La surpopulation carcérale endémique, un fléau aussi en Outre-mer

 |  par Rédaction Patmedias

Au 1er janvier 2023, la densité carcérale globale en outre-mer avoisinait 122,5 %, soit 4 % de plus qu’en France métropolitaine. Et depuis la situation ne cesse de s'aggraver.

En 2022, dans le cadre d'une large étude de l'effectivité des droits de l'Homme dans les Outre-mer, la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH) avait adopté un avis sur la question pénitentiaire dans les Outre-mer.

La surpopulation carcérale endémique, un fléau aussi en Outre-mer


226 pour 130 places à la maison d’arrêt de Basse-Terre en Guadeloupe, 917 pour 613 places au centre pénitentiaire de Remire –Montjolyen Guyane.Au 1ermars 2017,11 établissements pénitentiaires sur 16 en Outre-mer connaissaient une surpopulation carcérale variant de 118 à 230%.

« Perte de dignité, de l’estime de soi pour les personnes détenues, montée de l’intolérance, de la violence dans les établissements. Les conséquences de la promiscuité sont dévastatrices. Alors que le Comité des droits de l’homme, le Comité contre la torture, le Comité de prévention de la torture, et diverses institutions nationales alertent l’Etat français depuis des années, dénonce avec force Christine Lazerges, présidente de la CNCDH, il n’est plus tolérable qu’en2017 tant de personnes soient toujours détenues dans des conditions inhumaines ou dégradantes ». C'est l'alerte déjà donnée il y a plusiseurs années.

La solution institutionnelle retenue de l’unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA), à la différence des UHSI où l’administration pénitentiaire est impliquée directement dans la gestion de la sécurité des patients et des personnels jusque dans les chambres et l’exercice du soin, est celle d’un hôpital dont seulement les entrées et la périphérie sont surveillées et gérées par l’administration pénitentiaire, qui assure par ailleurs les escortes des transferts. Le patient sous écrou, une fois les formalités d’entrée effectuées, est pris en charge pour l’intégralité de sa vie et de ses mouvements par les personnels hospitaliers.

Le budget de l'administration pénitentiaire pour 2024 du nouveau projet de loi de finances, voté par l’Assemblée nationale et dont les débats au Sénat débuteront fin novembre, traduit une nouvelle fois la place centrale de la peine d’emprisonnement et de son volet punitif dans notre politique pénale. Il ne présage, malheureusement, aucun changement de paradigme.

Cinq milliards. C’est le cap que passera en 2024 la dette générée par la construction de nouvelles places de prison. Sur la seule année prochaine, plus de 630 millions d’euros y seront consacrés. Le nouveau budget de l’administration pénitentiaire marque ainsi la poursuite d’une politique tout aussi effrénée qu’inefficace. Présentée comme la solution principale pour mettre fin aux fléaux de la surpopulation carcérale et l’indignité des conditions de détention, cette politique de construction – encore renforcée avec le vote récent d’une augmentation du plan immobilier – va droit dans le mur.

 


 

 


Vos commentaires

Objectif le Palais Bourbon pour Yan Monplaisir
Politique

Objectif le Palais Bourbon pour Yan Monplaisir

Le maire actuel de la commune de Saint-Joseph veut être « une voix qui porte ». Connu pour son ancrage à droite, Yan Monplaisir sera candidat dans la 2e...
Airbnb dans le viseur : les avantages fiscaux de la location de meublés de tourisme vont-ils disparaître ?
Économie

Airbnb dans le viseur : les avantages fiscaux de la location de meublés de tourisme vont-ils disparaître ?

Avis de gros temps pour les locations saisonnières. Pour résoudre la crise du logement, deux textes de loi -l’un adopté, l’autre à l’examen - s’attaquent à l...
Sanctionner les parents de mineurs délinquants : une idée bien peu judicieuse
Société

Sanctionner les parents de mineurs délinquants : une idée bien peu judicieuse

Les drames récents impliquant des jeunes mineurs - des émeutes de juin 2023 à une série de crimes violents - ont marqué les esprits. Si le gouvernement a déj...
D-DAY 80 : Just to remember
Europe

D-DAY 80 : Just to remember

Le 80e anniversaire du débarquement et de la bataille de Normandie a été célébré ce 6 juin 2024 sur la plage d’Omaha Beach à Saint-Laurent-sur-Mer en présenc...
Viols d'enfants par des membres des casques bleus : l'horreur
Monde

Viols d'enfants par des membres des casques bleus : l'horreur

Il s'agit d'une véritable boule puante pour l'organisation dont la mission est d'œuvrer au maintien de la paix et de la sécurité internationales et à la prot...
Perte de biodiversité : l’accélération du taux d’extinction déclenche un effet domino
Santé-Environnement

Perte de biodiversité : l’accélération du taux d’extinction déclenche un effet domino

La diversité des animaux, des plantes et des micro-organismes de la planète est menacée par des facteurs tels que le changement d'utilisation des terres, l'u...
« La couleur de l'esclavage » : 56ème récompense à Toronto au Canada pour Patrick Baucelin
Culture

« La couleur de l'esclavage » : 56ème récompense à Toronto au Canada pour Patrick Baucelin

Véritable carton plein pour le réalisateur martiniquais au Canada. Après Hamilton, Patrck Baucelin a reçu le prix du « Meilleur Film caribéen » à Toronto.&nb...
Giani Catorc s'impose au championnat supermotard en Guadeloupe
Sports

Giani Catorc s'impose au championnat supermotard en Guadeloupe

Le jeune pilote martiniquais poursuit son ascension dans cette discipline. Déjà triple champion de France et double champion d'Europe, il a gagné le duel fac...
A Lyon, Taylor Swift a mis les fans en ébullition
People

A Lyon, Taylor Swift a mis les fans en ébullition

Présentes dans la nuit de samedi à dimanche et présentes en très grand nombre ce dimanche matin, les Swifities s'apprêtent à fouler la pelouse du Groupama St...

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©2021 Patmédias, tous droits réservés - Réalisation agence web corse

Haut de page