Maltraitance à l'Institut Jeanne de France : la loi du silence.

 |  par Patrick JEAN-PIERRE
Suite à l'article révélant la maltraitance et l'humiliation d'un enfant à l'Institut privé et Catholique Jeanne de France, Patmedias a reçu de nombreux appels. L'article a, par ailleurs, été longuement commenté. 
Pour de nombreuses raisons, Patmedias souhaite apporter des compléments d'informations.
Il s'est passé un peu plus d'un mois avant que la rédaction ne décide de parler de cette affaire. Un mois aucours duquel nous avons vérifié les témoignages en notre possession. Un mois à appeler et rappeler le responsable de l'établissement, M.Matricon. Juste avant de rédiger cet article nous avons encore essayé de le joindre, sans succès. Et pourtant ces collaborateurs nous ont certifié qu'il avait bel et bien reçu nos messages. La rédaction lui a même envoyé l'article. Nous rappelons que notre souhait était de permettre au directeur de donner sa version des faits qui se sont déroulés dans son établissement. M.Matricon semble terré dans son silence. Mais pas tant que cela. Nous avons appris qu'il avait répondu à un journaliste d'un média de la région. Le directeur lui aurait confié (dixit notre confrère) que "tout est faux, c'est une famille à problèmes". Cela ne nous étonne pas comme réponse du directeur. Certains responsables politiques ont la même réaction, pensant étouffer les affaires. Le plus étonnant est que notre confrère nous questionne sur nos réelles intentions. "Pourquoi partez-vous en croisade contre Jeanne de France ?" nous demande t-il. Et il poursuit "et puis ce n'est pas l'affaire du siècle". Halluciant comme réaction, aucun bénéfice du doute. Notre confrère va jusquà nous accuser d'avoir rédigé un article "à charge", alors que nous avons sollicité à de très nombreuses reprises M.Matricon, par souci d'équité.
Rappelons que dans un article publié le 16 mai 2014, la rédaction à laquelle appartient mon confrère n'a eu (et c'est normal dans ces affaires) aucun témoignage des personnes incriminées dans une dénonciation de maltraitances dans une cantine scolaire de Nice. Que doit donc faire la presse dès lors? Abandonner les investigations, les interrogations? Trop facile.
 
Et nous posons les questions suivantes : c'est quoi l'affaire du siècle? Est-ce le but recherché? Et surtout sur le dos d'un gamin en proie à la violence d'un adulte?
Nous savons que le directeur a appris la nouvelle que tout récemment, ignorant les pratiques de son enseignante. Et après, qu'a t-il fait, sinon protéger cette dernière et chercher à mettre dehors un enfant? Car il faut savoir que nous avons les preuves qu'une exclusion était prévue. Nous savons qu'un surveillant, a constaté les faits alors que l' enseignante était en arrêt maladie. Ce surveillant reconnait avoir vu l'enfant au fond de la classe, face à un mur. Ce surveillant reconnait que le directeur, remontant les quatre étages de l'établissement pour arriver à la classe, ne cessait de répéter "ce n'est pas possible, ce n'est pas possible".  Et pourtant arrivé sur place, la réalité était belle et bien là. Il ne pouvait que constater l'inacceptable. 
Inaccepetable qu'il a cautionné puisque le surveillant affirme qu'il aurait reçu des instructions lui interdisant de parler de cette affaire. "Je ne dirai plus rien, j'ai des ordres de M. Matricon, je dois rester à ma place" a t-il répondu au père de la jeune victime qui réclamait des explications. Ne rien dire, se taire. Pourquoi? 

Le 18 novembre 2005, la Cour d'Appel de Paris a rendu un Arrêt de la plus haute importance concernant les quelques 31 000 établissements et services sociaux et médico-sociaux de France, ainsi que l'ensemble des personnes accueillies et des professionnels de ce secteur. Cet Arrêt permet de briser la loi du silence en affirmant réellement les droits citoyens de ceux que l'on nomme " usagers " : les personnes accueillies et accompagnées dans leur projet de vie par des professionnels avertis et des institutions accueillantes de qualité.

De toutes les violences, les violences envers les enfants sont certainement les plus cachées. La loi du silence y règne en maître. Et c'est particulièrement vrai pour les maltraitances, c'est à dire les violences subies par des enfants alors qu'ils sont à la garde d'une personne de confiance ou dont ils dépendent.  La loi impose aux citoyens et aux professionnels de signaler les enfants en danger et ce jusqu'à 18 ans (art 434-1 et 434-3, art 226-13) sur la levée du secret professionnel.
 
 


Partager cet article

Législatives 2024 : les Outre-mer les grands oubliés du scrutin ?
Politique

Législatives 2024 : les Outre-mer les grands oubliés du scrutin ?

Professeur des Universités, agrégé de Sciences Politiques, Fred Constant analyse les enjeux de ce scrutin pour les territoires ultramarins. « Compromis sans ...
Airbnb dans le viseur : les avantages fiscaux de la location de meublés de tourisme vont-ils disparaître ?
Économie

Airbnb dans le viseur : les avantages fiscaux de la location de meublés de tourisme vont-ils disparaître ?

Avis de gros temps pour les locations saisonnières. Pour résoudre la crise du logement, deux textes de loi -l’un adopté, l’autre à l’examen - s’attaquent à l...
Sanctionner les parents de mineurs délinquants : une idée bien peu judicieuse
Société

Sanctionner les parents de mineurs délinquants : une idée bien peu judicieuse

Les drames récents impliquant des jeunes mineurs - des émeutes de juin 2023 à une série de crimes violents - ont marqué les esprits. Si le gouvernement a déj...
D-DAY 80 : Just to remember
Europe

D-DAY 80 : Just to remember

Le 80e anniversaire du débarquement et de la bataille de Normandie a été célébré ce 6 juin 2024 sur la plage d’Omaha Beach à Saint-Laurent-sur-Mer en présenc...
Viols d'enfants par des membres des casques bleus : l'horreur
Monde

Viols d'enfants par des membres des casques bleus : l'horreur

Il s'agit d'une véritable boule puante pour l'organisation dont la mission est d'œuvrer au maintien de la paix et de la sécurité internationales et à la prot...
Perte de biodiversité : l’accélération du taux d’extinction déclenche un effet domino
Santé-Environnement

Perte de biodiversité : l’accélération du taux d’extinction déclenche un effet domino

La diversité des animaux, des plantes et des micro-organismes de la planète est menacée par des facteurs tels que le changement d'utilisation des terres, l'u...
« La couleur de l'esclavage » : 56ème récompense à Toronto au Canada pour Patrick Baucelin
Culture

« La couleur de l'esclavage » : 56ème récompense à Toronto au Canada pour Patrick Baucelin

Véritable carton plein pour le réalisateur martiniquais au Canada. Après Hamilton, Patrck Baucelin a reçu le prix du « Meilleur Film caribéen » à Toronto.&nb...
Giani Catorc s'impose au championnat supermotard en Guadeloupe
Sports

Giani Catorc s'impose au championnat supermotard en Guadeloupe

Le jeune pilote martiniquais poursuit son ascension dans cette discipline. Déjà triple champion de France et double champion d'Europe, il a gagné le duel fac...
A Lyon, Taylor Swift a mis les fans en ébullition
People

A Lyon, Taylor Swift a mis les fans en ébullition

Présentes dans la nuit de samedi à dimanche et présentes en très grand nombre ce dimanche matin, les Swifities s'apprêtent à fouler la pelouse du Groupama St...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page