Première victoire pour le plus grand mouvement social de l’histoire de la Guyane

 |  par Patrick JEAN-PIERRE

Le plus large mouvement social de l’histoire de la Guyane vient de s’achever, à la veille du premier tour de l’élection présidentielle.

Après un mois de blocages, les membres du collectif Pou Lagwiyann Dékolé, les élus du département et l’Etat viennent de s’accorder sur un plan d’investissement historique de 2,1 milliards d’euros. Pour autant, le collectif ne baisse pas la garde et se prépare à une longue bataille dans les années à venir. La tâche est de taille : il s’agit de rattraper le retard colossal accumulé depuis des décennies en matière d’accès à la santé, à l’éducation, à l’emploi, à l’énergie et à la terre.

Inutile de les chercher. Les portraits des onze candidats à la présidentielle n’ont pas franchi les barrages qui bloquent la Guyane depuis un mois. L’abstention est traditionnellement élevée dans ce département d’outre-mer situé à plus de 7000 kilomètres de Paris. Aujourd’hui, les Guyanais sont pourtant les premiers à voter, vingt-quatre heures avant leurs compatriotes de l’Hexagone. Mais cette année, ils ont vraiment la tête ailleurs. Vendredi 21 avril, après une nouvelle nuit de négociations à la préfecture de Cayenne, le collectif Pou Lagwiyann Dékolé (Pour que la Guyane décolle), à l’initiative du mouvement social, associé aux élus du département, a arraché un accord historique avec l’État : un plan d’investissement de 2,1 milliards d’euros qui s’ajoute au plan d’urgence d’1 milliard d’euros déjà obtenu il y a deux semaines. Il concerne notamment l’accès à la santé, à l’éducation, à l’emploi, à l’énergie et au foncier, domaines dans lesquels le retard accumulé est immense.

En Guyane, territoire d’Amazonie plus vaste que la Suisse et la Belgique réunies, la plupart des voyants sont au rouge : hôpitaux vétustes, enfants déscolarisés, jeunesse minée par le chômage – 44% des jeunes sont sans emploi ! –, insécurité record, réseau électrique et routier embryonnaire... « Nou gon ké sa ! » (On en a marre), scandait la population lors de la manifestation historique du 28 mars, la plus grande jamais organisée sur le territoire, selon la Préfecture. Les membres du collectif Pou Lagwiyann Dékolé en sont persuadés : leur salut ne viendra pas des urnes. Echaudé par les promesses gouvernementales non tenues, ce regroupement hétéroclite d’associations, de syndicats, de citoyens, d’artisans et d’entrepreneurs, a décidé d’accélérer le mouvement. Ils veulent dessiner eux-même les contours du projet économique et social guyanais pour les prochaines années.

La Guyane enfin mise en orbite ?

Le nom du collectif (Pour que la Guyane décolle) fait référence aux paroles de François Mitterrand qui déclarait en 1985 : « On ne lance pas de fusée sur fond de bidonville. » Trente-deux ans plus tard, il existe toujours des logements insalubres à proximité de la fusée Ariane. Ce n’est donc pas un hasard si le Centre spatial guyanais a été le premier visé par les barrages des grévistes. Tant que la Guyane restera à quai et qu’aucun accord n’aura été signé avec le gouvernement, « pas question qu’une fusée décolle ! », avait maintenu le collectif tout au long du conflit. En temps normal, le centre spatial de Kourou lance, en moyenne, une fusée par mois.

De rendez-vous ratés en promesses non tenues, les relations entre cette terre d’Amérique latine et l’État français ont toujours été tendues. En 2001, un projet de développement est voté par le congrès des élus. Il ne sera jamais mis en œuvre. Sept ans plus tard, la population, étouffée par la vie chère, descend dans la rue. Dans son viseur : le prix de l’essence imposé par l’État, via une filiale de Total. Les Guyanais ne pourraient-ils pas s’approvisionner chez leurs voisins du Surinam, où le carburant est bien moins cher ? « On avait obtenu une baisse de 50 centimes. Mais l’essence est redevenue l’une des plus chère au monde », peste Gabriel Serville, député du Parti socialiste guyanais, l’un des artisans de l’accord obtenu hier avec l’Etat.

