La croissance économique mondiale va ralentir cette année, prévoit l’ONU

 |  par Rédaction Patmedias avec Onu Info
© IMF/Yam G-Jun Les prix au bazar d'Osh à Bichkek, en République kirghize, augmentent en raison de l'inflation.

La croissance économique mondiale devrait ralentir, passant d’un taux estimé à 2,7% en 2023 à 2,4% en 2024, soit une tendance inférieure au taux de croissance de 3% enregistré avant la pandémie, selon un rapport publié jeudi par l’ONU.

D’après ce rapport intitulé Situation et perspectives de l’économie mondiale 2024, publié par le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, la croissance plus forte que prévu du PIB l'année dernière a masqué des risques à court terme et des vulnérabilités structurelles.

A court terme, la persistance de taux d’intérêt élevés, la poursuite de l’escalade des conflits, l’atonie du commerce international et l’augmentation des catastrophes climatiques constituent des défis importants pour la croissance mondiale.

Les perspectives d’une période prolongée de resserrement des conditions de crédit et de hausse des coûts d’emprunt constituent des vents contraires puissants pour une économie mondiale criblée de dettes, alors qu’elle a besoin de plus d’investissements pour relancer la croissance, lutter contre les changements climatiques et accélérer les progrès vers la réalisation des objectifs de développement durable.

« Nous devons en finir avec ce cycle de marasme et 2024 doit être l’année de la rupture. Le déblocage d’investissements conséquents et audacieux peut favoriser le développement durable et l’action en faveur du climat, et mettre l’économie mondiale sur la voie d’une croissance plus robuste au profit de tous », déclare António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies.

« Nous devons tirer parti des progrès réalisés au cours de l’année écoulée pour établir un plan de relance des objectifs de développement durable assorti d’un financement à long terme abordable d’au moins 500 milliards de dollars par an pour les investissements dans le développement durable et l’action en faveur du climat », ajoute-t-il.

Croissance modérée

La croissance de plusieurs grandes économies développées, en particulier celle des États-Unis, devrait connaître une baisse de régime en 2024 en raison des taux d’intérêt élevés, du ralentissement des dépenses de consommation et de l’affaiblissement des marchés du travail.

Les perspectives de croissance à court terme de nombreux pays en développement – en particulier en Asie de l’Est, en Asie occidentale, en Amérique latine et dans les Caraïbes – se détériorent également en raison du resserrement des conditions financières, de la réduction de la marge de manœuvre budgétaire et de l’atonie de la demande extérieure.

Les économies à faible revenu et vulnérables sont confrontées à des pressions croissantes sur la balance des paiements et à des risques de viabilité de la dette. Les perspectives économiques des petits États insulaires en développement, en particulier, seront limitées par le lourd fardeau de la dette, les taux d’intérêt élevés et les vulnérabilités croissantes liées au climat, qui menacent de saper et, dans certains cas, de réduire à néant les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de développement durable.

L’inflation recule, mais la reprise des marchés du travail reste inégale

L’inflation mondiale devrait davantage diminuer, d’un taux estimé à 5,7% en 2023 à 3,9% en 2024. Les pressions sur les prix restent toutefois élevées dans nombre de pays et toute nouvelle escalade des conflits géopolitiques risque d’entraîner une nouvelle hausse de l’inflation.

Dans environ un quart des pays en développement, l’inflation annuelle devrait dépasser 10% en 2024, souligne le rapport. Depuis janvier 2021, les prix à la consommation dans les économies en développement ont augmenté de 21,1% en cumulé, érodant considérablement les gains économiques réalisés à la suite de la reprise après la COVID-19.

Dans un contexte de perturbations de l’offre, de conflits et d’événements climatiques extrêmes, l’inflation des prix alimentaires locaux est restée élevée dans de nombreuses économies en développement, affectant de manière disproportionnée les ménages les plus pauvres.

« La persistance d’une inflation élevée a encore ralenti les progrès dans l’éradication de la pauvreté, avec des conséquences particulièrement graves dans les pays les moins avancés », déclare Li Junhua, Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales de l’ONU. « Si nous souhaitons aider les pays vulnérables à s’engager plus rapidement sur la voie d’une croissance durable et inclusive, il nous faut absolument renforcer la coopération mondiale et le système commercial multilatéral, réformer le financement du développement, relever les défis de la dette et accroître le financement de la lutte contre les changements climatiques ».

Selon le rapport, les marchés du travail mondiaux ont connu une reprise inégale après la crise liée à la pandémie. Dans les économies développées, les marchés du travail se maintiennent malgré un ralentissement de la croissance.

Toutefois, dans nombre de pays en développement, en particulier en Asie occidentale et en Afrique, les principaux indicateurs d’emploi, y compris les taux de chômage, n’ont pas encore retrouvé leur niveau d’avant la pandémie.

