que les partis politiques, les syndicats, et autres institutions, même religieuses. Ils s'accrochent vainement au mantra égoïste de l'impartialité et de l'objectivité pour justifier leur soumission au pouvoir.

Hedges poursuit et souligne que la presse parle et écrit -à la différence des universitaires qui bavardent entre eux dans le même jargon ésotérique comme celui en vogue entre théologiens médiévaux- pour être entendue et comprise par le public. C'est pour cette raison que la presse est plus puissante et qu'elle est plus étroitement contrôlée par l'Etat. Elle joue un rôle essentiel dans la diffusion de la propagande officielle. Mais pour pouvoir diffuser efficacement la propagande de l'Etat, la presse se doit de maintenir la fiction de l'indépendance et de l'intégrité. Cacher en somme ses véritables intentions.

Les médias, comme C. Wright Mills l'a fait remarquer, sont des outils essentiels pour le conformisme. Ils insufflent aux lecteurs et aux téléspectateurs leur propre sens d'eux-mêmes. Ils leur disent qui ils sont, ce que leurs aspirations devraient être. Ils promettent de les aider à atteindre ces aspirations. Ils leur suggèrent une variété de techniques, de conseils et de stratagèmes et leur promettent réussite personnelle et professionnelle. Les médias, comme l'a écrit Wright, existent avant tout pour permettre aux citoyens de trouver les clés du succès par eux-mêmes et répondre à leurs aspirations, quand bien même ils n'en n'auraient pas. Ils utilisent un langage et des codes pour manipuler et forger leurs opinions, non pour favoriser un véritable débat démocratique et de dialogue, ou pour ouvrir l'espace public à une action politique libre ou à l'échange. Nous sommes transformés en spectateurs passifs du pouvoir par les médias de masse, qui décident pour nous ce qui est vrai ou faux, ce qui est légitime et ce qui ne l'est pas. La vérité n'est pas quelque chose que nous découvrons de notre propre initiative, elle est décrétée par les organes de communication de masse.

« La rupture survenue entre la vérité et le discours mais aussi l'action -autrement dit l'instrumentalisation de la communication- n'a pas seulement accru l'incidence de la propagande ; elle a également perturbé la notion même de vérité. Le sens de nos repères dans le monde est donc détruit », souligne James W. Carey dans « Communication comme culture »..

Combler le fossé énorme entre identités idéalisées -celles qui dans une culture de la commodité reposent sur l'acquisition d'un statut, d'argent, de gloire et de puissance, ou du moins de l'illusion que l'on s'en fait- et identités réelles est la fonction première des médias de masse. Et la restauration de ces identités idéalisées, largement assiégées par les publicitaires et la culture d'entreprise, peut être très rentable. On ne nous donne pas ce que nous devons, mais ce que nous voulons. Les médias nous permettent d'échapper au monde séduisant du divertissement et du spectacle. Le tout-info est intégré dans ce savant mélange, mais ce n'est pas la principale préoccupation des médias de masse. Il n'y a guère plus de 15% de l'espace d'un journal qui est consacré aux nouvelles à proprement parler ; le reste est dédié à la futile quête de se réaliser vendue au grand public. Et ce ratio est encore plus déséquilibré sur les ondes ou à la télévision.

« C'est probablement cela la formule psychologique de base d'aujourd'hui des médias de masse, explique Mills. Mais, en tant que formule, elle est en phase avec le développement de l'être humain. C'est la formule d'un monde imaginaire que les médias inventent et entretiennent ».

Au cœur de ce monde imaginaire, se trouve le mythe selon lequel nos institutions nationales, y compris celles du gouvernement, de l'armée et de la finance, sont efficaces et vertueuses, et que nous pouvons leur faire confiance puisque leurs intentions sont bonnes. Ces institutions peuvent être critiquées pour les excès et leurs abus, certes, mais pas assaillies comme étant hostiles à la démocratie au bien commun. Elles ne pourraient être exposées au monde comme des entreprises criminelles, du moins si l'on espère conserver une voix dans les médias.
Cela ne signifie pas que le journalisme de qualité a totalement disparu ni même que la soumission au pouvoir des entreprises au sein de la presse est incompatible avec le savoir ou l'intelligence, mais les pressions internes, cachées à la vue du public, rendent le vrai journalisme très difficile. Une telle disposition, surtout si elle est maintenue dans le temps, met généralement un terme définitif à la carrière. 

La presse ne s'attaquera aux groupes faisant partie de l'élite au pouvoir seulement lorsque une faction au sein même du cercle du pouvoir décidera de faire la guerre à une autre.



Partager cet article

La discrimination capillaire : Refusons d’être de mèche !
Politique

La discrimination capillaire : Refusons d’être de mèche !

Une proposition de loi visant à interdire la « discrimination capillaire » a été adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale le 28 mars 2024. Elle ...
Octroi de mer : « Le statu quo n'est plus possible sur le dernier impôt colonial qu'il nous reste» selon P.Jock
Économie

Octroi de mer : « Le statu quo n'est plus possible sur le dernier impôt colonial qu'il nous reste» selon P.Jock

Si pour la Cour des Comptes l'octroi de mer est une taxe à la croisée des chemins, sa réforme annoncée constitue un véritable casse-tête pour les Drom. Dans...
Outre-Mer : Une Justice Moribonde ?
Société

Outre-Mer : Une Justice Moribonde ?

La Justice en outre-mer fait depuis toujours, couler des rivières d’encre. « Inégale, à charge, à deux vitesses, scélérate », nombreux sont les ultramarins q...
Biélorussie : Loukachenko plus que jamais au pouvoir ?
Europe

Biélorussie : Loukachenko plus que jamais au pouvoir ?

