Immigration : les tunisiens ne veulent plus des migrants

 |  par Rédaction Patmedias.fr avec France24 et l'AFP

À Sfax, la mort d'un Tunisien lors de heurts avec des migrants fait craindre des violences.

Des affrontements entre Tunisiens et migrants africains ont éclaté dans la ville côtière de Sfax pendant plusieurs jours. La mort d'un Tunisien poignardé lundi soir, dont une vidéo a été relayée sur les réseaux sociaux, fait craindre une escalade des violences entre les deux parties.

L'homme, né en 1982, a été mortellement poignardé lors d'affrontements tard lundi entre des habitants et des migrants originaires d'Afrique subsaharienne, a indiqué à l'AFP le porte-parole du Parquet de Sfax, Faouzi Masmoudi.

"Trois migrants soupçonnés d'implication dans ce meurtre et qui seraient de nationalité camerounaise, selon les informations préliminaires, ont été arrêtés", a-t-il ajouté.

La nouvelle de sa mort s'est rapidement répandue via une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux par un député de Sfax, Tarek Mahdi, montrant son corps dans la rue et une traînée de sang.

La vidéo a suscité un torrent de réactions, souvent aux relents racistes, appelant à l'expulsion des migrants africains de Sfax.

"Nous allons venger sa mort", a lancé un groupe de jeunes lors des funérailles du défunt selon une vidéo publiée par le collectif Syeb Trottoir qui milite contre l'immigration clandestine à Sfax.

Des appels à ne plus employer ou à ne plus louer des logements aux migrants en situation irrégulière ont été publiés sur la page de ce groupe local.

"Les rues sont transformées en champ de bataille"


Selon des images diffusées sur les réseaux sociaux, des affrontements entre des migrants et des habitants ont éclaté mardi dans plusieurs quartiers de Sfax.

Des hauts responsables de la gendarmerie et de la sûreté nationale se sont déplacés à Sfax où la présence sécuritaire a été renforcée après le meurtre, selon le ministère de l'Intérieur.

Des affrontements à coups de jets de pierres avaient déjà opposé dimanche soir des migrants africains à des habitants de Sfax, lors desquels des véhicules et des logements ont été endommagés.

"Ce soir, pour la troisième nuit d'affilée, les rues sont transformées en champ de bataille, des blessés graves aussi bien tunisiens que migrants subsahariens, incendies, agressions, braquages et des forces de police impuissantes ! Si le pire était à craindre, alors on y est !", a posté lundi soir sur Facebook Franck Yotedje, directeur de l'association Afrique Intelligence, qui œuvre pour la défense des droits des migrants.

Des tensions exacerbées par les propos de Kaïs Saïed


Sfax, dans le centre-est de la Tunisie, est le point de départ d'un grand nombre de traversées illégales vers l'Italie. Dans les quartiers populaires de la ville où habitent les migrants, les violences verbales et physiques sont fréquentes entre les deux parties.

Ces violences se sont multipliées après un discours, le 21 février, du président Kaïs Saïed pourfendant l'immigration clandestine et la présentant comme une menace démographique pour son pays.

Lors d'une visite mardi au siège du ministère de l'Intérieur à Tunis, Kaïs Saïed a évoqué la situation à Sfax "après l'acte criminel qui s'y est produit", selon un communiqué de la présidence. La Tunisie "n'accepte pas que réside sur son territoire quiconque ne respecte pas ses lois, ni d'être un pays de transit [vers l'Europe] où une terre de réinstallation pour les ressortissants de certains pays africains", a-t-il répété selon la même source.

La plupart des migrants d'Afrique subsaharienne viennent en effet en Tunisie pour tenter ensuite de rejoindre l'Europe par la mer, en débarquant clandestinement sur les côtes italiennes.

Kaïs Saïed a affirmé mardi que des "réseaux criminels" étaient à l'origine de l'immigration illégale et qu'ils avaient pour objectif de troubler "la paix sociale en Tunisie".

Selon Romdane Ben Amor, responsable au Forum des droits économiques et sociaux (FTDES) , une ONG locale qui suit les questions migratoires en Tunisie, la tension actuelle à Sfax était "attendue".

Le FTDES "a mis en garde contre la situation tragique et inhumaine des migrants aggravée par un discours de haine à leur encontre, ce qui explique ces violences", a-t-il déclaré à l'AFP, en appelant à adopter un discours "apaisant".



Partager cet article
Vos commentaires

Lampedusa : La fermeté de Darmanin face aux migrants
Politique

Lampedusa : La fermeté de Darmanin face aux migrants

«La France n'accueillera pas de migrants qui viennent de Lampedusa». Au lendemain de son entretien à Rome avec son homologue italien concernant l'afflux de ...
L’économie martiniquaise à la recherche d’un second souffle
Économie

L’économie martiniquaise à la recherche d’un second souffle

C'est ce qui ressort de la dernière enquête sur le dernier trimestre 2023, de l'Institut d'émission des départements d'outre-mer (IEDOM). En Martinique, la c...
De Washington à Alger, solidarité avec le Maroc après le séisme
Société

De Washington à Alger, solidarité avec le Maroc après le séisme

Le séisme, qui a fait plusieurs milliers de morts au Maroc dans la nuit de vendredi à samedi, a suscité un élan de solidarité dans le monde, plusieurs pays e...
Président Michel : "nous travaillons dur pour que l'Ukraine ait ce dont elle a besoin : plus d'armes, plus de munitions, et plus vite"
Europe

Président Michel : "nous travaillons dur pour que l'Ukraine ait ce dont elle a besoin : plus d'armes, plus de munitions, et plus vite"

