A Madagascar, l’UNICEF a traité en deux mois autant d’enfants pour malnutrition aiguë sévère qu’en un an normalement. ENTRETIEN

 |  par Onu Info / Patmedias
© UNICEF/UN0496476/Andriananten La main d'un enfant souffrant de malnutrition est posée sur les mains de sa grand-mère. L'enfant vit à Kobamirafo, à 50 minutes de marche du Centre de santé de base d'Ambohimalaza, dans la Région Androy au sud de Madagascar.

Madagascar est au bord de la famine, en particulier le sud du pays. La raison principale : le changement climatique. L’insécurité alimentaire ne cesse de s’aggraver et touche 1,5 million de personnes. Le nombre d’enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère est en augmentation. Ces deux derniers mois, l’UNICEF, le Fond des Nations Unies pour l’enfance, a traité 14.000 enfants, un chiffre normalement enregistré au cours de toute une année.

Contrairement à d’autre pays africains, aucun conflit n’entre en jeu dans la situation que subit le sud de Madagascar. L’île est particulièrement exposée aux cyclones en raison de sa situation géographique dans l’océan Indien. En moyenne, 1,5 cyclone touchent les côtes malgaches chaque année et chaque cyclone majeur affecte 700.000 personnes en moyenne. Cependant, ces chiffres sont en augmentation à cause du réchauffement climatique.

Le dérèglement climatique a également augmenté la fréquence des épisodes de sécheresse et d’autres catastrophes comme les inondations et les essaims de criquets. La région dite du Grand Sud, qui est la plus pauvre du pays, est également la plus exposée aux risques climatiques. Cette région souffre aussi d’un manque chronique d’infrastructures et d’investissements publics. C’est dans cette région que l’État est le plus faible et le moins à même de faire face aux défis cumulés de la pandémie et du réchauffement climatique.

Dans une interview accordée à ONU Info, Jean-Benoit Manhes, Représentant adjoint de l'UNICEF à Madagascar explique que les enfants sont les premières victimes de ce changement climatique  L’entretien a été édité par souci de clarté.

Jean-Benoit Manhes : Madagascar est un pays parmi les plus pauvres du monde avec 77% de la population qui vit dans l’extrême pauvreté. La situation dans le sud est structurellement difficile avec des conditions climatiques très dures. Ces conditions ont été aggravées au cours des dernières années par le changement climatique, et aussi par la détérioration économique liée à la Covid-19. 

Vao Soagnaveree, 27 ans, avec deux de ses enfants souffrant de malnutrition sévère, Fedraza en jaune (2 ans, garçon) et Samberahae en rouge (3 ans, fille)... Elle vit à Kobamirafo, dans la région d'Androy, à 15 km d'Ambovombe, dans le sud de Madagascar.
© UNICEF/UN0496503/Andriananten - Vao Soagnaveree, 27 ans, avec deux de ses enfants souffrant de malnutrition sévère, Fedraza en jaune (2 ans, garçon) et Samberahae en rouge (3 ans, fille)... Elle vit à Kobamirafo, dans la région d'Androy, à 15 km d'Ambovombe, dans le sud de Madagascar.

ONU Info : On va parler surtout des enfants qui sont très affectés par cette situation. Qu'est-ce que vous voyez exactement sur le terrain ? 

Jean-Benoit Manhes : Les enfants une fois de plus, même si la situation peut être contrastée selon les villages, sont les premières victimes, principalement du fait que la sécheresse se traduit par un manque d'eau qui conduit les populations locales à utiliser n'importe quelle source d'eau. Cc qui va créer des maladies, des diarrhées qui vont affaiblir les enfants. Cet affaiblissement, lorsqu'il est combiné à une insuffisance alimentaire, va conduire l'enfant à la malnutrition aiguë sévère. 
Et pour vous donner une idée de l'échelle, on prévoit à peu près 110.000 enfants qui seront affectés par une malnutrition aiguë sévère, donc, qui auront besoin d'une réhabilitation thérapeutique. Au cours des deux derniers mois, nous en avons traité 14.000, ce qui est d'habitude le nombre d'enfants que nous traitons sur une année entière.

ONU Info : Qu'est-ce que vous pouvez faire pour aider ces populations et ces enfants ? 