L’écart mondial entre les femmes et les hommes en matière d’emploi reste élevé et les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes non seulement persistent, mais se sont même creusés dans certaines professions.

Une coopération internationale plus forte est nécessaire

Les pouvoirs publics devront éviter les consolidations budgétaires autodestructrices et accroître le soutien budgétaire pour stimuler la croissance à un moment où les conditions monétaires mondiales resteront tendues.

Les banques centrales du monde entier restent confrontées à des arbitrages difficiles pour trouver un équilibre entre les objectifs d’inflation, de croissance et de stabilité financière. Les banques centrales des pays en développement, en particulier, devront déployer un large éventail d’outils de politique macroéconomique et macroprudentielle pour réduire au minimum les retombées négatives du resserrement monétaire dans les économies développées.

En outre, le rapport souligne que des initiatives de coopération mondiale solides et efficaces sont nécessaires de toute urgence pour éviter les crises de la dette et fournir un financement adéquat aux pays en développement. Les pays à faible revenu et les pays à revenu intermédiaire dont la situation budgétaire est vulnérable ont besoin d’un allègement et d’une restructuration de la dette pour éviter un cycle prolongé d’investissements faibles, de croissance lente et de service de la dette élevé.

En outre, le financement mondial de la lutte contre les changements climatiques doit être massivement augmenté. La réduction – et à terme l'élimination – des subventions aux combustibles fossiles, le respect des engagements financiers internationaux, tels que la promesse de soutenir les pays en développement à hauteur de 100 milliards de dollars, et la promotion du transfert de technologies sont essentiels pour renforcer l’action climatique dans le monde entier. Il souligne également le rôle toujours plus important des politiques industrielles pour soutenir l’innovation et la capacité de production, renforcer la résilience et accélérer la transition verte.


Vos commentaires

Outremer : Une nouvelle ministre déléguée and what else ?
Politique

Outremer : Une nouvelle ministre déléguée and what else ?

La valse des délégués à l'Outremer se poursuit. Elle s’appelle Marie Guévenoux. Depuis le 8 février 2024 , elle est la nouvelle ministre déléguée chargée des...
La croissance économique mondiale va ralentir cette année, prévoit l’ONU
Économie

La croissance économique mondiale va ralentir cette année, prévoit l’ONU

La croissance économique mondiale devrait ralentir, passant d’un taux estimé à 2,7% en 2023 à 2,4% en 2024, soit une tendance inférieure au taux de croissanc...
Infos choisies présentée par Katy ESPINO
Société

Infos choisies présentée par Katy ESPINO

La nouvelle émission de la rédaction fait peau neuve. " INFOS CHOISIES " accompagne l'ère du temps et expérimente l'arrivée de Katy ESPINO. Présentatrice vir...
Guerre entre Israël et le Hamas: Les députés européens appellent à un cessez-le-feu permanent à deux conditions
Europe

Guerre entre Israël et le Hamas : Les députés européens appellent à un cessez-le-feu permanent à deux conditions

Les députés demandent que tous les otages soient libérés immédiatement et sans condition et que l’organisation terroriste du Hamas soit démantelée. Dans une...
Gaza : Faudra une fortune pour reconstruire selon un rapport
Monde

Gaza : Faudra une fortune pour reconstruire selon un rapport

La reconstruction de Gaza, quand le conflit actuel sera terminé, prendra des décennies et coûtera des dizaines de milliards de dollars, a prévenu une agence ...
La «Greta africaine» Rahmina Paullete a la crise climatique dans les veines
Santé-Environnement

La «Greta africaine» Rahmina Paullete a la crise climatique dans les veines

Rahmina a 17 ans et est passionnée par l'écologie. Rahmina Paullete n'a que 17 ans et elle a participé pour la deuxième fois à la COP pour y défendre une al...
Kassav : Pour Jean-Claude Naimro, « le groupe existe plus que jamais malgré le départ de Jacob »
Culture

Kassav : Pour Jean-Claude Naimro, « le groupe existe plus que jamais malgré le départ de Jacob »

Pour ceux qui annonçaient la chute du groupe Kassav, Jean-Claude Naimro remet « l'église au milieu du village ». Non, le groupe n'est pas en chute libre dans...
Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024
Sports

Médaillée de bronze aux Championnats du monde, b-girl Syssy se tourne vers les JO de Paris 2024

En décrochant la 3e place des Championnats du monde de Louvain, dimanche, b-girl Syssy, auteure d'une impressionnante montée en puissance cette année, a bous...
GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion
People

GÉRARD LECLERC : le journaliste a trouvé la mort dans un accident d'avion

Le journaliste de CNEWS Gérard Leclerc a disparu ce mardi 15 août dans le crash d’un petit avion de tourisme qu’il pilotait à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantiq...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page
  • « MA PETITE ORPHELINE BIEN-AIMEE » : Juste avant de mourir fusillé, le 21 février 1944, Missak Manouchian écrivait une lettre à son épouse Mélinée. Cette lettre d’amour et d’adieu du résistant communiste a été lue, ce mercredi 21 février, lors de la cérémonie d’entrée au Panthéon du couple par Patrick Bruel.

