Officialisation du Créole : recours en appel retoqué à Bordeaux

 |  par Patrick JEAN-PIERRE

Suite à l'audience qui s'est déroulée lundi, la cour administrative d'appel de Bordeaux a remis en cause le juge des référés de Fort-de-France. C'est ce que révèle le journal France Antilles.

C'est son cheval de bataille. Serge Letchimy, Président de l'Exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique souhaite chevaucher fièrement, arborant « Créole-Français » ou « Français-Créole » , côte à côte sur un même étendard.

Seulement voilà. Selon le journal France Antilles, la cour administrative d'appel de Bordeaux a annulé la décision du tribunal administratif de Fort-de-France de débouter le préfet de la Martinique. Le représentant de l’Etat en Martinique, Jean-Christophe Bouvier avait demandé la suspension de la délibération de l'Assemblée territoriale sur l'officialisation du créole.


Toujours selon le quotidien des Antilles, la Cour administrative d’appel de Bordeaux n'a pas encore transmis aux parties les motivations de sa décision. Elle devrait le faire ce mercredi. Pour l'instant, le juge des référés n'a transmis que le « dispositif », c'est-à-dire la décision proprement dite. Une fois que les motivations seront connues, la CTM et son avocat pourront « s'adapter au dispositif, à la motivation de la cour d'appel pour affiner la stratégie », affirme Maître Ursulet. En effet, en fonction du raisonnement des magistrats bordelais, la Collectivité territoriale pourra se pourvoir en cassation sur cette décision de la cour administrative d'appel, ou « se concentrer sur le débat au tribunal administratif sur le fond » et renoncer à un pourvoi. Quoi qu'il en soit, souligne-t-il, la décision de la juridiction girondine "ne change rien au fond du problème puisqu'on n'a pas encore plaidé le fond".
Et de souligner que concrètement, « la suspension n'a pas de conséquences puisqu'il n'y avait pas d'éléments normatifs et que c'était un acte préparatoire » .


La délibération de l’Assemblée de Martinique n’est-elle qu’un acte préparatoire ?

Sans se prononcer sur l’emploi de la langue créole, le tribunal administratif a eu à statuer sur la nature de la délibération adoptée par l’Assemblée de Martinique. Dans sa défense, la Collectivité soutenait en effet que sa délibération n’était qu’un acte préparatoire insusceptible de recours, c’est-à-dire qu’elle ne constituait pas un acte décisoire. C’est dans ce sens qu’a statué le juge des référés. Selon son ordonnance, l’article 1er, qui est le seul dont le préfet avait demandé la suspension, n’a pas d’autre objet que d’autoriser le président de cette assemblée à transmettre le « projet de loi » demandant au Gouvernement de modifier des dispositions législatives et réglementaires en vigueur, ce que prévoit le Code général des collectivités territoriales (art. L. 7252-1). Il ne s’agit alors que d’une proposition de modification ou d’adaptation du droit existant. La seule obligation pesant sur la Première ministre est d’accuser réception et d’indiquer dans quel délai elle entend apporter une réponse.

L’ordonnance de référé précise que la transmission au contrôle de légalité ne préjuge en rien de la nature juridique de cet acte. La transmission de toutes les délibérations de l’Assemblée de Martinique au contrôle de légalité est en effet obligatoire sans que cela préjuge de leur contenu normatif et de leur caractère décisionnel (art. 7231-1). La requête a donc été jugée irrecevable. Il est possible que la même réponse soit apportée sur le fond à la demande d’annulation de la délibération.

Les collectivités territoriales peuvent-elles reconnaître l’usage officiel d’une langue régionale ?

L’article 1er de cette délibération, approuvée à l’unanimité par les conseillers territoriaux moins une abstention, contient bien une affirmation dénuée de toute ambiguïté dans la mesure où l’Assemblée a reconnu le rôle et la place de la langue créole « comme langue officielle de la Martinique, au même titre que le français ». L’article 2 de la délibération a prévu à la suite que « la Collectivité territoriale de Martinique agira en faveur de la pleine reconnaissance du créole en tant que marqueur identitaire et collectif et en tant que langue vivante à laquelle l’Education nationale doit donner pleinement sa place au sein des programmes scolaires ». La référence à l‘identité serait de nature, si cette délibération devait être autre chose qu’une proposition adressée au Premier ministre, à porter atteinte à l’indivisibilité de la République.