Jean-Benoit Manhes : Notre force, c'est d'être sur le terrain dans les trois régions les plus les plus impactées, avec des personnels qui représentent tous les secteurs : l'eau, la santé et la nutrition, la protection de l'enfance, l'éducation. Ce que l'on fait, c'est aider ces enfants qui sont à la limite de la famine et assurer qu’ils ne franchissent jamais cette limite. Pour cela, nous avons des systèmes de détection, des systèmes d'information des familles, et surtout des systèmes de traitement des enfants auxquels nous fournissons également de l'eau et une protection sociale pour éviter qu'ils ne soient à nouveau confrontés aux causes qui les ont rendus malnutris. Nous travaillons en coopération avec le gouvernement, les ONG et les autres agences des Nations Unies pour fournir autant que possible une aide concertée, cohérente et intégrée et s'assurer que ce qu'on apporte vise à assurer non seulement une survie, mais aussi un développement de l'enfant.

Renforcer la résilience des populations

Le sud de Madagascar a été frappé par plusieurs sécheresses consécutives (archives).
Photo FAO/Luc Genot - Le sud de Madagascar a été frappé par plusieurs sécheresses consécutives (archives).

ONU Info : Madagascar est en état d'urgence depuis plusieurs années. Que faut-il faire pour aider ce pays ? 

Jean-Benoit Manhes : Il y a un impératif humanitaire auquel on doit répondre, auquel nous répondons avec nos partenaires. Mais cela doit se faire dans la vision de renforcer la résilience des populations, de renforcer la participation des populations, de renforcer les systèmes de réponse. Donc, nous, on travaille beaucoup avec le système national de santé qu'on renforce au quotidien. On travaille beaucoup avec le système éducatif, avec le système de nutrition et on s'assure qu’on appuie cela par des ouvrages pérennes, notamment dans le secteur de l'eau. C'est une sécheresse, qui ne surprend personne, mais elle surprend par sa sévérité, par sa durée. C'est une zone qui est fréquemment sujette à une provision limitée d'eau. Et donc construire des grands systèmes, des systèmes pérennes plutôt que simplement apporter de l'eau en camion-citerne est une stratégie qui non seulement va servir à répondre à l'impératif humanitaire, mais va également poser les bases d'un développement un peu plus soutenable du sud de Madagascar. Cela dit, il faut également que le gouvernement, appuyé par ses partenaires internationaux, renforce les grandes infrastructures de communications du développement économique du sud de Madagascar. 

Apporter une aide intégrée et soutenable à chaque enfant de Madagascar

Samberahae, 3 ans, et Fedraza, 2 ans, dégustent leur ration de Plumpy nut au Centre de Santé de Base d'Ambohimalaza, Ambovombe, Région Androy, Sud de Madagascar.
© UNICEF/UN0496554/Andriananten - Samberahae, 3 ans, et Fedraza, 2 ans, dégustent leur ration de Plumpy nut au Centre de Santé de Base d'Ambohimalaza, Ambovombe, Région Androy, Sud de Madagascar.

ONU Info : Mais ces enfants, à Madagascar, ne sont pas seulement affectés par la sécheresse et le changement climatique. Il y a la pauvreté et les mariages précoces ? 

Jean-Benoit Manhes : Ce qui est difficile, en effet, à Madagascar, on ne sait pas par où commencer. Parce que oui, certes, l'urgence du Sud est la partie la plus visible, mais être un enfant Madagascar, c'est en effet - et nos partenaires du gouvernement le savent pertinemment - un défi en termes d'accès à une éducation de qualité, en termes d'accès à des soins de santé de qualité, en termes d'accès à des aliments nutritifs de qualité. La pauvreté a été aggravée également par l'isolement que la Covid a créé.

Notre approche est de renforcer le capital humain. Notre vision n’est pas d'arriver simplement avec une aide d'urgence qui ne durera qu'un temps, notre vision, c'est de mobiliser la société pour apporter des réponses pérennes le plus possible, en utilisant des systèmes, et en utilisant des interventions qui se renforcent. Par exemple, en fournissant de l'eau aux écoles ou de l’eau aux établissements de santé et en s’assurant qu’il y a un suivi lorsque les enfants quittent l'école pour s'assurer qu'ils ne tombent pas dans les pires formes de mariage ou d'exploitation. Donc c'est vraiment ça notre vision, c'est apporter une aide intégrée et soutenable à chaque enfant de Madagascar. Et en effet malheureusement, du fait de la pauvreté, du fait de cette crise économique créée par la Covid, il n'y a pas seulement le Sud qui a besoin d'un soutien, mais ce soutien doit être coordonné et doit être adapté aux besoins des populations locales. 

Une femme recueille l'eau de pluie sur une route dans le sud de Madagascar, frappé par la sécheresse.
© UNICEF/Safidy Andrianantenaina - Une femme recueille l'eau de pluie sur une route dans le sud de Madagascar, frappé par la sécheresse.