Avoir les mêmes chances de survie qu’en métropole

Aujourd’hui, c’est le secteur de la santé qui cristallise toutes les critiques « Les besoins sont immenses dans l’ouest guyanais » - une zone déshéritée bordant le fleuve Maroni -, estime Chantal Berthelot, députée (Parti socialiste guyanais) de la deuxième circonscription. La situation dans les hôpitaux est particulièrement préoccupante. Dans son rapport de juin 2014 consacré à la santé dans les outre-mer, la Cour des comptes épingle l’hôpital de Saint-Laurent-du-Maroni, « installé principalement dans un ancien bagne » et jugé « particulièrement vétuste ». Mais c’est le Centre médico-chirurgical de Kourou (CMCK) qui se retrouve actuellement au cœur des débats. Le ministère de la Santé prévoyait de vendre au privé cet établissement géré jusque-là par la Croix rouge. Face à la colère des habitants et du personnel soignant, Marisol Touraine a retiré le projet. Reste à le transformer en hôpital public autonome, comme l’exige Pou Lagwiyann Dékolé.

« Nous demandons à être considérés comme des êtres humains » et à « avoir les mêmes chances de survie qu’en métropole », résume le collectif. En Guyane, un bébé de moins d’un an a trois fois plus de risques de mourir qu’en métropole, alors qu’il y a deux fois plus de naissance, et le département compte quatre fois moins de médecins pour 10 000 habitants.

Investissements « urgentissimes » dans l’éducation

Le 28 février 2017, une nouvelle loi censée favoriser l’égalité réelle entre les outre-mer et la métropole est adoptée par le Parlement. Mais de l’autre côté de l’Atlantique, on croit davantage au rapport de force pour faire bouger les lignes. Dans l’éducation, le collectif demande la construction de cinq lycées, dix collèges et 500 classes primaires ainsi que la gratuité des transports et des cantines scolaires. Irréaliste ? « Urgentissime », rétorque Davy Rimane, secrétaire général de l’Union des travailleurs guyanais (Section éclairage) et l’un des leaders du mouvement social. « Aujourd’hui, il y a plus de 5000 enfants déscolarisés. On a accumulé 40 ans de sous-investissement ». Ancien proviseur de lycée, le député Gabriel Serville ne peut qu’approuver : « On n’a pas réussi à conduire plus de 37% d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat », grogne-t-il.

Doit-on en déduire que les pouvoirs publics ont totalement failli dans le domaine de l’éducation et de la santé ? Sans doute pas. Selon l’Insee, à chaque rentrée scolaire, entre deux et quatre nouvelles écoles ouvrent leurs portes en Guyane. De même, les Guyanais ont gagné quatre ans d’espérance de vie au cours des quinze dernières années. Mais une nouvelle donnée a rendu très difficile la quête d’une égalité réelle avec l’Hexagone : l’explosion démographique. En 20 ans, la Guyane a vu sa population doubler, passant de 130 000 à plus de 260 000. Deux raisons à cela : l’augmentation de l’immigration en provenance du Surinam, du Brésil et d’Haïti ; et la forte natalité. Sans surprise, la santé et l’éducation sont les deux principaux bénéficiaires du plan d’investissement de 2,1 milliards signé hier à Cayenne.

« On a soulevé quelque chose qui ne s’arrêtera pas »

Le retard de la Guyane n’est pas uniquement social. Il est aussi économique. En focalisant leur attention sur la réduction des inégalités sociales, les pouvoirs publics auraient creusé les écarts en matière de développement économique, avance le député-maire de Matoury, Gabriel Serville. « On est devenus une espèce de comptoir de consommation ». Comme dans toute l’outre-mer, l’économie guyanaise est dominée par le secteur des services et la fonction publique. La présence de grandes entreprises d’Etat, comme EDF, n’est pas un gage d’accès au service public. « Près de 40 000 personnes n’ont pas accès à l’énergie, déplore Davy Rimane. C’est inadmissible pour un département français ! ». Il y a dix ans, un congrès de l’énergie avait débouché sur une série de résolutions visant notamment à électrifier les communes isolées. « Une seule résolution a été respectée », soupire le responsable syndical.

La lenteur du traitement réservé aux questions brûlantes - hôpitaux, écoles, électricité - incite à la prudence quand il s’agit d’ouvrir un dossier sensible, comme celui du foncier. En Guyane, curiosité locale, l’État possède la grande majorité des terres. Le collectif demandait à l’Etat de rétrocéder aux collectivités locales « et à tous les Guyanais qui en font la demande » la totalité des surfaces qu’il détient. L’État a accepté hier de restituer 250 000 hectares à la collectivité guyanaise ainsi que 400 000 hectares aux Amérindiens et aux Bushinenge, peuple composé de descendants d’esclaves. La rétrocession du reste des terres sera discutée lors d’états généraux organisés prochainement.