Le droit français en matière de reconnaissance des langues régionales est assez sommaire. Tandis que l’article 2 de la Constitution proclame depuis 1992 que la langue de la République est le français, la révision de 2008 s’est contentée d’affirmer que « Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France » (art. 75-1). Il n’existe pas de véritable loi sur la reconnaissance des langues régionales en France, même si celle du 21 mai 2021 est relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion. Le contenu de cette loi est d’ailleurs fort modeste et il est surtout concentré sur l’enseignement des langues régionales. Elle ne proclame en rien un droit à pratiquer de manière officielle et publique une langue dite régionale même au sein des outre-mer français. Cette dernière loi n’est ainsi pas citée au visa de la décision du juge de Martinique.

L’Assemblée territoriale d’une collectivité, comme celle de Martinique, n’a pas compétence pour reconnaître que le créole ou une autre langue a le statut de langue officielle même « au même titre que le français », ce qui serait le cas si la délibération avait valeur de décision. Le Conseil constitutionnel, saisi à plusieurs reprises, notamment à propos de la loi précitée, a jugé qu’ « En vertu des dispositions de l’article 2 de la Constitution, l’usage du français s’impose aux personnes morales de droit public et aux personnes de droit privé dans l’exercice d’une mission de service public. Les particuliers ne peuvent se prévaloir, dans leurs relations avec les administrations et les services publics, d’un droit à l’usage d’une langue autre que le français, ni être contraints à un tel usage »

Cette loi du 21 mai 2021 a modifié la loi du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française pour affirmer que ses dispositions « ne font pas obstacle à l’usage des langues régionales et aux actions publiques et privées menées en leur faveur ». Si elle est un peu plus directive que le texte précédent qui se limitait à disposer que la loi ne s’opposait pas à l’usage des langues régionales, elle se contente de ne pas faire obstacle, ce qui ne signifie néanmoins pas leur reconnaître un statut que ni la Constitution ni la loi ne garantissent. Dans un jugement du 9 mai 2023, le Tribunal administratif de Bastia a censuré une délibération de l’Assemblée de Corse sur le bilinguisme au sein de cette collectivité unique. Il faudra alors plus que des délibérations de collectivités territoriales, même dotées d’un statut particulier, pour imposer une langue régionale officielle à côté du français. Surtout, lorsque l’usage de cette langue dépassera le cadre des seules délibérations des assemblées.

Affaire à suivre.

 


Vos commentaires

Outremer : Une nouvelle ministre déléguée and what else ?
Politique

Outremer : Une nouvelle ministre déléguée and what else ?

La valse des délégués à l'Outremer se poursuit. Elle s’appelle Marie Guévenoux. Depuis le 8 février 2024 , elle est la nouvelle ministre déléguée chargée des...
La croissance économique mondiale va ralentir cette année, prévoit l’ONU
Économie

La croissance économique mondiale va ralentir cette année, prévoit l’ONU

La croissance économique mondiale devrait ralentir, passant d’un taux estimé à 2,7% en 2023 à 2,4% en 2024, soit une tendance inférieure au taux de croissanc...
Infos choisies présentée par Katy ESPINO
Société

Infos choisies présentée par Katy ESPINO

La nouvelle émission de la rédaction fait peau neuve. " INFOS CHOISIES " accompagne l'ère du temps et expérimente l'arrivée de Katy ESPINO. Présentatrice vir...
Guerre entre Israël et le Hamas: Les députés européens appellent à un cessez-le-feu permanent à deux conditions
Europe

Guerre entre Israël et le Hamas : Les députés européens appellent à un cessez-le-feu permanent à deux conditions

Les députés demandent que tous les otages soient libérés immédiatement et sans condition et que l’organisation terroriste du Hamas soit démantelée. Dans une...
Gaza : Faudra une fortune pour reconstruire selon un rapport
Monde

Gaza : Faudra une fortune pour reconstruire selon un rapport

La reconstruction de Gaza, quand le conflit actuel sera terminé, prendra des décennies et coûtera des dizaines de milliards de dollars, a prévenu une agence ...
La «Greta africaine» Rahmina Paullete a la crise climatique dans les veines
Santé-Environnement

La «Greta africaine» Rahmina Paullete a la crise climatique dans les veines

Rahmina a 17 ans et est passionnée par l'écologie. Rahmina Paullete n'a que 17 ans et elle a participé pour la deuxième fois à la COP pour y défendre une al...
Kassav : Pour Jean-Claude Naimro, « le groupe existe plus que jamais malgré le départ de Jacob »
Culture

Kassav : Pour Jean-Claude Naimro, « le groupe existe plus que jamais malgré le départ de Jacob »

Pour ceux qui annonçaient la chute du groupe Kassav, Jean-Claude Naimro remet « l'église au milieu du village ». Non, le groupe n'est pas en chute libre dans...
Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024
Sports

Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024

En décrochant la 3e place des Championnats du monde de Louvain, dimanche, b-girl Syssy, auteure d'une impressionnante montée en puissance cette année, a bous...
GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion
People

GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion

Le journaliste de CNEWS Gérard Leclerc a disparu ce mardi 15 août dans le crash d’un petit avion de tourisme qu’il pilotait à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantiq...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page
  • « MA PETITE ORPHELINE BIEN-AIMEE » : Juste avant de mourir fusillé, le 21 février 1944, Missak Manouchian écrivait une lettre à son épouse Mélinée. Cette lettre d’amour et d’adieu du résistant communiste a été lue, ce mercredi 21 février, lors de la cérémonie d’entrée au Panthéon du couple par Patrick Bruel.

