Outre-mer : 10 ans pour absorber les effets de la crise

 |  par Patrick JEAN-PIERRE

C'est ce que révèle une étude publiée ce lundi par l'Association des CCI d'outre-mer (ACCIOM).

L'ACCIOM affirme que "les entreprises ultramarines devraient être plus affectées par la crise que leurs homologues métropolitaines". Et si ces dernières ne retrouvaient "une activité normale qu'au 1er septembre", l'impact économique, déjà très lourd, "doublera", précise t-elle.

Les conséquences économiques du confinement en outre-mer "se feront probablement sentir pendant les dix prochaines années", alerte ce lundi l'Association des CCI d'outre-mer (ACCIOM), qui évalue à "60.000" le nombre d'emplois menacés dans ces territoires.

Selon cette étude, les outre-mer ont connu en moyenne "une perte de chiffre d'affaires de l'ordre de 12 millions d'euros par jour de confinement". Selon les géographies, ces pertes vont de 5 millions d'euros (Guyane) à 24 millions d'euros (La Réunion).

Cependant, le confinement devrait globalement entraîner une baisse de 5% en moyenne du PIB des économies ultramarines pour 2020, contre 6% en France hexagonale, en raison "d'une contribution des administrations publiques au PIB plus importante qu'en métropole", et d'une durée du confinement parfois "plus courte" (Calédonie et Polynésie).

Mais "une reprise rapide [d'ici à 2023] et soutenue jusqu'en 2025 [afin d'éponger les pertes] suppose une croissance extrêmement vigoureuse mais qui apparaît hors de portée de la plupart" des territoires, poursuit l'étude.

Selon l'ACCIOM, "l'ampleur de la crise pourrait être beaucoup plus importante si le redémarrage complet des activités ne s'effectuait qu'en septembre". Cela se traduirait "par un doublement des pertes enregistrées" pendant le confinement, et un recul du PIB autour de "10% sur l'année".

Relance par la consommation

"Il faut tout faire pour accélérer la reprise", juge l'association, qui considère comme "un véritable coup dur", notamment pour le secteur touristique, les restrictions à la circulation maintenues pour l'instant en outre-mer, et appelle à "des actions volontaristes en faveur de la consommation des ménages".

Elle suggère par exemple une "baisse ciblée de l'impôt sur le revenu et/ou des cotisations sociales à la charge des salariés", "l'augmentation des transferts publics bénéficiant à certains ménages", mais aussi "l'instauration d'un taux d'intérêt négatif sur les dépôts à vue au-delà d'un certain plafond" pour inciter les ménages à consommer rapidement l'épargne accumulée, ou encore une "baisse des prix".



Mots clés de l'article

Partager cet article
Vos commentaires

Martinique : Pourquoi il faut aller voter selon Barbara Jean-Elie
Politique

Martinique : Pourquoi il faut aller voter selon Barbara Jean-Elie

L’élection de la CTM, qu’elle se déroule le 13 et 20 juin ou plus tard, mérite que chaque Martiniquais en prenne la mesure. Le vote est non seulement un en...
Covid-19 : l'économie martiniquaise dans le rouge
Économie

Covid-19 : l'économie martiniquaise dans le rouge

PIB en baisse, chiffre d'affaire des entreprises en baisse, fréquentation touristique en baisse, aides d'Etat qui se font attendre...l'économie martiniquaise...
Imaginez un monde sans religion
Société

Imaginez un monde sans religion

On a pu croire, pendant un temps, que les avancées de la science et la généralisation du savoir auraient raison des superstitions et des croyances religieuse...
Vaccination contre le COVID-19 : les députés en appellent à la solidarité européenne et mondiale
Europe

Vaccination contre le COVID-19 : les députés en appellent à la solidarité européenne et mondiale

L’UE doit poursuivre ses efforts concertés pour lutter contre la pandémie de COVID-19 et accélérer la production de vaccins afin de répondre aux attentes des...
Zimbabwe : À 17ans, elle lutte contre le mariage forcé
Monde

Zimbabwe : À 17ans, elle lutte contre le mariage forcé

Natsiraishe est une fillette zimbabwéenne de 17 ans. Elle a commencé un atelier de Taekwondo pour les filles de son quartier, en tant que groupe de soutien p...
La santé mentale, l'autre pandémie de 2021 ?
Santé-Environnement

La santé mentale, l'autre pandémie de 2021 ?

La troisième vague est déjà là. c'est aujourd'hui la santé mentale qui inquiète médecins et scientifiques. A la mi-novembre, la dépression touchait presque 2...
Concept d'art avec Philippe Nelzi
Culture

Concept d'art avec Philippe Nelzi

Un moment agréable qu'elle n'échangerait contre rien au monde dit-elle. Kannel se retrouve en pleine nature, sous un manguier avec l'artiste Philippe Nelzi.
De vous à nous avec Eliane Glondu
Sports

De vous à nous avec Eliane Glondu

Un palmarès impressionnant. 6e dan de karaté, Éliane Glondu fait partie des s huit femmes en France à détenir ce grade. Seule femme enseignante professionnel...
De vous à nous : Majesty
People

De vous à nous : Majesty

Kannel poursuit sa tournée sur les terres profondes et riches de l'histoire, de la culture et traditions martiniquaises. Dans son émission « De vous à nous »...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



Contacter la rédaction


©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page