Remarques liminaires de Charles MICHEL, président du Conseil européen, lors de la conférence de presse précédant le sommet du G7 le 19 mai 2023 à Hiroshima.
Le monde se réunit à l’ONU pour prendre le pouls de la planète
Monde

Le monde se réunit à l’ONU pour prendre le pouls de la planète

Le moment est à nouveau venu ! Comme chaque année, les projecteurs du monde entier se braqueront sur le Siège de l'ONU à New York à la fin du mois, lorsque l...
Les volcans du nord de la Martinique rejoignent le patrimoine mondial de l’Unesco
Santé-Environnement

Les volcans du nord de la Martinique rejoignent le patrimoine mondial de l’Unesco

Les volcans et forêts de la Montagne Pelée et des pitons du nord de la Martinique ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, a annoncé ...
Jacob Desvarieux : l'offrande de quelques souvenirs incandescents par Patrick Chesneau (Hommage)
Culture

Jacob Desvarieux : l'offrande de quelques souvenirs incandescents par Patrick Chesneau (Hommage)

C'était il y a deux ans. C'était hier et déjà une éternité. En ce 30 juillet 2021, sa courte barbe poivre et sel et ses yeux rieurs se sont retranchés de no...
Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024
Sports

Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024

En décrochant la 3e place des Championnats du monde de Louvain, dimanche, b-girl Syssy, auteure d'une impressionnante montée en puissance cette année, a bous...
GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion
People

GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion

Le journaliste de CNEWS Gérard Leclerc a disparu ce mardi 15 août dans le crash d’un petit avion de tourisme qu’il pilotait à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantiq...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page
  • AUVERGNE : L'élevage, "il faut que ça paie". Le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau a assuré qu'il n'était "pas question", au nom de la lutte contre l'inflation, "de revenir" sur les lois visant à augmenter le revenu des agriculteurs, mardi au premier jour du sommet de l'élevage, près de Clermont-Ferrand.

  • SÉNAT : Le président du Sénat Gérard Larcher a été confortablement réélu lundi aux commandes de la chambre haute pour un cinquième mandat de trois ans à ce poste, une formalité pour ce ténor de la droite, soutenu par le centre et apprécié au-delà.

  • ÉTATS GÉNÉRAUX DE L'INFORMATION : Fiabilité de l'info, indépendance des journalistes, protection des sources: lancés mardi, les Etats généraux de l'information espèrent mobiliser le grand public sur ces questions rendues brûlantes par l'actualité.

  • HAITI : Après un an d'atermoiements, le Conseil de sécurité de l'ONU a donné son feu vert lundi à l'envoi en Haïti d'une mission multinationale menée par le Kenya pour aider la police dépassée par les gangs, une décision saluée comme une "lueur d'espoir" par Port-au-Prince.

  • SOMMET : Le sommet de l'élevage, plus grand salon du genre en Europe, ouvre ses portes mardi à Cournon d'Auvergne (Puy-de-Dôme), sous forte pression des professionnels de la viande bovine dans un contexte de déclin de la production française.

  • NOBEL DE PHYSIQUE : Les chercheurs ont été récompensés pour avoir créé "des impulsions extrêmement courtes de lumière qui peuvent être utilisées pour mesurer les processus rapides au cours desquels les électrons se déplacent ou changent d'énergie", indique le jury.

  • NOBEL DE PHYSIQUE : Le Nobel de physique a consacré mardi la Franco-suédoise Anne L'Huillier, le Français Pierre Agostini et l'Austro-hongrois Ferenc Krausz pour leur recherche sur les flashs lumineux ayant permis de comprendre les mouvements ultra-rapides des électrons dans les atomes et molécules.

  • BELGIQUE : Les deux détenus qui avaient scié les barreaux de leurs cellules de l'établissement pénitentiaire pour mineurs de Quiévrechain (Nord) et s'étaient évadés dans la nuit de dimanche à lundi, ont été arrêtés lundi en Belgique, a annoncé le parquet de Lille.

  • NAGORNY KARABAKH : Un soldat arménien a été tué lundi et deux autres blessés selon l'Arménie, tandis qu'une patrouille mixte russe et azerbaïdjanaise a essuyé des tirs selon la Russie, attestant de la volatilité de la situation dans le Haut-Karabakh

  • RDC : Le docteur Denis Mukwege, prix Nobel de la paix en 2018 pour son action en faveur des femmes violées, a annoncé lundi à Kinshasa sa candidature à la présidentielle du 20 décembre prochain en République démocratique du Congo.

  • TURQUIE : La Turquie a mis en garde dimanche les "terroristes" et mené des frappes aériennes contre le PKK au Kurdistan irakien, quelques heures après un attentat suicide de l'organisation, qui a fait deux blessés au coeur de la capitale, Ankara.

  • THAILANDE : Un adolescent de quatorze ans a été arrêté mardi après une fusillade meurtrière survenue dans un centre commercial fréquenté de Bangkok, un an après la tuerie la plus importante de l'histoire moderne de la Thaïlande.

  • TRUMP : Donald Trump, accusé avec deux de ses fils d'avoir surévalué de milliards de dollars dans les années 2010 leur patrimoine immobilier, s'en est pris lundi à un "simulacre" de justice incarnée par une procureure "raciste" et un juge "voyou".

  • CRYPTOMONNAIE : Milliardaire à la fortune envolée, idole devenue paria, l'Américain Sam Bankman-Fried est jugé depuis mardi devant un tribunal fédéral new-yorkais, où il doit répondre d'accusations de fraude et de détournement.