  • MAYOTTE : Le président des Républicains Eric Ciotti a demandé à Emmanuel Macron, ce mercredi 21 février, de déclarer «l’état d’urgence» à Mayotte et de mobiliser la Marine nationale, afin de régler les problèmes liés à l’immigration irrégulière que traverse le 101e département français.

  • AGRICULTEURS / ATTAL : Le gouvernement veut présenter d'ici l'été un nouveau texte de loi pour «renforcer le dispositif Egalim» devant permettre une meilleure rémunération des agriculteurs dans le cadre des négociations entre distributeurs et fournisseurs agro-industriels, a annoncé Gabriel Attal mercredi.

  • J.GODRECHE : Alors que les rumeurs circulent depuis quelques heures sur son éventuelle venue à la prochaine cérémonie des César, Judith Godrèche a tenu à s’exprimer ce mercredi via les réseaux sociaux, appelant à «entendre» les victimes de violences sexuelles. «Que j'aille aux César ou pas, on s'en fiche bien».

  • TOUR EIFFEL / GREVE : La tour Eiffel était de nouveau fermée pour la deuxième journée consécutive, mardi, en raison d'une grève lancée par les deux syndicats représentatifs du personnel qui dénoncent la gestion du site. Sauf coup de théâtre, elle devrait rester inaccessible mercredi.

  • GAZA : La bande de Gaza est toujours plongée mercredi dans une situation humanitaire catastrophique, au lendemain de frappes israéliennes meurtrières contre le territoire et du veto des États-Unis à un projet de résolution à l'ONU exigeant un cessez-le-feu immédiat.

  • UKRAINE : L'armée ukrainienne a démenti mercredi avoir perdu le contrôle de sa tête de pont de Krynky sur la rive occupée du Dniepr, dans le sud de l'Ukraine, et dont le président russe Vladimir Poutine lui-même avait revendiqué la prise la veille.

  • RUSSIE : Le journaliste américain Evan Gershkovich, arrêté il y a près d'un an pour "espionnage" par Moscou, a été maintenu en détention mardi. Une ressortissante russo-américaine a par ailleurs été arrêtée à son tour et accusée de "trahison".

  • USA : La Cour suprême de l'Alabama considère les embryons conservés par congélation comme des "enfants", une décision vivement critiquée mardi par le milieu médical américain et la Maison Blanche.

  • USA / TRUMP : Norma Anderson, ancienne élue républicaine, a obtenu de la justice du Colorado la disqualification de Trump pour la primaire du 5 mars dans cet état. Une décision que l’ex-président américain demande à la Cour suprême d’annuler de toute urgence.

  • TRUMP : Condamné vendredi dernier à 355 millions de dollars d'amende pour fraude financière, Donald Trump n’a pas hésité mardi 20 février à comparer son sort à celui de l'opposant russe Alexeï Navalny, mort en prison la semaine dernière.

  • «JE REFUSE D’ABANDONNER» : La seule adversaire de Donald Trump aux primaires républicaines, Nikki Haley, a confirmé son refus de se retirer de la course, malgré son retard considérable dans les sondages.

  • COLOMBIE : La guérilla de l'ELN s'est dit mercredi en "crise ouverte" avec le gouvernement colombien, qui n'aurait pas respecté, selon elle, les règles convenues lors du lancement en 2022 des négociations de paix. Ces dernières entrent donc "dans une phase de gel".

  • CHILI : La justice chilienne a ordonné mardi la réouverture de l'enquête sur la mort du poète et prix Nobel de littérature, Pablo Neruda, qui aurait pu être empoisonné sous la dictature du général Augusto Pinochet en 1973.

  • ESPAGNE / AGRICULTEURS : Plusieurs centaines de tracteurs ont commencé mercredi à converger vers le centre de Madrid à l'occasion d'une nouvelle journée de mobilisation des agriculteurs espagnols, qui dénoncent notamment la concurrence jugée déloyale de certains pays extérieurs à l'UE.

  • INDE / AGRICULTEURS : Des milliers d'agriculteurs indiens, à bord de leurs tracteurs, sont prêts à reprendre leur avancée en direction de New Delhi mercredi, après avoir échoué à trouver un accord avec le gouvernement sur les prix des récoltes.