ONU Info : Vous avez dit que le changement climatique est à la fois la cause et la conséquence de la pauvreté, n'est-ce pas ? 

Jean-Benoit Manhes : Le changement climatique prend plusieurs formes à Madagascar, à la fois du fait de la multiplication des cyclones, des sécheresses, des inondations, mais aussi du fait de la raréfaction de l'eau et de l'érosion, ce qui conduit les populations locales parfois à des mécanismes d'adaptation qui, à court terme les servent, mais à long terme, contribuent à l'impact du changement climatique via une déforestation de masse, une certaine érosion et une utilisation parfois non soutenable des ressources naturelles. 

Le but également, ça va être d'amener les partenaires qui travaillent sur l'environnement, ceux qui travaillent sur le capital humain et le secteur social, à travailler ensemble parce qu'on ne devrait pas avoir à choisir entre les enfants et les lémuriens. Mais je pense que si on veut sauver l'un, il faut sauver l'autre.

ONU Info : Nous nous approchons de la COP26, la Conférence sur le climat. Quel est l'appel de l'UNICEF, et le votre sur le terrain, à toutes ces personnes qui vont aller à la COP26 ? 

Jean-Benoit Manhes : Notre appel est à trois niveaux. Le premier est de poursuivre le plaidoyer pour rappeler que les enfants sont en première ligne. Le deuxième, c'est  d’assurer que le plaidoyer n'est pas seulement le mien, mais celui des jeunes eux-mêmes et que nous allons le porter. Le troisième, c'est de s'assurer qu'il y a des réponses. C’est à dire de montrer que non seulement le gouvernement peut et doit répondre au changement climatique en le prévenant, en l’atténuant, en s’adaptant mais que ces réponses doivent aussi venir des communautés, des structures locales et qu'il faut appuyer, encourager, écouter ces communautés. 
On ne peut pas s'arrêter au plaidoyer, il faut pouvoir montrer que des actions sont possibles et que ces actions, certes, sont en priorité de la responsabilité des gouvernements mais que chacun d'entre nous peut contribuer également à la lutte contre le changement climatique et ses conséquences.


Vos commentaires

La discrimination capillaire : Refusons d’être de mèche !
Politique

La discrimination capillaire : Refusons d’être de mèche !

Une proposition de loi visant à interdire la « discrimination capillaire » a été adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale le 28 mars 2024. Elle ...
Octroi de mer : « Le statu quo n'est plus possible sur le dernier impôt colonial qu'il nous reste» selon P.Jock
Économie

Octroi de mer : « Le statu quo n'est plus possible sur le dernier impôt colonial qu'il nous reste» selon P.Jock

Si pour la Cour des Comptes l'octroi de mer est une taxe à la croisée des chemins, sa réforme annoncée constitue un véritable casse-tête pour les Drom. Dans...
Outre-Mer : Une Justice Moribonde ?
Société

Outre-Mer : Une Justice Moribonde ?

La Justice en outre-mer fait depuis toujours, couler des rivières d’encre. « Inégale, à charge, à deux vitesses, scélérate », nombreux sont les ultramarins q...
Biélorussie : Loukachenko plus que jamais au pouvoir ?
Europe

Biélorussie : Loukachenko plus que jamais au pouvoir ?

Le chef d’État biélorusse Alexandre Loukachenko a déclaré qu’il se présenterait à nouveau à l’élection présidentielle de son pays en 2025, a rapporté dimanch...
Le chef de l’ONU condamne les attaques de l’Iran contre Israël, réunion du Conseil de sécurité dimanche
Monde

Le chef de l’ONU condamne les attaques de l’Iran contre Israël, réunion du Conseil de sécurité dimanche

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné samedi « la grave escalade que représente l’attaque à grande échelle lancée ce soir contre Israë...
Assurance maladie : qui sont les fraudeurs ?
Santé-Environnement

Assurance maladie : qui sont les fraudeurs ?

