Esclavage et langue de bois, le paradoxe de Nouakchott

 |  par Patrick JEAN-PIERRE

Le leader anti-esclavagiste mauritanien, Biram dah Abeid, conteste les mensonges du gouvernement sur cette épineuse problématique.

Alors qu’une sortie médiatique du nouveau président mauritanien, Mohamed Ahmed El-Ghazouani, a défrayé le chronique récemment – puisque l’intéressé a défendu contre vents et marées la lutte menée par Nouakchott à l’encontre du fléau esclavagiste qui gangrène le pays – le leader du mouvement abolitionniste IRA, B. Abeid, est immédiatement monté au créneau pour remettre les points sur les i dans ce dossier.

« Je suis d’accord avec le chef de l’Etat quand il dit que la Mauritanie n’institutionnalise pas l’esclavage dans ses lois modernes. Mais la Constitution stipule que la source de la loi en République islamique de Mauritanie, c’est la charia. Et la charia islamique veut dire ici rite malékite. (Dans les faits), le rite malékite légitime non seulement l’esclavage mais il le codifie et le sacralise ! », a ainsi pesté le militant lors d’un meeting organisé jeudi dernier dans la capitale, et relayé par RFI.

Parallèlement, de nombreuses ONG, à l’image d’Amnesty International, ne manquent pas de condamner régulièrement cette communication étatique qui sonne comme un déni persistant et trébuchant.

Un artifice législatif

Et pour cause, la politique nationale en la matière laisse perplexe puisque outre l’abolition de l’esclavage en 1981, l’Etat l’a également érigé au rang de crime contre l’humanité en vertu d’une loi votée en août 2015. Un texte sensé sanctionné “les contrevenants” à des peines pouvant aller jusqu’à 20 ans d’emprisonnement, contre 5 à 10 ans auparavant.

Pourtant, dans les faits, près de 43 000 personnes en subissaient encore les conséquences en 2016, soit environ 1% de la population totale, souligne un rapport de l’organisation, relayé par VOA Afrique.

Et il est peu probable que le cru 2019 inverse sensiblement cette courbe, laisse entendre le directeur d’Amnesty pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale : « Les lois n’ont pas été mises en oeuvre ni appliquées de manière adéquate. Ces dernières n’ont eu aucune incidence sur la vie des gens », explique ainsi Alioune Tine.

Quant à François Patuel, chercheur pour l’Afrique de l’Ouest, ce dernier condamne sans ménagement la langue de bois opérée par les autorités qui préfèrent « s’en prendre à ceux qui s’opposent au discours officiel ».

Les Haratins, symbole d’un État malade

Pour information, la société civile mauritanienne a également laissé éclater son mécontentement, lundi 29 avril, dans les rues de Nouakchott, pour défendre l’égalité d’accès aux droits sociaux, politiques et économiques des Haratins.

Ces descendants d’esclaves noirs – amenés des régions subsahariennes par les marchands arabes ou berbères, ou issus de la période d’esclavagisme du monde arabo-musulman – sont en effet largement stigmatisés par les élites locales.



Partager cet article

L’indépendantiste Moetai Brotherson élu président de la Polynésie française
Politique

L’indépendantiste Moetai Brotherson élu président de la Polynésie française

La nette victoire de ce partisan d’une transition douce vers l’indépendance pourrait placer son camp en position de force vis-à-vis de l’Etat français pour n...
Les Antilles : terres d'entrepreneurs ?
Économie

Les Antilles : terres d'entrepreneurs ?

Après la semaine autour de la « transmission reprise  »  d'entreprises qui s'est déroulée en Martinique, fin avril dernier, Franck Zaméo, spécialis...
Guadeloupe: un homme tué lors de son interpellation
Société

Guadeloupe : un homme tué lors de son interpellation

Un homme de 26 ans a été tué jeudi 11 mai par un policier qui lui a tiré dessus lors de son interpellation à Baie-Mahault, en Guadeloupe, a indiqué le parque...
Président Michel : "nous travaillons dur pour que l'Ukraine ait ce dont elle a besoin : plus d'armes, plus de munitions, et plus vite"
Europe

Président Michel : "nous travaillons dur pour que l'Ukraine ait ce dont elle a besoin : plus d'armes, plus de munitions, et plus vite"

Remarques liminaires de Charles MICHEL, président du Conseil européen, lors de la conférence de presse précédant le sommet du G7 le 19 mai 2023 à Hiroshima.
Haïti : le chef des droits de l’homme de l’ONU met en garde contre un « cycle de violence sans fin »
Monde

Haïti : le chef des droits de l’homme de l’ONU met en garde contre un « cycle de violence sans fin »

Alors que les gangs continuent d’infliger « une souffrance extrême » à la population et que des groupes d’autodéfense ont décidé de se faire justice à eux-mê...
Une enzyme dévoreuse de plastique découverte par hasard
Santé-Environnement

Une enzyme dévoreuse de plastique découverte par hasard

Une étude publiée dans les comptes-rendus de l’Académie américaine des Sciences (PNAS) relaie une découverte qui pourrait résoudre la pollution au plastique ...
Immersion dans une résidence d’artistes avant un concert le 1er mai
Culture

Immersion dans une résidence d’artistes avant un concert le 1er mai

Chris COMBETTE de la Guyane , Patrick JEAN-ELIE et KALI, de la Martinique se sont retrouvés pour travailler ensemble et partager leurs compositions, dans une...
Sandra Badie, vice-championne du monde de jujitsu, est morte à 31 ans
Sports

Sandra Badie, vice-championne du monde de jujitsu, est morte à 31 ans

Elle était triple championne de France, et vice-championne du monde de jujitsu. Sandra Badie est décédée à l'âge de 31 ans, indique ce vendredi la fédération...
Miss France 2022 : Floriane Bascou, Miss Martinique 2021 dans les starting-blocks
People

Miss France 2022 : Floriane Bascou, Miss Martinique 2021 dans les starting-blocks

Dernière élue de toutes les candidates à Miss France 2022, Floriane Bascou, Miss Martinique 2021 est actuellement à Paris. Elle prépare son voyage prévu le 1...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page