  • MAYOTTE : Le président des Républicains Eric Ciotti a demandé à Emmanuel Macron, ce mercredi 21 février, de déclarer «l’état d’urgence» à Mayotte et de mobiliser la Marine nationale, afin de régler les problèmes liés à l’immigration irrégulière que traverse le 101e département français.

  • AGRICULTEURS / ATTAL : Le gouvernement veut présenter d'ici l'été un nouveau texte de loi pour «renforcer le dispositif Egalim» devant permettre une meilleure rémunération des agriculteurs dans le cadre des négociations entre distributeurs et fournisseurs agro-industriels, a annoncé Gabriel Attal mercredi.

  • J.GODRECHE : Alors que les rumeurs circulent depuis quelques heures sur son éventuelle venue à la prochaine cérémonie des César, Judith Godrèche a tenu à s’exprimer ce mercredi via les réseaux sociaux, appelant à «entendre» les victimes de violences sexuelles. «Que j'aille aux César ou pas, on s'en fiche bien».

  • TOUR EIFFEL / GREVE : La tour Eiffel était de nouveau fermée pour la deuxième journée consécutive, mardi, en raison d'une grève lancée par les deux syndicats représentatifs du personnel qui dénoncent la gestion du site. Sauf coup de théâtre, elle devrait rester inaccessible mercredi.

  • GAZA : La bande de Gaza est toujours plongée mercredi dans une situation humanitaire catastrophique, au lendemain de frappes israéliennes meurtrières contre le territoire et du veto des États-Unis à un projet de résolution à l'ONU exigeant un cessez-le-feu immédiat.

  • UKRAINE : L'armée ukrainienne a démenti mercredi avoir perdu le contrôle de sa tête de pont de Krynky sur la rive occupée du Dniepr, dans le sud de l'Ukraine, et dont le président russe Vladimir Poutine lui-même avait revendiqué la prise la veille.

  • RUSSIE : Le journaliste américain Evan Gershkovich, arrêté il y a près d'un an pour "espionnage" par Moscou, a été maintenu en détention mardi. Une ressortissante russo-américaine a par ailleurs été arrêtée à son tour et accusée de "trahison".

  • USA : La Cour suprême de l'Alabama considère les embryons conservés par congélation comme des "enfants", une décision vivement critiquée mardi par le milieu médical américain et la Maison Blanche.

  • USA / TRUMP : Norma Anderson, ancienne élue républicaine, a obtenu de la justice du Colorado la disqualification de Trump pour la primaire du 5 mars dans cet état. Une décision que l’ex-président américain demande à la Cour suprême d’annuler de toute urgence.

  • TRUMP : Condamné vendredi dernier à 355 millions de dollars d'amende pour fraude financière, Donald Trump n’a pas hésité mardi 20 février à comparer son sort à celui de l'opposant russe Alexeï Navalny, mort en prison la semaine dernière.

  • «JE REFUSE D’ABANDONNER» : La seule adversaire de Donald Trump aux primaires républicaines, Nikki Haley, a confirmé son refus de se retirer de la course, malgré son retard considérable dans les sondages.

  • COLOMBIE : La guérilla de l'ELN s'est dit mercredi en "crise ouverte" avec le gouvernement colombien, qui n'aurait pas respecté, selon elle, les règles convenues lors du lancement en 2022 des négociations de paix. Ces dernières entrent donc "dans une phase de gel".

  • CHILI : La justice chilienne a ordonné mardi la réouverture de l'enquête sur la mort du poète et prix Nobel de littérature, Pablo Neruda, qui aurait pu être empoisonné sous la dictature du général Augusto Pinochet en 1973.

  • ESPAGNE / AGRICULTEURS : Plusieurs centaines de tracteurs ont commencé mercredi à converger vers le centre de Madrid à l'occasion d'une nouvelle journée de mobilisation des agriculteurs espagnols, qui dénoncent notamment la concurrence jugée déloyale de certains pays extérieurs à l'UE.

  • INDE / AGRICULTEURS : Des milliers d'agriculteurs indiens, à bord de leurs tracteurs, sont prêts à reprendre leur avancée en direction de New Delhi mercredi, après avoir échoué à trouver un accord avec le gouvernement sur les prix des récoltes.