« Nous sommes déterminés à ce que les choses changent », répètent l’un après l’autre les porte-paroles du collectif Pou Lagwiyann Dékolé depuis quatre semaines. Lancé par un autre collectif - 500 frères contre la délinquance -, le mouvement social guyanais veut s’attaquer à toutes les violences qui minent le territoire : violence physique, sociale, économique, institutionnelle. Avec en toile de fond, toujours la même question : la Guyane doit-elle évoluer vers plus d’autonomie ? Le sujet est clairement abordé dans le protocole d’accord. Mais la priorité pour les membres du collectif, c’est de continuer à faire vivre ce mouvement porteur de grands espoirs pour les 260 000 Guyanais. « On a soulevé quelque chose qui ne s’arrêtera pas, lançait il y a quelques jours Mickaël Mancée, l’un des initiateurs du collectif. Ce n’est pas un sprint, c’est une course de fond. On est parti pour des mois, voire des années ».



Mots clés de l'article

Partager cet article
Vos commentaires

Focus News : Charlotte d'Ornellas et la volonté de diabolisation du RN
Politique

Focus News : Charlotte d'Ornellas et la volonté de diabolisation du RN

La rédaction de Patmedias vous propose ce nouveau rendez-vous. Focus News. Des décryptages de l'information collectés ici et là, formulés par nos confrères e...
Martinique : une économie contrastée
Économie

Martinique : une économie contrastée

Philippe Jock revient sur la situation contrastée de l'économie martiniquaise quelques mois avant la fin de l'année 2023. Le président de la chambre de comme...
Mort de Taïna : Le point sur l'affaire
Société

Mort de Taïna : Le point sur l'affaire

Un an après la mort de la jeune lycéenne de 17 ans, et suite à la plainte contre X déposée par son père, l'enquête se poursuit. Antonio Saint-Aimé sera bient...
Glyphosate : Emmanuel Macron courbe l'échine face à l'Europe
Europe

Glyphosate : Emmanuel Macron courbe l'échine face à l'Europe

La Commission européenne a décidé jeudi 16 novembre dernier, de renouveler l'autorisation du glyphosate dans l'Union européenne pour 10 ans, lors d'un vote a...
Ne détournez pas les yeux de la « catastrophe humanitaire monumentale à Gaza », déclare Guterres au Conseil de sécurité
Monde

Ne détournez pas les yeux de la « catastrophe humanitaire monumentale à Gaza », déclare Guterres au Conseil de sécurité

Lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée mercredi à la crise israélo-palestinienne, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a salué l'ac...
RAPPEL DE PRODUITS : ATTENTION, CES YAOURTS POURRAIENT PROVOQUER DES IRRITATIONS EN CAS D’INGESTION
Santé-Environnement

RAPPEL DE PRODUITS : ATTENTION, CES YAOURTS POURRAIENT PROVOQUER DES IRRITATIONS EN CAS D’INGESTION

Le site Rappel Conso a émis un rappel de produits, ce jeudi 26 octobre, sur des yaourts brassés natures de la marque Activia, commercialisés dans l’Hexagone....
Jacob Desvarieux : l'offrande de quelques souvenirs incandescents par Patrick Chesneau (Hommage)
Culture

Jacob Desvarieux : l'offrande de quelques souvenirs incandescents par Patrick Chesneau (Hommage)

C'était il y a deux ans. C'était hier et déjà une éternité. En ce 30 juillet 2021, sa courte barbe poivre et sel et ses yeux rieurs se sont retranchés de no...
Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024
Sports

Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024

En décrochant la 3e place des Championnats du monde de Louvain, dimanche, b-girl Syssy, auteure d'une impressionnante montée en puissance cette année, a bous...
GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion
People

GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion

Le journaliste de CNEWS Gérard Leclerc a disparu ce mardi 15 août dans le crash d’un petit avion de tourisme qu’il pilotait à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantiq...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page
  • ISRAËL-HAMAS / TREVE : La trêve entre Israël et le mouvement islamiste terroriste palestinien Hamas a été prolongée in extremis pour un septième jour jeudi pendant que la course diplomatique se poursuit pour tenter de maintenir ce fragile cessez-le-feu et obtenir plus de libérations d'otages.

  • OTAGES : Un nouveau groupe d'otages israéliens et étrangers a été libéré en échange de 30 prisonniers palestiniens dans la nuit de mercredi à jeudi, à quelques heures de l'expiration prévue de la trêve entre Israël et le Hamas, et alors que débute la troisième mission du secrétaire d'Etat Antony Blinken dans la région.

  • LOI IMMIGRATION : Les députés de la commission des Lois ont très largement approuvé mercredi le rétablissement de l'Aide médicale d'État au sein du controversé projet de loi immigration. Sa suppression était défendue seulement par la droite et l'extrême droite. Au-delà de la santé des individus, c'est une question de "santé collective", a défendu le rapporteur du texte.