466 millions d'euros de fraudes détectées en 2023. Facturations d'actes fictifs, trafics de médicaments, faux arrêts de travail vendus via les réseaux socia...
Adieu Maryse Condé et au revoir à travers ton oeuvre
Culture

Adieu Maryse Condé et au revoir à travers ton oeuvre

Les obsèques de l'écrivaine Maryse Condé, exploratrice des identités antillaises et noires, vendredi à l'église Saint-Germain-des-Prés à Paris. La romancièr...
Giani Catorc : l'étoffe d'un champion entre vitesse et motocross
Sports

Giani Catorc : l'étoffe d'un champion entre vitesse et motocross

Giani Catorc n'a que 16 ans et déjà 3 titres de Champion de France et 2 titres de Champion d'Europe. Les champions français viennent de tout bord. Giani Cat...
GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion
People

GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion

Le journaliste de CNEWS Gérard Leclerc a disparu ce mardi 15 août dans le crash d’un petit avion de tourisme qu’il pilotait à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantiq...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page
  • ► La flamme olympique des JO de Paris a été allumée mardi en milieu de journée sur le site antique d'Olympie, en Grèce, à quelque 100 jours de la cérémonie d'ouverture du 26 juillet. La flamme a ensuite été transportée au stade antique d'Hestadia pour être transmise au premier relayeur, le champion olympique grec d'aviron Stefanos Ntouskos, qui l'a transmise à l'ancienne nageuse Laure Manaudou, première relayeuse française.

  • ► Un an après l’échec de l’opération Wuambushu, le gouvernement mise désormais sur le dispositif «place nette» déployé dans l’Hexagone pour venir à bout de la violence qui déstabilise Mayotte. Invitée de «Télématin» sur France 2 ce mardi, la ministre déléguée chargée des Outre-mer, Marie Guévenoux, a ainsi annoncé le lancement d’une opération «Mayotte place nette». «Depuis ce matin dès l’aube à Mayotte, deux opérations, une de police et une de gendarmerie, ont lieu sur le terrain, dans deux points différents de l'île. [...] Ce matin, il y a 400 policiers et gendarmes sur le terrain», a-t-elle indiqué.

  • ► Emmanuel Macron a salué mardi le rôle de deux Français, de "véritables héros", qui se sont interposés lors d'une attaque au couteau en Australie qui a fait six morts samedi dans un centre commercial de Sydney.

  • ► Le bâtiment historique de l'ancienne Bourse de Copenhague, datant du XVIIe siècle et actuellement en travaux, a pris feu mardi et sa flèche emblématique s'est effondrée devant des Danois médusés.

  • ► L'eurodéputé allemand Markus Pieper a annoncé lundi qu'il renonçait à un poste hautement rémunéré à la Commission européenne, après une polémique qui menaçait la campagne électorale de la présidente Ursula von der Leyen à quelques semaines des élections européennes.

  • ► L'écrivain Salman Rushdie raconte dans "Le Couteau", un livre mémoire qui sort mardi aux États-Unis et jeudi en France, l'attaque qui a failli le tuer en 2022, dernier épisode d'une vie sous la menace depuis ses "Versets sataniques".

  • ► Israël promet "une riposte" à l'attaque massive et sans précédent lancée par l'Iran, malgré les appels de nombreux pays, y compris son allié américain, à éviter une escalade dans une région déjà endeuillée par la guerre en cours dans la bande de Gaza.

  • ► Le Royaume-Uni pourrait progressivement devenir un pays sans tabac. Les députés débattent mardi d'un projet de loi selon lequel les jeunes de moins de 15 ans aujourd'hui ne se verront jamais vendre légalement de cigarettes. Le tabagisme est la principale cause de mortalité évitable au Royaume-Uni, selon le gouvernement.

  • ► Un comité d'élus américains a accusé mardi les autorités chinoises de participer indirectement à la production de fentanyl, un puissant opiacé responsable de la mort de dizaines de milliers de personnes chaque année aux États-Unis.

  • ► Un établissement scolaire de Londres, réputé pour ses règles strictes, a remporté mardi son procès contre une élève musulmane qui contestait l'interdiction de faire ses prières dans l'école, estimant que cela allait à l'encontre de sa liberté religieuse. Cette élève avait attaqué devant la Haute Cour de justice la Michaela Community School, une école «libre» située à Wembley, un quartier du nord-ouest de Londres, estimant être victime d'une politique discriminatoire.

  • ► Les procédures de rappel continuent. Cette fois ce sont des pizzas «reine, chèvre-miel, alsacienne, franc-comtoise et thon» sur lesquelles le site Rappel Conso alerte. D’abord distribuées par Auchan Avallon (Yonne), elles ont ensuite été commercialisées dans le reste de la France entre le 8 et le 12 avril. En cause ? La «présence possible» de débris de verre dans l'un de leurs ingrédients, «l'origan en feuille». Elles ont une date de péremption fixée au 12 avril.

  • ► Battus à domicile (2-3) par Barcelone au match aller, le PSG et Kylian Mbappé n'ont plus d'autre choix que de s'imposer en Catalogne pour espérer se qualifier en demi-finale de Ligue des champions.