Le chef d’État biélorusse Alexandre Loukachenko a déclaré qu’il se présenterait à nouveau à l’élection présidentielle de son pays en 2025, a rapporté dimanch...
Le chef de l’ONU condamne les attaques de l’Iran contre Israël, réunion du Conseil de sécurité dimanche
Monde

Le chef de l’ONU condamne les attaques de l’Iran contre Israël, réunion du Conseil de sécurité dimanche

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné samedi « la grave escalade que représente l’attaque à grande échelle lancée ce soir contre Israë...
Assurance maladie : qui sont les fraudeurs ?
Santé-Environnement

Assurance maladie : qui sont les fraudeurs ?

466 millions d'euros de fraudes détectées en 2023. Facturations d'actes fictifs, trafics de médicaments, faux arrêts de travail vendus via les réseaux socia...
Adieu Maryse Condé et au revoir à travers ton oeuvre
Culture

Adieu Maryse Condé et au revoir à travers ton oeuvre

Les obsèques de l'écrivaine Maryse Condé, exploratrice des identités antillaises et noires, vendredi à l'église Saint-Germain-des-Prés à Paris. La romancièr...
Giani Catorc : l'étoffe d'un champion entre vitesse et motocross
Sports

Giani Catorc : l'étoffe d'un champion entre vitesse et motocross

Giani Catorc n'a que 16 ans et déjà 3 titres de Champion de France et 2 titres de Champion d'Europe. Les champions français viennent de tout bord. Giani Cat...
GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion
People

GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion

Le journaliste de CNEWS Gérard Leclerc a disparu ce mardi 15 août dans le crash d’un petit avion de tourisme qu’il pilotait à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantiq...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page
  • ► La flamme olympique des JO de Paris a été allumée mardi en milieu de journée sur le site antique d'Olympie, en Grèce, à quelque 100 jours de la cérémonie d'ouverture du 26 juillet. La flamme a ensuite été transportée au stade antique d'Hestadia pour être transmise au premier relayeur, le champion olympique grec d'aviron Stefanos Ntouskos, qui l'a transmise à l'ancienne nageuse Laure Manaudou, première relayeuse française.

  • ► Un an après l’échec de l’opération Wuambushu, le gouvernement mise désormais sur le dispositif «place nette» déployé dans l’Hexagone pour venir à bout de la violence qui déstabilise Mayotte. Invitée de «Télématin» sur France 2 ce mardi, la ministre déléguée chargée des Outre-mer, Marie Guévenoux, a ainsi annoncé le lancement d’une opération «Mayotte place nette». «Depuis ce matin dès l’aube à Mayotte, deux opérations, une de police et une de gendarmerie, ont lieu sur le terrain, dans deux points différents de l'île. [...] Ce matin, il y a 400 policiers et gendarmes sur le terrain», a-t-elle indiqué.

  • ► Emmanuel Macron a salué mardi le rôle de deux Français, de "véritables héros", qui se sont interposés lors d'une attaque au couteau en Australie qui a fait six morts samedi dans un centre commercial de Sydney.

  • ► Le bâtiment historique de l'ancienne Bourse de Copenhague, datant du XVIIe siècle et actuellement en travaux, a pris feu mardi et sa flèche emblématique s'est effondrée devant des Danois médusés.

  • ► L'eurodéputé allemand Markus Pieper a annoncé lundi qu'il renonçait à un poste hautement rémunéré à la Commission européenne, après une polémique qui menaçait la campagne électorale de la présidente Ursula von der Leyen à quelques semaines des élections européennes.

  • ► L'écrivain Salman Rushdie raconte dans "Le Couteau", un livre mémoire qui sort mardi aux États-Unis et jeudi en France, l'attaque qui a failli le tuer en 2022, dernier épisode d'une vie sous la menace depuis ses "Versets sataniques".

  • ► Israël promet "une riposte" à l'attaque massive et sans précédent lancée par l'Iran, malgré les appels de nombreux pays, y compris son allié américain, à éviter une escalade dans une région déjà endeuillée par la guerre en cours dans la bande de Gaza.

  • ► Le Royaume-Uni pourrait progressivement devenir un pays sans tabac. Les députés débattent mardi d'un projet de loi selon lequel les jeunes de moins de 15 ans aujourd'hui ne se verront jamais vendre légalement de cigarettes. Le tabagisme est la principale cause de mortalité évitable au Royaume-Uni, selon le gouvernement.

  • ► Un comité d'élus américains a accusé mardi les autorités chinoises de participer indirectement à la production de fentanyl, un puissant opiacé responsable de la mort de dizaines de milliers de personnes chaque année aux États-Unis.

  • ► Un établissement scolaire de Londres, réputé pour ses règles strictes, a remporté mardi son procès contre une élève musulmane qui contestait l'interdiction de faire ses prières dans l'école, estimant que cela allait à l'encontre de sa liberté religieuse. Cette élève avait attaqué devant la Haute Cour de justice la Michaela Community School, une école «libre» située à Wembley, un quartier du nord-ouest de Londres, estimant être victime d'une politique discriminatoire.

  • ► Les procédures de rappel continuent. Cette fois ce sont des pizzas «reine, chèvre-miel, alsacienne, franc-comtoise et thon» sur lesquelles le site Rappel Conso alerte. D’abord distribuées par Auchan Avallon (Yonne), elles ont ensuite été commercialisées dans le reste de la France entre le 8 et le 12 avril. En cause ? La «présence possible» de débris de verre dans l'un de leurs ingrédients, «l'origan en feuille». Elles ont une date de péremption fixée au 12 avril.

  • ► Battus à domicile (2-3) par Barcelone au match aller, le PSG et Kylian Mbappé n'ont plus d'autre choix que de s'imposer en Catalogne pour espérer se qualifier en demi-finale de Ligue des champions.