  • BUDGET 2024 : A l'écart du 49.3 de l'Assemblée nationale, le Sénat vote jeudi la partie recettes du projet de budget de l'Etat pour 2024, dans une version largement remaniée qui peine à convaincre le gouvernement, attaché à ses mesures initiales.

  • INFLATION : L’inflation a connu une forte baisse en novembre selon les chiffres provisoires publiés par l’Insee ce jeudi. Elle était à 4% en octobre et 4,9% en septembre.

  • DUPOND-MORETTI : Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti, jugé pour prise illégale d'intérêts, a été déclaré "non coupable" et relaxé mercredi à Paris par la Cour de Justice de la République (CJR), une décision qui éclaircit son horizon politique.

  • AFFAIRE FOURNIRET : "Je reconnais tous les faits", a dit mercredi l'accusée Monique Olivier, au deuxième jour de son procès devant la cour d'assises des Hauts-de-Seine, pour complicité dans les enlèvements et meurtres de Joanna Parrish, Marie-Angèle Domèce et Estelle Mouzin.

  • PROCÈS BYGMALION : La parole est à l'accusation jeudi dans le procès en appel sur les dépenses excessives de la campagne présidentielle perdue de Nicolas Sarkozy en 2012, pour lesquelles l'ex-chef de l'Etat a été condamné en première instance à un an d'emprisonnement ferme.

  • SONDAGE : Selon un sondage de l’institut CSA pour CNEWS publié ce jeudi 30 novembre, un Français sur deux indique ne pas faire confiance à la justice française.

  • GÉRARD COLLOMB : "Bâtisseur", "homme d''Etat visionnaire"... Emmanuel Macron a rendu un hommage appuyé à Gérard Collomb, l'ancien maire de Lyon qui joua un rôle crucial dans sa conquête de l'Elysée, mercredi, lors de ses funérailles en la cathédrale Saint-Jean.

  • ALLEMAGNE : La justice allemande a condamné jeudi à la prison à perpétuité un Gambien membre d'un escadron de la mort, reconnu coupable notamment de crime contre l'humanité, à l'issue du premier procès dans le pays pour des exactions commises sous le régime du président Yahya Jammeh.

  • COP28 : La COP28, qui s'ouvre jeudi à Dubaï, soulève des attentes immenses, alors que l'année 2023 a remis l'urgence climatique au premier plan. Toutefois, les défenseurs de l'environnement abordent cette réunion annuelle des Nations unies sur le climat avec un espoir mesuré.

  • VILLES LES PLUS CHÈRES : Zurich et Singapour sont les villes les plus chères au monde juste devant New York, selon un classement publié jeudi par l'hebdomadaire britannique The Economist. Paris arrive à la septième place tandis que les deux villes les moins chères du monde sont Damas, en Syrie, et Téhéran, en Iran.

  • HENRY KISSINGER : L'annonce de la mort d'Henry Kissinger, grande figure controversée de la diplomatie américaine à l'époque de la Guerre froide, disparu mercredi à l'âge de 100 ans, a suscité jeudi une pluie d'hommages à travers le monde.

  • USA : Nikhil Gupta, un ressortissant indien de 52 ans, a été inculpé mercredi à New York pour avoir commandité l'assassinat d'un dirigeant séparatiste sikh. Selon l'acte d'accusation, il a été recruté par un agent du gouvernement indien.

  • PÉKIN : Selon des données satellites analysées par le Financial Times, les autorités chinoises ont modifié depuis 2018 près de 1 800 mosquées pour en retirer les dômes, les minarets, et toutes caractéristiques architecturales renvoyant au patrimoine islamique.

  • JAPON : Les recherches ont été vaines jusqu'à présent pour tenter de retrouver jeudi sept membres d'équipage d'un Osprey de l'armée américaine qui s'est écrasé en mer la veille dans le Sud-Ouest du Japon, faisant au moins un mort.

  • JO-PARIS 2024 : Le préfet de police de Paris Laurent Nunez a détaillé mardi, dans une interview au Parisien, ce que seront les conditions de circulation lors des JO de Paris-2024 (du 26 juillet au 11 août) et des Jeux paralympiques (du 28 août au 8 septembre). Restrictions dans certaines zones urbaines, QR codes et dérogations devraient notamment rythmer le quotidien d'une partie de la population francilienne.

  • JO D'HIVER 2030 : La candidature des Alpes françaises à l'organisation des JO d'hiver en 2030 a franchi un pas important mercredi, en entrant seule en "dialogue ciblé" avec le CIO, qui désignera l'hôte l'an prochain, a annoncé le comité d'organisation.